Optimisation d’applications en Pharo

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
123
Mois de parution
janvier 2010


Résumé

Depuis que le développement logiciel existe, les développeurs se sont confrontés aux problèmes de performance des applications. L’avènement des langages avancés comme Smalltalk, Java ou C# a permis de réduire considérablement les temps de développement des applications (en plus de les structurer) pour permettre aux développeurs de se consacrer à la logique applicative. Bien que les compilateurs génèrent du code efficace, l’optimisation manuelle est encore largement nécessaire. Il est dit qu’une application qui n’a jamais été analysée et optimisée peut doubler sa vitesse d’exécution en reconsidérant les algorithmes et en optimisant les points-clés consommateurs de temps de calcul. Développer du code efficace en temps nécessite un certain investissement mais est à la portée de tous. Cependant, il est nécessaire de se focaliser sur les méthodes les plus coûteuses dans le programme afin d’éviter de perdre du temps de développement et de complexifier inutilement le logiciel. Car optimiser implique souvent d’introduire de la complexité au travers de caches et autres pratiques. Nous allons montrer les outils disponibles en Pharo, un nouveau Smalltalk open source disponible sur http://www.pharo-project.org.


1. Profiler, c’est quoi ?

Profiler une application est le terme technique qui fait référence à l’optimisation de programmes. Profiler, c’est mesurer et améliorer. Pour cela, on utilise un profileur, un outil permettant d’étudier les performances d’un logiciel en mesurant les ressources utilisées par un programme. Un profileur collecte deux types d’informations : le temps utilisé par les méthodes du programme et la place que prend le programme en mémoire. Ceci permet de détecter les méthodes qui consomment le plus de temps ou de place. Ainsi, on peut se concentrer sur les parties du code les plus problématiques car le profilage est une histoire de compromis entre le temps de développement et le temps d'exécution du logiciel. L’exécution d’un logiciel respecte souvent la décomposition 20-80 : 20% des méthodes utilisent 80% des ressources. De la même manière, le profilage de 20% des méthodes va permettre de gagner 80% du temps.

Profiler un...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Un chat en Pharo : le client

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
189
Mois de parution
janvier 2016
Spécialité(s)
Résumé
Poursuivons la découverte de Pharo et de quelques-uns de ses principaux frameworks. Vous avez déjà fait connaissance avec Teapot permettant de concevoir des services. Dans cet article, vous allez étudier la construction de requêtes HTTP à l'aide de Zinc [1] et construire une interface graphique à l'aide de Spec.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous