Python pour la publication web

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
114
Mois de parution
mars 2009


Résumé
Dans le domaine du web, le langage Python est resté jusqu'ici assez discret, bien qu'il soit intensivement utilisé depuis une dizaine d'années. Sa discrétion est principalement due à trois facteurs : tout d'abord, il y a peu de moyens de savoir qu'un site fonctionne avec Python. L'exposition directe des fichiers PHP par les serveurs web sous la forme d'URL se terminant par « .php » a été une source importante de visibilité dont profite rarement Python. D'autre part, les questions du déploiement ont joué un rôle important : bien qu'il soit en théorie possible, le déploiement par simple glisser-déposer dans un client FTP n'est pas la méthode la plus courante et mettre en place une application Python nécessite souvent un accès au shell, chose rare dans les hébergements mutualisés. La raison principale est que la majorité des applications Python, comme les applications Java, sont des long-running processes, c'est-à-dire un processus permanent, distinct du serveur web principal. Enfin, le Python étant avant tout le fruit d'une communauté de personnes et d'entreprises, il ne bénéficie pas des efforts marketing d'une entité unique essayant d'imposer sa technologie.

Mais les choses ont évolué : trois autres facteurs décisifs ont contribué à faire aujourd'hui de Python une plateforme idéale et rassurante pour le web : les qualités intrinsèques de ce langage, sa concision, sa lisibilité, la souplesse de ses types de données, son énorme bibliothèque standard, sa prise en charge de l'Unicode et des namespaces, ses outils de tests unitaires, vous feront gagner du temps et vous aideront à écrire des applications fiables et pérennes. Ensuite, la diversité des frameworks web vous offre un vaste choix pour couvrir tous les besoins, depuis la page perso jusqu'à l'application de gestion d'un grand compte, en passant par le dernier site web 2.0 à fort trafic (YouTube est écrit presque entièrement en Python !). Cette diversité est heureusement canalisée par une norme, le WSGI, qui rend tous les frameworks Python interopérables et permet l'insertion de middlewares pour traiter des choses aussi diverses que l'authentification ou...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous