Attaques en environnement Docker : compromission et évasion

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines


Résumé

Ces dernières années, on a pu observer une évolution croissante des environnements conteneurisés et notamment de l’usage de Docker. Les arguments mis en avant lors de son utilisation sont multiples : scalabilité, flexibilité, adaptabilité, gestion des ressources... En tant que consultants sécurité, nous sommes donc de plus en plus confrontés à cet outil. Au travers de cet article, nous souhaitons partager notre expérience et démystifier ce que nous entendons bien trop régulièrement chez les DevOps, à savoir que Docker est sécurisé par défaut.


Souvent comparé aux environnements de virtualisation, Docker est tout de même différent en bien des points et notamment lorsqu’il s’agit de compromettre des actifs de cette nature. En effet, lorsqu’on s’attaque à une telle solution, plusieurs vecteurs d'attaques peuvent mener à une compromission et à l’accès de données sensibles. C’est pourquoi, l’API Docker, la gestion des capabilities, ou encore la configuration de l’écosystème demandent une attention toute particulière lorsqu’un tel environnement est déployé.

Dans cet article, nous nous attarderons sur ces environnements en univers Linux/Unix, qui concerne finalement la majorité des cas rencontrés et évoquerons plusieurs moyens qui peuvent mener à la compromission d’un conteneur et/ou de son hôte. Nous proposerons également des pistes de réflexion pour mettre en place des moyens de protection et de détection.

1. Compromission directe d’un actif Docker

1.1 Compromission directe...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Exploration du standard HITAG2 utilisé pour le verrouillage des véhicules grâce à la SDR

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Depuis de nombreuses années, l’ouverture des véhicules ne se fait plus en insérant une clé dans une serrure mécanique comme c’était le cas auparavant. Le verrouillage, et même parfois l’allumage des phares, peuvent être réalisés à partir d’une transmission radio entre la clé et le véhicule. Cette fonctionnalité, devenue essentielle, doit nous questionner sur la sécurité mise en œuvre. Nous allons voir que jusqu’à récemment, beaucoup de systèmes de verrouillage déployés sont vulnérables à des attaques peu sophistiquées qui nécessitent peu de moyens.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.