Voyage en C++ie : un code d’exception

Magazine
Marque
MISC
Numéro
119
Mois de parution
janvier 2022
Spécialité(s)


Résumé

Cet article s'inscrit dans la continuation d'une série d'articles sur les artefacts bas niveau que l'on peut rencontrer dans un binaire compilé à partir de sources en C++. Cet épisode aborde (enfin !) un des morceaux les plus indigestes de la traduction de C++ en assembleur : la gestion d'exceptions sous Linux, suivant la spécification dite Itanium.


Le langage C++ offre plusieurs moyens d'interagir avec le système d'exceptions. On peut lever une exception (via l'instruction throw <value>), attraper une exception en filtrant suivant le type (via l'instruction catch(<type> <identifier>)) ou indépendamment de son type (via l'instruction catch(...)). Il est également possible de relancer l'exception en cours de traitement (via l'instruction throw;).

Depuis C++11, une fonction peut être déclarée noexcept pour indiquer qu'elle ne peut pas lancer d'exception, là où une fonction non décorée pourrait en lancer. Et bien évidemment, le mot clef try permet de délimiter un bloc de code où une exception pourrait être levée.

Le fichier d'en-tête <exception> permet de spécialiser la manière de gérer certaines situations exceptionnelles (huhu) : std::set_terminate(...) modifie la fonction appelée quand une exception n'est pas gérée, std::current_exception() renvoie l'exception en cours de traitement.

Plutôt que...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

En sécurité sous les drapeaux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Spécialité(s)
Résumé

En sécurité sous les drapeaux... du compilateur, ces fameux -fstack-protector-strong et autres -D_FORTIFY_SOURCE=2 que l’on retrouve dans de plus en plus de logs de compilation. Cet article se propose de parcourir quelques-uns des drapeaux les plus célèbres, en observant les artefacts dans le code généré qui peuvent indiquer leur utilisation, tout en discutant de leur support par gcc et clang. Après tout, nombre d’entre eux sont utilisés par défaut sous Debian ou Fedora, ils méritent bien qu’on s’y intéresse un peu.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Les listes de lecture

11 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Clé de voûte d'une infrastructure Windows, Active Directory est l'une des cibles les plus appréciées des attaquants. Les articles regroupés dans cette liste vous permettront de découvrir l'état de la menace, les attaques et, bien sûr, les contre-mesures.
8 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Découvrez les méthodologies d'analyse de la sécurité des terminaux mobiles au travers d'exemples concrets sur Android et iOS.
10 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Vous retrouverez ici un ensemble d'articles sur les usages contemporains de la cryptographie (whitebox, courbes elliptiques, embarqué, post-quantique), qu'il s'agisse de rechercher des vulnérabilités ou simplement comprendre les fondamentaux du domaine.
Voir les 55 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous