Tout ce qu'il faut savoir pour bien traiter vos images numérisées

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
121
Mois de parution
septembre 2020
Spécialité(s)


Résumé

Le travail de l’image sur informatique s’est grandement démocratisé et amélioré depuis l’époque de l’avènement des ordinateurs personnels. Je me souviens que sur Amstrad CPC 464, le tracé d’un disque n’était pas complètement rempli, le rendu ressemblait plutôt à une sorte de rosace trouée. Les années 90 ont vu les outils graphiques professionnels se développer, et pendant les années 2000 la puissance de calcul s’est démultipliée au point de permettre aux utilisateurs de véritablement donner libre cours à leurs idées de créations, notamment dans le domaine de la 3D. Mais qu’est-ce qu’une image en informatique, comment la traiter, la modifier et comment bien l’imprimer ? C’est ce que je me propose de vous exposer dans cet article.


1. Un peu de théorie

Une image numérique est la représentation d’une photo, d’un dessin, sous forme binaire (c’est-à-dire composée de 0 et de 1 comme tout fichier informatique). Elle a donc vocation à être affichée sur un écran, modifiée, transportée sur un support informatique (CD-ROM, clé USB). Elle peut être produite par un appareil photographique numérique ou un scanner, qui mettent en œuvre des convertisseurs analogique-numérique qui permettent de transformer la lumière et les couleurs réelles en pixels (= picture element [1] pour élément d’image). Il est également possible de réaliser directement une image à partir d’un logiciel de création graphique comme Inkscape, assisté d’un clavier et d’une souris (ou mieux encore d’une tablette graphique). Une fois l’image réalisée, il convient souvent de la modifier à l’aide d’un programme comme GIMP, pour améliorer les couleurs, le contraste, changer la taille en fonction du...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Benchmarking : mesurez les performances de votre machine

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
127
Mois de parution
septembre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Lorsque l’on souhaite en apprendre plus sur les entrailles d’une machine donnée, il existe toute une gamme d’outils très pratiques qui peuvent grandement aider dans cette démarche, les logiciels de benchmarking. Ils peuvent tout tester et évaluer : CPU, GPU, RAM, GDDR, HDD, SSD, apportant ainsi de précieuses informations aux utilisateurs quant aux possibilités réelles de leur matériel.

À la découverte de Clear Linux, l'OS made by Intel

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
126
Mois de parution
juillet 2021
Spécialité(s)
Résumé

Depuis quelques années, Intel a développé son propre système d’exploitation GNU/Linux, nommé Clear Linux OS. Optimisé pour sa gamme de processeurs, le site Phoronix a démontré que cette distribution était vraiment fiable, puissante, ultra-réactive et effectivement taillée sur mesure pour les puces du leader mondial des fondeurs, mais pas uniquement. En effet, ces dires ont également été confirmés par la firme AMD au sujet de ses propres processeurs, rien de moins.

À la découverte du gestionnaire de système et de services System Daemon

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Spécialité(s)
Résumé

Historiquement, les services du système GNU/Linux étaient pris en charge par ce qu’on appelait System V. Cela permettait de lancer des programmes au démarrage de l’ordinateur, mais également de gérer les niveaux d’exécution de différentes parties du système, grâce à des scripts shell placés dans le répertoire /etc/init.d. Après une courte transition par le projet upstart, une grande majorité des systèmes GNU/Linux a basculé sous Systemd (pour System Daemon), plus souple et efficace pour gérer les différents services, mais pas seulement.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous