Parce qu'y'en a marre - Marre des projets moins ouverts que leur code

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
129
Mois de parution
juillet 2010


Résumé
Lorsque les projets open source commencent, tout est beau et neuf, l'auteur et la communauté qui se monte autour du projet forment une symbiose parfaite. Par la suite, ce n'est plus forcément le cas et les causes de divorces sont nombreuses. Les projets open source sont vivants, soumis à la dure loi de Darwin. Nés de l'imagination d'un ou plusieurs auteurs, ils sont formés de bien plus que quelques milliers de lignes de code et de documentation. Leur cœur n'est pas en C, Python ou PHP, mais en temps et implication de nombreuses personnes qui forment ce que l'on appelle leur communauté. Cette dernière soutient le projet, et bien souvent ses leaders, mais parfois, elle arrive à se retourner contre eux.

En fait, un accord tacite se développe au fil du temps entre les auteurs principaux de l'outil et le reste de la communauté. S'il est complexe de déterminer pourquoi la communauté se met à suivre tel projet plutôt qu'un autre, il est cependant plus simple de voir pourquoi elle commence à se retourner contre ses leaders. Les issues d'un tel conflit sont également variables. Allant de la simple perte de quelques membres de la communauté à l'événement fort connu dans le monde open source : le fork.

Et franchement, il y en a marre de voir fleurir des forks injustifiés alors qu'un peu de bonne volonté de part et d'autre n'aurait pas sapé les efforts consentis par tous dans une vaine lutte de projets et de pouvoir !

1. Les utilisateurs

Du côté de la communauté, de trop nombreux membres se pensent dans un open bar virtuel. Les développeurs sont de gentils sous-traitants dévoués à leur service. Les demandes pleuvent, mais ils n'apportent strictement rien en retour. Entre...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite