Smartphone / Netbook / Lecteur DVD même combat ?

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
66
Mois de parution
juillet 2011
Spécialité(s)


Résumé

Coup d'œil sur MeeGo, la distribution GNU/Linux de Nokia, Intel et ... Peugeot !


Body

1. Origines

MeeGo est né de la rencontre de deux industriels, Intel et Nokia, de leurs deux plateformes Linux respectives et d'un besoin commun, celui d'un OS orienté informatique mobile pour leurs plateformes matérielles respectives. Intel disposait jusqu'à présent de sa plateforme Moblin, un temps basée sur Ubuntu avant de passer au format RPM et de son côté, Nokia disposait de Maemo (basé sur Debian), visant les tablettes Internet et le téléphone / Pocket PC N900. La fusion des deux projets vise à réduire la duplication des efforts et à augmenter la visibilité de la plateforme.

MeeGo a officiellement été lancé en février 2010 sous le patronage de la Linux Foundation, un consortium de vendeurs supportant la croissance de Linux. Ce patronage devrait en théorie garantir la nature ouverte du développement du projet (listes de diffusion et repository git visible pour tous).

En Février 2011, Nokia a pris la décision de se tourner vers Windows Phone pour ses smartphones, mais a annoncé simultanément vouloir continuer à investir sur MeeGo comme plateforme d'expérimentation. Un téléphone sous MeeGo devrait même voir le jour cette année. De nombreux constructeurs ayant annoncé leur soutien à la plateforme (dont en France Peugeot PSA !), l'avenir de celle-ci semble assuré.

En dehors des smartphones et des netbooks, MeeGo se positionne comme système d'exploitation pour l'informatique mobile en général, du système de navigation automobile au media center de votre salon.

2. Aperçu utilisateur : MeeGo sur netbook

MeeGo propose pour chacune de ses plateformes cibles une interface utilisateur spécifique (UX), les trois UX les plus avancées étant à l'heure actuelle Netbook, Handset et In-Vehicle Infotainment.

L'interface Netbook UX abandonne complètement l'organisation Bureau / Poste de Travail / Dossier personnel que nous connaissons depuis les années 90. MeeGo est organisé sous forme de « panels », regroupant les activités par thèmes, avec par exemple un panel Web, un panel Périphériques, un panel Réseau, etc.

Lorsqu'on démarre MeeGo, on accède tout d'abord au panel « My Zone », qui présente de facon condensée les derniers documents et applications utilisés sur MeeGo. Ainsi, suite à une session web et un visionnage de photos, le panel « My Zone » prend l'aspect suivant (Fig. 1).

my_zone

Fig. 1 : Un dock pratique permet de basculer entre les panels.

Sur le haut de l'écran se trouve une barre d'outils automasquable, permettant de changer de panel et d'afficher l'heure, l'état de la batterie et du réseau. On bascule entre les applications déjà ouvertes via le panel Zones, qui présente un aperçu minimisé des applications (Fig. 2).

zones1

Fig. 2 : Une nouvelle zone est créée par défaut pour chaque application, laissant à l'utilisateur le regroupement des applications dans les zones, ce qui est peu pratique.

Toute l'interface MeeGo fonctionne au simple clic, permettant aux écrans tactiles d'être directement de la partie. Le Classmate d'Intel, que nous avons utilisé pour le test, possède un écran tactile et nous avons pu vérifier que MeeGo fonctionne parfaitement au stylet et supporte même très bien le mode portrait du netbook.

MeeGo étant en partie basé sur GNOME, on retrouve certaines applications connues comme le gestionnaire de fichiers Nautilus, l'éditeur de texte gedit et certains utilitaires de configuration comme celui du clavier. Le navigateur web par défaut est Chromium, la version open source de Google Chrome.

fennec

Fig. 3 : Fennec, la version mobile de Firefox tourne aussi sur MeeGo.

3. Côté développeur

La plus grande différence de MeeGo par rapport aux autres stacks Linux destinés à l'informatique mobile ou embarquée, c'est sa grande similitude avec un environnement de bureau Linux standard. MeeGo intègre ainsi la glibc (contrairement à Android), un serveur X (contrairement à WebOS de HP/Palm), un format de paquets reconnu, RPM (contrairement à Angström). Sa proximité avec le stack Linux avait déjà fait le succès de Maemo auprès des développeurs, en facilitant grandement le portage des applications Linux existantes, comme Firefox, Skype, etc.

Le SDK est basé sur trois composants :

- Qt Creator comme IDE standard, Qt mobile étant le framework recommandé pour développer sur MeeGo ;

- Qemu-gl, une version de Qemu supportant l'accélération matérielle pour le rendu du graphisme du système émulé ;

- MADDE, un outil en ligne de commandes permettant la cross compilation vers la plateforme cible, Qemu/ARM ou Qemu/i386.

Conclusion : MeeGo est-il fait pour moi ?

Après ce tour d'horizon de la plateforme plutôt positif, allons-nous inciter chacun à télécharger MeeGo ? En fait non. La raison est que MeeGo, comme Google Chrome OS, se destine avant tout à l'intégrateur OEM désireux de fournir une plateforme logicielle à son équipement mobile. MeeGo est destiné à être utilisé pré-installé, comme par exemple sur la tablette WeTab.

S'il est bien possible d'installer MeeGo sur son netbook, voire sur son Nokia N900, c'est plus une technology preview qu'autre chose, le support hardware, les mises à jour, le nombre de paquets disponibles étant en-dessous de ce que proposent les distributions GNU/Linux courantes. L'AppStore de MeeGo est par ailleurs encore en développement.

La meilleure façon de profiter des nouveautés de MeeGo est donc peut-être d'attendre que les éléments de l'interface utilisateur (UX) de MeeGo soit packagés dans votre distribution préférée. Le travail a déjà été réalisé pour SUSE et Fedora et a commencé sur Debian. Vous verrez sans doute l'UX Netbook disponible dans votre distribution préférée, bien avant de voir tourner MeeGo sur votre lecteur de DVD !



Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Un best-seller qui tourne sous Linux : coup d'œil sous le capot du Samsung ARM Chromebook

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
81
Mois de parution
janvier 2014
Spécialité(s)
Résumé
Un nouveau succès pour Linux et le logiciel libre ? En tête des meilleures ventes Amazon aux États-Unis se trouve actuellement un Chromebook de Samsung sous architecture ARM. Qu'est-ce qu'un Chromebook ? En quoi est-il basé sur Linux ? Quels sont ses atouts et ses faiblesses ? Ce sont les questions auxquelles nous allons tenter de répondre.

Protégez votre PC Linux du chat du voisin avec un lance-missiles USB

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
81
Mois de parution
janvier 2014
Spécialité(s)
Résumé
Cryptographie, firewall, sandboxing, les techniques de sécurité sur Unix/Linux sont nombreuses et couvrent de nombreux aspects. Avez-vous cependant pensé au lance-missiles USB pour protéger vote poste de travail, votre serveur ? On trouve en effet sur les sites de commerce en ligne de type ThinkGeek de nombreux modèles de lance-missiles USB, modèles qui fonctionnent parfaitement sous Linux.

Les faux problèmes qui vous empêchent de contribuer aux logiciels libres

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
71
Mois de parution
mai 2012
Spécialité(s)
Résumé
Le logiciel libre, étant un mouvement social aussi bien qu'une réalisation technique, est naturellement influencé par des facteurs humains liés au parcours personnel de ceux qui s'y impliquent. L'expérience de l'auteur de ces lignes comme Debian Maintainer l'a amené à la conclusion suivante : la communication est au moins aussi importante que la technique dans la réussite d'une contribution personnelle, ou d'un projet de logiciel libre.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Les listes de lecture

9 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Vous désirez apprendre le langage Python, mais ne savez pas trop par où commencer ? Cette liste de lecture vous permettra de faire vos premiers pas en découvrant l'écosystème de Python et en écrivant de petits scripts.
11 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
La base de tout programme effectuant une tâche un tant soit peu complexe est un algorithme, une méthode permettant de manipuler des données pour obtenir un résultat attendu. Dans cette liste, vous pourrez découvrir quelques spécimens d'algorithmes.
10 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
À quoi bon se targuer de posséder des pétaoctets de données si l'on est incapable d'analyser ces dernières ? Cette liste vous aidera à "faire parler" vos données.
Voir les 102 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous