Durcissement et sécurisation du code source de l’antivirus ClamAV

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
131
Mois de parution
octobre 2010


Résumé
Dans un article précédent [1] l’analyse technique détaillée de ClamAV a montré que cet antivirus - à ce jour, c’est le seul logiciel antivirus à la fois gratuit, ouvert et multiplate-forme - supportait largement la comparaison avec les produits commerciaux, voire dans certains cas, faisait même mieux, notamment dans le domaine de l’analyse de forme (recherche de signatures). L’objectif premier d’un logiciel antivirus est de détecter, d’identifier des techniques virales connues et de prendre les mesures adéquates pour protéger le système contre leurs actions, avec un niveau de protection et d’efficacité compatible avec la politique de sécurité souhaitée. Mais il est nécessaire également que l’antivirus ne représente pas lui-même une menace pour le système et une porte éventuelle pour les attaques, à la faveur d’une ou plusieurs vulnérabilités. En 2008 [2], près de 800 vulnérabilités critiques ont été détectées dans les antivirus.

Depuis, la situation ne s’est pas améliorée. De ce point de vue, ClamAV n’échappe pas à la règle, même si dans ce domaine, il fait là aussi mieux que la concurrence commerciale. La principale raison tient au fait que détecter les failles de sécurité est beaucoup plus facile : le code est ouvert, ce qui permet une analyse exhaustive. Les antivirus commerciaux, eux, sont fermés et ne permettent pas une telle analyse, ce qui implique que de nombreuses failles resteront non détectées (ou non publiées) pendant encore longtemps. Malheureusement, personne n’a jamais cherché à sécuriser et durcir le code de ClamAV. Dans cet article, nous présentons le résultat de plusieurs mois de travail dans notre laboratoire pour sécuriser ce code source et le durcir en ajoutant certaines fonctionnalités qui manquaient. Une nouvelle branche de ClamAV est née : SEClamAV (pour Secure ClamAV). Ce travail se situe dans un projet plus large - AVCave - visant à proposer un...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Informatique quantique : jouez au billard quantique !

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
232
Mois de parution
décembre 2019
Spécialité(s)
Résumé

Les nombres, les matrices et vecteurs complexes sont les objets mathématiques de base pour la représentation des qubits en informatique quantique [1, 2]. Le but de ce second article d'une série sur l’informatique quantique est de montrer les différences fondamentales existant entre le monde physique classique et le monde quantique et de les illustrer facilement et simplement avec les vecteurs et matrices de nombres complexes. Cela nous permettra de comprendre quelques propriétés fondamentales, spécifiques du monde quantique : le principe de superposition, le phénomène d’interférence et la symétrie temporelle. Et pour faciliter les choses, nous allons jouer au billard!

Les filtres de Bloom : un peu de bruit pour beaucoup [1] !

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
231
Mois de parution
novembre 2019
Spécialité(s)
Résumé

Avec l’explosion des données (un fichier de logs, par exemple), chercher une information particulière déjà connue devient une tâche complexe. Or depuis 1970, il existe une technique particulièrement puissante qui permet de résoudre très efficacement ce problème : les filtres de Bloom. Cet article propose de les explorer et de montrer comment les implémenter.

Informatique quantique : c’est simple avec les nombres complexes

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
230
Mois de parution
octobre 2019
Spécialité(s)
Résumé

Les nombres complexes sont les objets mathématiques de base pour la représentation des qubits en informatique quantique [1]. Savoir les manipuler est donc indispensable et par chance, cela est assez facile. Le but de ce premier article d'une série sur l’informatique quantique est précisément de vous initier sans douleur à ces nombres particuliers, de comprendre quelles opérations et structures peuvent être définies avec eux, lesquelles sont indispensables en informatique quantique.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Les nouvelles menaces liées à l’intelligence artificielle

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Sommes-nous proches de la singularité technologique ? Peu probable. Même si l’intelligence artificielle a fait un bond ces dernières années (elle est étudiée depuis des dizaines d’années), nous sommes loin d’en perdre le contrôle. Et pourtant, une partie de l’utilisation de l’intelligence artificielle échappe aux analystes. Eh oui ! Comme tout système, elle est utilisée par des acteurs malveillants essayant d’en tirer profit pécuniairement. Cet article met en exergue quelques-unes des applications de l’intelligence artificielle par des acteurs malveillants et décrit succinctement comment parer à leurs attaques.

Migration d’une collection Ansible à l’aide de fqcn_migration

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Distribuer du contenu Ansible réutilisable (rôle, playbooks) par l’intermédiaire d’une collection est devenu le standard dans l’écosystème de l’outil d’automatisation. Pour éviter tout conflit de noms, ces collections sont caractérisées par un nom unique, formé d’une espace de nom, qui peut-être employé par plusieurs collections (tel qu'ansible ou community) et d’un nom plus spécifique à la fonction de la collection en elle-même. Cependant, il arrive parfois qu’il faille migrer une collection d’un espace de noms à un autre, par exemple une collection personnelle ou communautaire qui passe à un espace de noms plus connus ou certifiés. De même, le nom même de la collection peut être amené à changer, si elle dépasse son périmètre d’origine ou que le produit qu’elle concerne est lui-même renommé.

Mise en place d'Overleaf Community pour l’écriture collaborative au sein de votre équipe

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Si vous utilisez LaTeX pour vos documents, vous connaissez vraisemblablement Overleaf qui vous permet de rédiger de manière collaborative depuis n’importe quel poste informatique connecté à Internet. Cependant, la version gratuite en ligne souffre de quelques limitations et le stockage de vos projets est externalisé chez l’éditeur du logiciel. Si vous désirez maîtriser vos données et avoir une installation locale de ce bel outil, cet article est fait pour vous.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous