Utilisation de certificats X.509 avec OpenSSH

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
138
Mois de parution
mai 2011


Résumé
Cet article propose de mettre en œuvre le patch développé par Roumen PETROV [1] pour ajouter le support des certificats X.509 dans le processus d'authentification de OpenSSH. Dans ce cas là, l'identité du client et/ou du serveur est vérifiable en local avec un fichier CRL (Certificate Revocation List) fourni par l'autorité de certification, ou encore à distance en utilisant un serveur OCSP (Online Certificate Status Protocol) ou un annuaire LDAP.Mots-clés : OpenSSH, X.509, OCSP, LDAP

1. Introduction

Le support des certificats X.509 dans SSH (SECSH-X509) est toujours sous forme de « draft » depuis novembre 2009 [3]. La dernière version (draft-igoe-secsh-x509v3-07) sortie le 3 janvier 2011, a semble-t-il été approuvée par l'IETF (Internet Engineering Task Force) et attend d'être éditée sous forme de RFC (Requests For Comments). Cependant, depuis 2002, Roumen PETROV fournit un patch [1] permettant d'utiliser des certificats X.509 dans OpenSSH [2].

Avant d'entrer dans le vif de cet article, il faut pouvoir disposer d'une autorité de certification (CA) et de différents certificats valides et révoqués. Plusieurs solutions sont possibles, comme mettre en place une PKI (Public Key Infrastructure) avec EJBCA [4] (voir GLMF n° 120 d'octobre 2009), ou bien avec OpenCA [7] ou encore se servir d'outils comme OpenSSL [9] ou certutil [10].

Comme la plupart des distributions Linux intègrent nativement OpenSSL, j'ai écrit un makefile utilisant cette librairie qui...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Sécurisez vos noms de domaine avec DNSSEC

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
225
Mois de parution
avril 2019
Spécialité(s)
Résumé

Le service DNS (Domain Name System) est depuis les années 1980 un des composants essentiels du fonctionnement d’Internet, car il permet notamment la conversion d’un nom de domaine en adresse IP (et l’inverse également). Il a été la cible de plusieurs attaques comme l’usurpation d’identité DNS (DNS ID Spoofing [1]) et la pollution de cache (DNS cache poisoning [1] [2]). Avec la mise en place d’une zone racine « signée » en janvier 2010 ([3]), il est désormais possible de vérifier les données reçues par le système DNS en activant DNSSEC (Domain Name System Security Extensions [4]). Je vous propose donc de voir comment mettre en œuvre tout cela.

Installation sans écran de Slackware sur un Raspberry Pi 3

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
207
Mois de parution
septembre 2017
Spécialité(s)
Résumé
Vous venez d'acheter un Raspberry Pi 3 et vous n'avez pas d'écran avec un connecteur HDMI à portée de main pour installer/paramétrer votre petit « jouet ». Qu'à cela ne tienne, un câble Ethernet suffira ! Je vous propose également de voir comment on peut utiliser un autre système Linux que la distribution de référence Raspbian, en installant par exemple une Slackware.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous