Le système de fichiers ext4

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
114
Mois de parution
mars 2009


Résumé
Le système de fichiers ext4, successeur d'ext3, est apparu en version stable dans le noyau 2.6.28 publié en décembre 2008. Il existait depuis 2 ans en version -dev, c'est-à-dire que son usage était déconseillé en production. Sa sortie en version stable indique qu'il est désormais mature pour servir au quotidien.

1. Introduction

Dans Unix, tout est fichier. Les fichiers sont rangés de différentes manières sur un disque selon une méthode appelée « système de fichiers » (en anglais filesystem ou fs). Il existe de nombreux systèmes de fichiers utilisables sous Linux : par exemple ext2/3, reiserfs, xfs, jfs, vfat, etc. chacun avec différentes qualités et défauts. Le système de fichiers traditionnel de Linux est ext3, successeur d'ext2.

Ext2 a été écrit de manière à pouvoir être extensible. Ext3 ajoute un journal à ext2 apportant ainsi aux systèmes de fichiers une meilleure consistance en cas de crash. Ext4 étend encore plus les possibilités des systèmes de fichiers type ext « n », au prix de modifications en profondeur sur la façon dont les données sont écrites sur le disque, offrant de meilleures performances et une meilleure vérification d'intégrité des données en cas de crash système. Les systèmes de fichiers ext « n » disposent d'un wiki documentaire,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Facilitez-vous la vie avec la ligne de commandes

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
202
Mois de parution
mars 2017
Spécialité(s)
Résumé
Si vous utilisez GNU/Linux, alors vous utilisez forcément le shell. Que vous soyez développeur chevronné, administrateur gourou ou utilisateur éclairé, vous passez un temps incroyable devant des lignes de commandes. Cet article donne quelques trucs et astuces pour exploiter encore plus efficacement ce shell.

No one expect command execution

Magazine
Marque
MISC
Numéro
83
Mois de parution
janvier 2016
Spécialité(s)
Résumé

Les termes « exécution arbitraire de code » font généralement rêver tout chercheur en sécurité. Parvenir à détourner le flot d'exécution d'un programme pour en démarrer un autre est rarement une tâche aisée. Toutefois, il arrive que des programmeurs implémentent des options tout à fait légitimes dans leurs programmes qui peuvent être détournées et abusées. Qui soupçonnerait tar, zip ou tcpdump de pouvoir démarrer un programme externe? C'est ce que cet article va présenter.

American Fuzzy Lop

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
11
Mois de parution
juin 2015
Spécialité(s)
Résumé

Le fuzzing est une technique datant de plusieurs années qui consiste à modifier de manière aléatoire des données fournies à un programme. Le but est de rendre instable le programme lisant ces données. Cette méthode est très utilisée en sécurité informatique pour trouver des failles de sécurité, soit par déni de service, soit par corruption de mémoire. Elle a l'avantage d'être facile à mettre en œuvre et de produire des bons résultats, car les programmeurs font souvent un peu trop confiance dans les données provenant de l'extérieur, sans avoir prévu les cas aux limites, ou qui s'écartent de la norme attendue.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous