Utilisation de Palo pour de la BI bureautique

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
69
Mois de parution
janvier 2012
Spécialité(s)


Résumé
La Business Intelligence (BI) est l’art de pouvoir faire des rapports afin de prendre une décision. Cette trivialité rejoint en fait une question plus cruciale, qui est celle de la visualisation de données. L’idée étant que l’œil humain ne visualise qu’un nombre réduit de données et qu’une bonne représentation visuelle de ces dernières permet la prise de décision. La BI est l’émanation technique de ce quasi-fait, à savoir cette technologie part des données « brutes » d’une base et permet d’en extraire une représentation graphique. Parmi les nombreux acteurs de ce domaine, nous trouvons la technologie Palo, qui est orientée « tableur ».

1. La Business Intelligence  

La BusinessIntelligence, que l’on nomme aussi « Informatique décisionnelle » [1], permet la création de rapports avec les données d’une entreprise. Cette technologie adresse des sources de données (entrepôts, base de données, fichier CSV... ), afin de les transformer dans le but de les présenter aux utilisateurs sous forme de rapports. Cette transformation passe le plus souvent par la création d’une structure communément appelée « cube de données » [2]. Prenons l’exemple classique de l’entreprise de chaussures qui possède des magasins situés dans des zones géographiques distinctes, avec du personnel différent et qui, de façon évidente, vend plusieurs types de chaussures. Le but de la modélisation par un cube est de pouvoir poser les questions suivantes :

- Combien de chaussures ont été vendues dans le monde ? Et dans un lieu particulier ?

- Combien de chaussures sont vendues en moyenne par un vendeur, dans le monde entier...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Base de données embarquée dans un navigateur

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
164
Mois de parution
octobre 2013
Spécialité(s)
Résumé

Cela fait quelques années que je vends du logiciel et… soit je n’ai pas de chance, soit c’est le marché qui veut ça, mais pour une application client lourd (QT,Swing,GTK…) que j’écris, je vends 3 applications Web. Ces applications Web sont des applications style « desktop », mais vivantes, soit dans un navigateur Internet « standard », soit sur le navigateur d’un téléphone/tablette. Là où ça se complique, c’est qu’une application lourde interagit rapidement et « fonctionne » sans Internet… Deux trucs « difficiles » à mettre en place pour les applications Web.Il devient assez complexe de faire comprendre à son client qu’une application Web 2.0 ne peut fonctionner sans Internet alors qu’une vieille application client lourd (Pre-Web 1.0 ?) le peut.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous