Comment calibrer votre écran sous Linux ?

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
56
Mois de parution
novembre 2009


Résumé

Pourquoi calibrer son écran ? Parce que l'affichage des couleurs varie sensiblement d'un écran à l'autre. En cause, le calibrage des écrans en sortie d'usine, mais aussi le simple vieillissement du matériel. Pour obtenir un rendu des couleurs fiable, il faut calibrer son écran et il faut le faire régulièrement. Faire son calibrage entièrement sous Linux sans passer par Windows est tout à fait possible. C’est ce que nous allons voir dans cet article à travers l'étude d'un cas concret : un calibrage pas à pas de l'achat d'une sonde jusqu'à l'application du profil au niveau du système et du logiciel de retouche d'images GIMP.


 

f1

1. Choix de la sonde

Comme souvent, quand on achète du matériel sous Linux, le premier réflexe doit être de vérifier au préalable si le matériel est supporté ou non. Il faut rarement compter sur les fabricants de matériel pour proposer un support Linux. On trouve sur le marché des sondes de marque X-Rite, Gretag (racheté par X-Rite) ou Datacolor (ex Colorvision). Les sondes seules ne sont pas d'une grande utilité et elles sont toujours livrées avec un logiciel de calibrage. Aucune surprise, les logiciels sont fournis pour les systèmes Windows et Mac OSX, Linux étant superbement ignoré. Il faut donc se tourner vers les logiciels de calibrage développés par la communauté des utilisateurs Linux et c'est ainsi qu'on découvre Argyll CMS, le logiciel incontournable de calibrage sous Linux. Le champ d'action de Argyll CMS est complet, puisqu'il couvre aussi bien le calibrage d'écrans, que celui d'imprimantes et de scanners, mais nous nous intéresserons...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous