Processus de publication chez Debian et Ubuntu

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
118
Mois de parution
juillet 2009


Résumé
Debian a été créé en 1993. Depuis, de nombreuses distributions, à la durée de vie et au succès plus ou moins importants, en ont été dérivées. Ubuntu est l'une d'elles. C'est aujourd'hui une des distributions Linux les plus populaires et les plus médiatisées.Dire qu'une distribution est dérivée d'une autre signifie que le code source, les outils et le système de paquets de la distribution d'origine ont été réutilisés. La nouvelle distribution est libre de maintenir un lien avec la distribution d'origine ou de s'en éloigner définitivement. Ubuntu n'a jamais caché sa filiation et s'en est même servi pour asseoir sa crédibilité à ses débuts. Elle a d'ailleurs choisi de rester proche de Debian d'un point de vue technique. L'objectif de cet article est de montrer les différences entre les modes de publication de Debian et d'Ubuntu, puis de voir comment Ubuntu se base sur Debian.

1. Politique de publication de versions chez Debian

1.1 Stable, testing, sid, experimental

Il existe plusieurs versions de la distribution, chacune ayant des spécificités qui font que l'on en préfèrera une plutôt qu'une autre en fonction des besoins. Les versions en développement permettent de préparer la nouvelle version de la distribution.

  • old stable : c'est l'ancienne version stable qui a été remplacée par une nouvelle version. Elle est en fin de vie et sa maintenance va s'arrêter.
  • stable : c'est la version en cours. Les mises à jour des logiciels sont limités à des corrections de failles de sécurité. Bien souvent, il s'agit d'une version utilisée sur les serveurs, car les modifications sont minimales. Le risque qu'un problème survienne est minimisé. En revanche, comme il n'y a pas de mise à jour des logiciels, les logiciels ont tendance à être un peu anciens. Plus cette version vieillit, plus ce phénomène s'accroît. Ce problème peut être en partie...
Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Réalisation de cartogrammes avec ScapeToad

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
69
Mois de parution
janvier 2012
Spécialité(s)
Résumé
Qui n'a jamais vu une carte déformée en fonction d'une statistique pour mieux la mettre en évidence ? On pense typiquement aux cartes montrant la sous-nutrition ou le P.I.B par pays. Ces cartes volontairement déformées s'appellent des cartogrammes. Cet article montre comment il est possible d'en réaliser sous Linux. Pour cela, nous allons utiliser ScapeToad [ST], un logiciel libre, écrit en Java. Pour illustrer cette possibilité, nous allons représenter le pourcentage d'utilisateurs d'Internet par pays en 2010.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous