JOUR 2 - Avec plusieurs cartes, on crée un jeu de cartes

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
77
Mois de parution
mars 2015
Domaines


Résumé
Nous avons défini ce qu'était une carte. Pour pouvoir jouer à bataille, nous aurons besoin d'un jeu de 52 cartes et pour créer ce jeu, nous avons deux possibilités : soit une création manuelle de chaque carte, soit la définition d'un nouvel objet qui contiendra l'ensemble des cartes. C'est bien sûr la deuxième solution qui est la plus intéressante...

Lors du premier jour, nous avons pu créer des cartes et les afficher. Mais il est bien évident que la création d'un jeu de cartes en utilisant uniquement cet objet n'est pas pensable : les risques d'erreurs de manipulation seraient beaucoup trop importants ! Il nous faut réfléchir à une structure qui engloberait l'ensemble de ces cartes.

1. Utiliser un objet pour créer un nouvel objet

Si nous essayons de définir ce qu'est un jeu de cartes, nous pourrions dire que c'est un ensemble de cartes toutes différentes sur lesquelles certaines actions sont possibles : mélanger le jeu et tirer une carte sur le sommet du jeu par exemple. Les dessins aident souvent à réfléchir à des idées, à des concepts que l'on souhaite mettre en œuvre. En POO, on utilise une notation particulière avec la modélisation UML (Unified Modeling Language). Dans cette modélisation, et plus précisément les diagrammes de classes, les classes sont représentées par des rectangles découpés en...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Mise au point à distance avec GDB

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
111
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Le débogueur GDB est un outil indispensable pour la mise au point de programmes, a fortiori dans le cas du développement croisé (mise au point à distance ou « remote debug »). Dans cet article, nous allons voir comment mettre en place différentes solutions suivant plusieurs cas de figure (programme en espace utilisateur, noyau Linux statique ou pilote en espace noyau). Afin de permettre au plus grand nombre de lecteurs de tester les exemples décrits, nous utiliserons l’émulateur QEMU (et Buildroot) pour les démonstrations.

Jouons avec l'obfuscation de code

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
242
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Rendre son code illisible lorsque l'on prêche pour l'open source, c'est le mal incarné. Toutefois, il est possible de concevoir que dans certains cas, on souhaite obscurcir des parties d'un code et, surtout d'un point de vue purement technique, cela peut se révéler intéressant.

Le point sur le débogage en Python

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
111
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il n'existe pas une unique façon de déboguer du code en Python. Dans cet article, nous allons faire un rapide tour des différentes techniques qui s'offrent à vous pour traquer les bugs.

Les bases de LaTeX sous GNU/Linux et Windows

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
242
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Et si nous retournions aux sources ? Des articles sont régulièrement consacrés à LaTeX dans ce magazine, mais comment les utiliser si l'on part de zéro ? Dans cet article, je vous propose de voir ou revoir comment installer LaTeX, configurer un éditeur et gérer les extensions/paquets pour une utilisation sous GNU/Linux ou Windows. Une sorte de guide de survie pour prof de maths, en cas d'obligation d'enseignement à distance...

Débugage facile avec Sentry

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
111
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Nous le savons tous, aucun code n’est exempt de bugs. Nous avons beau écrire tous les tests unitaires du monde, tous les tests fonctionnels, avoir une couverture du code par nos tests de 200 %, il y a toujours des bugs qui passent à travers les mailles du filet. Sentry est là pour vous aider à les trouver et à les corriger grâce à vos utilisateurs, et ce, sans qu’ils ne s’en rendent compte.