Porte dérobée dans les serveurs d'applications JavaEE

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
119
Mois de parution
septembre 2009


Résumé
Lors de notre présentation au SSTIC en juin, nous avons démontré qu'il était possible d'injecter une porte dérobée à une application JavaEE, par la simple présence d'une archive JAR. Nous avons baptisé ces attaques « Macaron ». Une démonstration est disponible en ligne, sur le site du projet : http://macaron.googlecode.com.Le numéro 45 de MISC décrit les techniques d'attaques utilisées. Cet article décrit les outils proposés pour apporter des solutions contre ces menaces. Pour résumer, il existe différentes techniques de pièges, permettant d'exécuter du code sans que l'application ne le demande explicitement. Une fois un piège déclenché, il existe plusieurs approches pour s'injecter dans le flux de traitement de chaque requête HTTP. Il est alors possible d'analyser chaque requête HTTP pour identifier une valeur particulière dans la valeur d'un paramètre. Cela permet d'ouvrir la porte dérobée et donne accès au serveur. La démonstration propose différents agents, dont un agent permettant d'exécuter un shell sur le serveur, contrôlé par le navigateur. La communication entre le navigateur et la porte dérobée est quasi indiscernable d'un flux légitime de l'application.

1. Les solutions

Java possède un mode sécurisé limitant fortement les possibilités de la porte dérobée. Correctement utilisée, cette sécurité empêche l'installation d'une porte dérobée en tant que filtre pour capturer tout le trafic applicatif.

Lorsque la sécurité Java2 est activée, les API disponibles sont limitées. Les classes du serveur d'applications ont tous les privilèges, mais pas celles des applications hébergées. Dans ce mode, les projets doivent souvent ajouter ponctuellement des privilèges pour leurs projets (accès à certains répertoires, certaines machines du réseau, etc.).

L'exemple suivant donne le droit de créer un chargeur de classes à l'ensemble des archives présentes dans le répertoire WEB‑INF/lib du projet MonProjet.

grant codeBase "file:${catalina.base}/webapps/MonProjet/WEB‑INF/lib/*" {

  permission java.lang.RuntimePermission

    "createClassLoader";

};

Si le codeBase est terminé par une étoile, toutes les archives bénéficient des...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous