Faites vos jeux !

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
114
Mois de parution
mars 2009


Résumé

Papi regarde comment qu’on arrive à tuer le méchant 3ème niveau dans « Total violence annihilate the world of the death ». T’as vu comment il est vraiment bien ce « quake like », les mesh cell shadés sont superbes, et on a jamais fait mieux.Oh là les enfants, avant de vous ébahir sur ce truc, laissez-moi vous parler de l’époque des super héros du « code ». Cette époque où les hackers arrivaient à faire prendre souche à leurs rêves avec des machines dites « MicroLoisir ». C’était la bonne vieille époque des space invaders et des « Pacman ». Bref, papi pourrait vous parler du bonheur du clavier du TO7/70 ou encore de l’assembleur de l’Atari 520 ST, mais, surtout, les enfants, n’oubliez pas que le monde du jeu vidéo a débuté il y a bien bien longtemps.


Dans notre nouvel appartement qui est vachement plus grand que l’ancien, on a décidé de regarder un film avec ma copine. Comme pas mal de couples, on est un poil suréquipé en trucs média : la TV, le PC qui sert à écouter la radio du web, la mini-chaîne hifi, la box ADSL, le décodeur ADSL vers TV et surtout un lecteur de DVD. Hier soir, on avait décidé de regarder un film du PC sur la télé. En théorie, la situation était relativement simple, il suffisait de brancher la sortie du PC sur l’entrée numérique de la TV et de lancer un lecteur multimédia. En fait, la situation est moins évidente dans la mesure où notre TV ne possède pas d’entrée numérique pour lire un film. Bref, la soirée film sur PC était compromise et la plupart des couples seraient allés chercher un DVD à mettre dans le lecteur. Ça, c’est la situation du couple dit « normal », qui ne possède pas un vrai codeur chez soi.

Chez nous, la situation a mal tourné. Mon œil...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Base de données embarquée dans un navigateur

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
164
Mois de parution
octobre 2013
Spécialité(s)
Résumé

Cela fait quelques années que je vends du logiciel et… soit je n’ai pas de chance, soit c’est le marché qui veut ça, mais pour une application client lourd (QT,Swing,GTK…) que j’écris, je vends 3 applications Web. Ces applications Web sont des applications style « desktop », mais vivantes, soit dans un navigateur Internet « standard », soit sur le navigateur d’un téléphone/tablette. Là où ça se complique, c’est qu’une application lourde interagit rapidement et « fonctionne » sans Internet… Deux trucs « difficiles » à mettre en place pour les applications Web.Il devient assez complexe de faire comprendre à son client qu’une application Web 2.0 ne peut fonctionner sans Internet alors qu’une vieille application client lourd (Pre-Web 1.0 ?) le peut.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous