YesCard, entre mythe et réalité ou un aperçu du système bancaire français

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
2
Mois de parution
novembre 2008
Spécialité(s)


Résumé

L'idée de paiement sans argent liquide n'est pas récente : « Chaque fois qu'un Gonda désirait quelque chose de nouveau, des vêtements, des objets, il payait avec sa clé. Il pliait le majeur, enfonçait sa clé dans un emplacement prévu à cet effet et son compte, à l'ordinateur central, était aussitôt diminué de la valeur de la marchandise ou du service demandé. » [1]. Depuis plus de vingt ans, la carte à puce est au cœur du système bancaire. Elle fait l'objet de toutes les attentions de la part des banques et des utilisateurs, mais aussi, voire encore plus, de la part des pirates. La carte à puce en tant que coffre-fort électronique impénétrable était censée apporter le niveau de sécurité élevé requis pour les applications bancaires. Mais il semble que deux lois de base aient été oubliées par les banques, à savoir que le niveau de sécurité d'un système est caractérisé par son maillon le plus faible et qu'un système sécurisé ne résiste pas éternellement aux attaques. Nous allons tenter dans cet article de décrire le rôle de la carte à puce dans le système bancaire français. Nous détaillerons d'abord le premier protocole qui était encore en vigueur il y a quelques années. Nous verrons ensuite les failles de sécurité que ce protocole présentait et comment elles ont été exploitées par les pirates avec notamment les « YesCard ». Enfin, nous étudierons les principales évolutions de sécurité liées en particulier à ces attaques.


Trois types fondamentaux de cartes à puce

1. cartes à mémoire : elles ne disposent pas de capacité de traitement et ne permettent que de stocker des informations, comme les cartes à piste magnétique. Toutefois, elles possèdent plus de mémoire. Elles sont utilisées pour des applications simples, par exemple pour des cartes téléphoniques. Ce genre de carte ne possède pas un degré de sécurité important : les données sont simplement stockées sur la carte et le traitement est fait au niveau du lecteur de carte.

2. cartes à mémoire protégée : les données stockées dans la carte sont protégées contre les accès non autorisés. Certaines zones sont accessibles seulement en lecture ou seulement lors de la personnalisation de la carte. Cette protection peut être effectuée à l'aide d'une logique câblée ou encore d'un code secret.

3. cartes à microprocesseur : contrairement aux cartes à mémoire, elles possèdent un microprocesseur capable de traiter...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Les listes de lecture

11 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Clé de voûte d'une infrastructure Windows, Active Directory est l'une des cibles les plus appréciées des attaquants. Les articles regroupés dans cette liste vous permettront de découvrir l'état de la menace, les attaques et, bien sûr, les contre-mesures.
8 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Découvrez les méthodologies d'analyse de la sécurité des terminaux mobiles au travers d'exemples concrets sur Android et iOS.
10 article(s) - ajoutée le 13/10/2020
Vous retrouverez ici un ensemble d'articles sur les usages contemporains de la cryptographie (whitebox, courbes elliptiques, embarqué, post-quantique), qu'il s'agisse de rechercher des vulnérabilités ou simplement comprendre les fondamentaux du domaine.
Voir les 78 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous