Installation de Linux Red Hat en mode PXE/Kickstart

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
133
Mois de parution
décembre 2010


Résumé
Tout administrateur systèmes qui se respecte aimerait simplifier au maximum l'installation de ses serveurs, avoir des serveurs homogènes dans son architecture avec les mêmes paquets installés dès le départ. Ne pas avoir à refaire l’installation systématique de différents paquets, de la configuration de Postfix pour l’envoi de mails, de l'installation du client pour les sauvegardes, évite la redondance de nombreuses tâches.

La mise en place d'un système d'installation automatique de serveur Red Hat en utilisant le boot PXE (sigle de Pre-boot eXecution Environment) répondra à l’attente des administrateurs système en donnant une suite au serveur de dépôt installé qui centralise différents dépôts de rpms (voir article octobre 2009), dont les rpms des images iso Red Hat à jour.

1. Rappel

Le boot PXE permet à un serveur de démarrer depuis le réseau et de récupérer une image du système d'exploitation voulu.

2. Objectifs

Le boot PXE a deux intérêts :

- Il harmonise l’ensemble des serveurs et simplifie leur installation et post-installation. La post-installation comprend entre autres les différents paramétrages « maison ».

- Il met en place un système qui permet l'installation d'une distribution Linux Red Hat sans avoir besoin de connaissances particulières sur les paquets à installer ou la configuration à adopter.

Pour son installation, il faut s’appuyer sur des fichiers kickstart...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Centralisation et supervision des logs avec Rsyslog et Nagios/NRDP

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
162
Mois de parution
juillet 2013
Spécialité(s)
Résumé

La supervision est un vaste sujet, avoir une vue d'ensemble de son infrastructure en temps réel, localiser les problèmes, les résoudre, limiter le temps d'indisponibilité des services... tout un programme. Nous avons souvent tendance à utiliser des scripts pour faire des contrôles et nous fournir un code de retour OK WARNING CRITICAL, mais une fâcheuse tendance à oublier les logs, vous savez ces petits fichiers qui fournissent une mine d'informations sur l'état de votre système, tout ce qui transite, les mises à jour, les défaillances, les tentatives d'intrusions... Aujourd'hui, nous allons leur accorder un peu plus d'importance en les centralisant, les analysant et en avertissant notre administrateur systèmes et réseaux en cas de problème.

Dépôt de RPMS sous Redhat

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
120
Mois de parution
octobre 2009
Résumé
Qui n'a jamais pesté parce qu'il n'avait pas sous la main la bonne version du RPM recherché ou encore parce qu'il se trouvait face à un problème de dépendances. Pour répondre à tous ces problèmes, cet article propose de créer un dépôt local privé. Un dépôt centralisant les RPMS « maison », les RPMS de Dags ainsi qu'un miroir du dépôt officiel RedHat regroupant les isos et les updates. Un dépôt accessible par les différents clients du réseau local via l'outil Yum.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous