Utilisation(s) avancée(s) de Liquidsoap

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
121
Mois de parution
novembre 2009


Résumé
Après avoir présenté Liquidsoap, un programme de diffusion de flux audio basé sur son propre langage de programmation, dans GLMF numéro 99 de novembre 2007, beaucoup de choses ont évolué dans le programme et ses possibilités. Nous vous proposons de passer en revue quelques nouveautés et nouvelles formes d'utilisation qui ont vu le jour depuis le dernier article.

1. Brève présentation de Liquidsoap

Liquidsoap est un logiciel de création et de diffusion de flux audio pour le serveur de diffusion IceCast [1]. On utilise Liquidsoap afin de combiner des fichiers audio ainsi que des flux enregistrés en direct dans le but de fabriquer le flux à diffuser qui est ensuite envoyé à IceCast.

La spécificité de Liquidsoap est que le logiciel fonctionne avec un langage de programmation. De cette manière, au lieu de se contenter d'un fichier de configuration, l'utilisateur a une très grande liberté dans la construction de ses flux.

Le langage Liquidsoap possède une notion de flux intrinsèque. Un flux est ainsi représenté par une variable. Ainsi, une variable représentant un flux peut être utilisée à travers plusieurs opérateurs et combinée avec d'autres flux afin de construire le flux à diffuser.

Un exemple très simple de flux construit avec Liquidsoap est, par exemple :

1: # Une source construite avec les fichiers d'un répertoire:

2: s...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

OCaml et C : le meilleur des mondes

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
114
Mois de parution
mars 2009
Résumé
Cet article, le premier d'une série de deux, se propose d'illustrer les techniques de bindings de code C en OCaml avec un exemple pris dans la bibliothèque Ogg. Le but est de montrer comment le binding OCaml permet d'automatiser les tâches bas niveau du programmeur afin de se concentrer, dans le code OCaml, sur l'implémentation à proprement parler et la logique de programmation.

Entretien avec Hannu Savolainen

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
111
Mois de parution
décembre 2008
Résumé

Contrairement à une idée largement répandue, OSS, le système de son pour UNIX, n'est pas mort ! Hannu Savolainen est le développeur principal d'OSS, pour le compte de la compagnie 4Front Technologies. Il nous raconte dans cet entretien comment le projet a commencé, par quelles étapes plus ou moins difficiles il est passé, et quel futur il prévoit pour OSS.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous