Retoucher vos photographies avec GIMP avant leur publication sur Internet

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
113
Mois de parution
mai 2019
Spécialité(s)


Résumé

Dans cet article, je vous propose quelques étapes très simples à réaliser pour avoir un rendu optimal sur vos photographies lors d’une publication sur un site web.


Body

Site du projet : https://www.gimp.org/fr/

Étape 1 : Le recadrage

À moins d’être photographe professionnel, les photos ont souvent des problèmes de cadrage. Pour ma part, j’opte pour un recadrage qui conserve les proportions de la photographie.

On sélectionne Outil de découpage dans les outils. Comme le but est de garder les proportions, il faut cliquer sur Fixé dans le menu (Figure 1).

 

001

 

Figure 1

Dans la photographie d’exemple, le cœur de l’action se situe à gauche et le personnage de droite sur la photo originale déborde de la photographie donc autant le supprimer (Figure 2).

 

002

 

Figure 2

Étape 2 : Le réglage de la saturation

Par manque d’éclairage les photographies ont tendance à virer à l’orange. Pour corriger ce problème, il faut modifier la saturation de l’image. Pour ce faire, on clique avec le bouton droit, puis on sélectionne le menu Couleurs. Ensuite, on sélectionne Teinte-Saturation. Le menu de réglage apparaît alors et là le réglage est assez simple, il suffit de baisser la saturation (dans l’exemple -15,2) (Figure 3). Pour vous rendre compte en temps réel des modifications, je vous invite à cliquer sur « aperçu » et « éclater la vue ».

 

005

 

Figure 3

Sur la Figure 4, la partie gauche nous montre un aperçu du changement de la saturation, la partie droite nous montre l’image avant la correction. Certes les couleurs ont l’air plus ternes après les modifications, mais nous allons régler ce problème dans l’étape suivante.

 

006

 

Figure 4

Étape 3 : Le réglage des niveaux

Un autre effet du manque d’éclairage est d’avoir des photographies ternes/sombres. Pour corriger ce problème, nous allons modifier les niveaux. Il faut donc faire un clic droit sur la photographie, puis on sélectionne le menu Couleurs > Niveaux. Le menu de réglage apparaît alors. Un histogramme nous permet de visualiser les couleurs du plus sombre au plus clair.

 

009

 

Figure 5

Voici comment je fais mes réglages. Je ramène le niveau de sortie des couleurs claires (l’index de droite) à la fin des couleurs, cela éclaircira toute l’image (Figure 5). En général, il faut aussi éclaircir les couleurs médianes. Pour ce faire, on sélectionne l’index du milieu et on le décale vers la gauche. Comme d’habitude, je vous conseille de cocher les menus Aperçu et Éclater la vue pour se rendre compte en temps réel du futur rendu. Sur la photo, voici un aperçu des modifications (Figure 6).

 

010

 

Figure 6

Étape 4 : Le redimensionnement

Avant de publier sur Internet, il est important d’avoir une dimension d’image correcte. Mon appareil photo crée des photographies d’une résolution de 5472x3648, ce qui est beaucoup trop pour une image Internet.

On fait donc un clic droit sur la photographie, puis Image > Échelle et taille de l’image. Le menu de réglage apparaît alors. Je choisis en général une largeur de 800px (Figure 7). L’intérêt de cette modification est de pouvoir afficher une image sur la page web avec un écran classique. Si par contre on dispose d’un écran 4K, on pourra alors afficher deux photographies côte à côte.

 

013

 

Figure 7

Étape 5 : La compression

La dernière étape consiste à réduire la taille du fichier image. Le mieux est d’opter pour un format d’image permettant une compression destructrice tel que le JPEG. Pour enregistrer notre photographie, on clique droit sur l’image, puis Fichier > Exporter sous. On donne un nom de fichier avec l’extension .jpg et pour finir le menu de réglage nous propose la qualité de l’image (Figure 8). Plus la qualité est faible, plus l’image sera de petite taille, mais plus la compression sera visible. Une qualité raisonnable se situe entre 70 et 90, le mieux c’est de faire des tests.

 

016

 

Figure 8

On peut voir sur la partie gauche de la photographie une faible qualité d’image (Figure 9).

 

017

 

Figure 9

Conclusion

Voici donc 5 étapes très simples vous permettant de rapidement tirer le meilleur de vos photos en vue de les publier sur un site internet.

 



Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Auto-héberger son agenda avec Baïkal

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
46
Mois de parution
octobre 2019
Spécialité(s)
Résumé

Il est très utile de pouvoir avoir un calendrier partagé accessible à tout moment sur toute sorte de clients : PC, tablette, téléphone... La solution la plus simple est souvent d’utiliser Google Calendar. Dans cet article, nous allons voir qu’il n’est pas si compliqué d’héberger soi-même un calendrier partagé à l’aide de Baïkal. Nous aborderons l’installation et la configuration de Baïkal. Pour finir, nous découvrirons la configuration des clients Thunderbird, Android et iOS.

Contrôler vos modèles Lego PoweredUp au Joypad à l'aide de votre Raspberry Pi

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
30
Mois de parution
juillet 2019
Spécialité(s)
Résumé

Dans cet article, nous allons voir comment piloter un robot Lego PoweredUp à l’aide d’un JoyPad, grâce à un Raspberry Pi. Nous allons installer tout le nécessaire sur notre Raspberry Pi pour pouvoir piloter notre modèle Lego PoweredUp. Nous utiliserons NodeJS, donc le langage JavaScript, pour piloter notre modèle Lego.

Contrôler vos modèles Lego au joypad à l'aide de BrickPi

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
29
Mois de parution
avril 2019
Spécialité(s)
Résumé

Dexter Industries propose des cartes d’extension pour Raspberry Pi. Dans cet article, nous allons nous intéresser à la carte BrickPi permettant de piloter les moteurs et senseurs Lego MindStorms. Nous verrons comment piloter notre robot Lego à l’aide d’un joypad. Nous développerons notre programme grâce au langage Python.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous