Utilisez Mecabricks et Blender pour vos rendus photoréalistes de modèles LEGO

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
105
Mois de parution
janvier 2018
Spécialité(s)


Résumé

Dans Linux Pratique n°63 et 64, je vous avais présenté des outils pour créer des modèles 3D LEGO : LEGO Digital Designer, Ldraw, etc. Ensuite, nous avions converti ces modèles vers Blender pour réaliser des rendus. Cet article suivra le même plan : utilisation de Mecabricks pour réaliser et exporter vos modèles 3D LEGO et utilisation de Blender pour réaliser des rendus photoréalistes. Mais les outils ayant évolué, les manipulations seront moins complexes pour réaliser de belles images.


1. Introduction

La brique LEGO a toujours été mon jouet et jeu préféré : c’est parfait pour laisser libre cours à son imagination, mais aussi pour développer sa motricité manuelle… je suis resté jeune (ou presque) et je continue à construire des UCS (Ultimate Collector Series) pour la collection.

Avec le lancement LEGO IDEAS [1] (anciennement Cusoo), les « Master Builder » LEGO peuvent tenter de proposer un modèle de leur cru et même les voir produire s’ils sont assez « likés » par les internautes.

Il faut donc réaliser un modèle 3D, mais aussi le présenter de belle manière aux internautes afin de susciter l’envie de vous apporter leur support dans la quête des 10000 « likes ».

Mais vous pouvez aussi tout simplement envie d’avoir en fond d’écran de votre bureau votre dernière réalisation LEGO et ainsi l’immortaliser sous la forme d’un modèle parfait et d’une « photo » parfaite comme prise en studio. Quoi de mieux qu’un...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Utilisez GitLab pour la gestion globale de vos projets en équipe

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
120
Mois de parution
juillet 2020
Spécialité(s)
Résumé

D’après Wikipédia, GitLab est un « logiciel libre de forge basé sur Git [1] proposant les fonctionnalités de wiki, un système de suivi des bugs, l’intégration continue et la livraison continue » [6]. Il est développé par la société GitLab Inc. et est très utilisé par les entreprises informatiques, mais aussi les centres de recherche et les équipes produisant des logiciels libres. Sa première version date d’octobre 2011 et il n’a pas cessé d’évoluer depuis. GitLab est donc une plateforme permettant d’héberger et de gérer des projets dans leur ensemble. Elle offre la possibilité de gérer ses dépôts Git et permet une gestion de tout le processus de développement de l’idée à la production. Elle propose ainsi une collaboration simple et efficace entre les différents participants d’un même projet.

Annotez et complétez vos PDF avec Xournal++

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
118
Mois de parution
mars 2020
Spécialité(s)
Résumé

Xournal ++ est une application de prises de note et de dessin à l’aide d’un stylet ou de la souris. L’une de ses fonctionnalités très utile permet d’ouvrir un fichier PDF et de réaliser des annotations sur ce dernier. Voyons en détail l’utilisation de ce petit utilitaire libre très pratique.

Créez facilement des applications graphiques tactiles avec Python et Kivy

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
46
Mois de parution
octobre 2019
Spécialité(s)
Résumé
Dans le numéro 106 de Linux Pratique nous avons vu comment développer des applications graphiques pour petits écrans tactiles en python avec pySDL2, un « wrapper » python vers la bibliothèque SDL2. Cependant, cette dernière est très limitée en termes de widgets graphiques. Nous allons découvrir ici la bibliothèque Kivy qui est très complète et vous permettra de réaliser des interfaces graphiques complexes sans trop d’efforts.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous