Nouveautés du Kernel 2.6.32

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
122
Mois de parution
décembre 2009


Résumé
Fidèles à nos habitudes, nous décortiquons la toute dernière version du noyau, cette fois-ci étiquetée 2.6.32. Elle a une importance toute particulière pour deux raisons. D'une part, elle fait suite à une version 2.6.31 jugée légèrement décevante car apportant de nombreux bugs et régressions. D'autre part, il ressort des discussions ayant eu lieu à la Linux Plumbers Conference le 23 septembre que ce noyau 2.6.32 sera probablement utilisé par les prochaines versions de plusieurs distributions ayant un support à long terme, notamment Debian Squeeze et Ubuntu 10.04. Rentrons à présent dans le vif du sujet, en vous souhaitant une bonne lecture pour ce long Kernel Corner.

1. Architecture

1.1 Sunplus S+

Linux fonctionne désormais sur une famille de processeurs supplémentaire, les Sunplus S+, qui sont de type RISC 32 bits et destinés aux matériels embarqués.

1.2 Support du MCA recovery

Les prochains CPU de chez Intel disposeront de la technologie MCA recovery, qui permet au CPU de récupérer suite à une erreur de mémoire. Il est toutefois nécessaire au système d'exploitation de marquer les pages de mémoire défaillantes (nommées alors poison pages) lorsque le matériel rapporte une erreur de corruption sur ces pages (en conséquence de l'échec d'un code correcteur d'erreur de la mémoire ou du cache), de tuer le processus y étant associé et d'éviter d'utiliser la page par la suite. Linux supporte cette technologie dans sa version 2.6.32. Le code consiste en un gestionnaire de haut niveau (défini dans mm/memory-failure.c) des erreurs rapportées par le matériel (via l'exception machine check), d'un nouvel attribut de page HWPOISON (qui...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Fuddly : introduction de l’outil et développement d’un protocole

Magazine
Marque
MISC
Numéro
103
Mois de parution
mai 2019
Spécialité(s)
Résumé

Cet article présente Fuddly, un framework de fuzzing et de manipulation de données, écrit en python sous GPLv3, qui fournit de nombreuses briques que l’on retrouve dans d’autres framework de fuzzing, mais qui se différencie par la flexibilité de représentation des données et la diversité des altérations qu’il rend possible.

L'Infrastructure Linux Gadget USB

Magazine
Marque
Open Silicium
Numéro
14
Mois de parution
mars 2015
Spécialité(s)
Résumé

L'infrastructure Gadget USB du noyau Linux facilite la création de périphériques USB, en proposant un cadre et un certain nombre de primitives qui permettent d'une part d'abstraire les contrôleurs matériels de périphériques USB, et d'autre part d'en utiliser les ressources et fonctionnalités afin de créer n'importe quelle fonction USB désirée : qu'elle réponde aux standards (tels que « Mass Storage », « CDC Eth »…), qu'elle soit l'incarnation de vos besoins particuliers, ou bien encore qu'elle soit une combinaison des deux.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Générez votre serveur JEE sur-mesure avec Wildfly Glow

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Et, si, en une ligne de commandes, on pouvait reconstruire son serveur JEE pour qu’il soit configuré, sur mesure, pour les besoins des applications qu’il embarque ? Et si on pouvait aller encore plus loin, en distribuant l’ensemble, assemblé sous la forme d’un jar exécutable ? Et si on pouvait même déployer le tout, automatiquement, sur OpenShift ? Grâce à Wildfly Glow [1], c’est possible ! Tout du moins, pour le serveur JEE open source Wildfly [2]. Démonstration dans cet article.

Bénéficiez de statistiques de fréquentations web légères et respectueuses avec Plausible Analytics

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Pour être visible sur le Web, un site est indispensable, cela va de soi. Mais il est impossible d’en évaluer le succès, ni celui de ses améliorations, sans établir de statistiques de fréquentation : combien de visiteurs ? Combien de pages consultées ? Quel temps passé ? Comment savoir si le nouveau design plaît réellement ? Autant de questions auxquelles Plausible se propose de répondre.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous