Programmation IPv6

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
138
Mois de parution
mai 2011


Résumé
Le 3 février dernier, le pool d'adresses IPv4 géré par l'IANA était épuisé. Des machines visibles de l'Internet uniquement par une adresse IPv6, faute d'adresse IPv4 publique, apparaîtront donc très bientôt. Face à cette pénurie d'adresses IPv4, la migration des applications vers IPv6 reste un des défis les plus importants. Pourtant, vous verrez dans cet article qu'il est assez simple de gérer cette technologie dans vos applications existantes ou futures.

1. Contexte et problématique

Dans cet article, on se limite au protocole TCP qui est le plus courant et on développera les implémentations en C, ce qui nous permettra d'avoir une vision assez fidèle des fonctionnalités que fournissent les API.

Le but est d'écrire des applications capables de s'adapter à leur environnement (IPv4 et/ou IPv6) pour communiquer.

Pour une application TCP donnée, il est crucial de considérer comment le serveur et le client peuvent se connecter, soit en IPv6, soit en IPv4. L'utilisation de l'une ou l'autre de ces versions du protocole IP n'est pas toujours possible, soit pour des raisons logicielles (portage non encore effectué, module externe non compatible IPv6), soit à cause de problèmes réseau (IPv6 non déployé ou non activé sur la machine, par exemple). Cependant, la plupart des machines sont maintenant capables d'utiliser IPv4 et IPv6 (on parle de « dual-stack »), voire même de faire des conversions entre les deux (voir plus loin)....

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Le test de Peter

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
206
Mois de parution
juillet 2017
Spécialité(s)
Résumé
On a tous un ou deux amis bizarres. C’est le cas par exemple de mon ami Peter. Dès qu’il trouve quelque chose de nouveau, il ne peut s’empêcher de faire un test. Il teste donc les spécialités culinaires, les paradigmes de programmation, les techniques de drague… Il teste absolument tout. Avant-hier, quand je l’ai aperçu à la terrasse d’un café, je me doutais donc bien qu’il était en train de tester quelque chose…

Conctructions « with » en langage… bash !

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
204
Mois de parution
mai 2017
Spécialité(s)
Résumé
Dis-moi petit syntax checker, qu’as-tu à me dire sur mon code source ? Comment ça, tu me rends la main tout de suite ? Tu n’as rien trouvé ?? Pas le moindre petit warning ??? Allez, ne sois pas timide, je t’ai mis l’option ultra-verbose je te signale !! T’es pas censé être timide !! Écoute, tu vois bien que je travaille seul là-dessus... si tu ne me dis rien, qui d’autre va me faire la conversation ?? Bon. Tu l’auras voulu. Voyons si tu resteras de marbre quand j’aurai ajouté cette structure exotique à mon code source...

Les secrets de fabrication d'une entrée gagnante de l'IOCCC

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
197
Mois de parution
octobre 2016
Spécialité(s)
Résumé
Vous rappelez-vous des articles « Le coin du vieux barbu » où David Odin analysait les entrées gagnantes de l'IOCCC ? Je vous propose de passer de l'autre côté du miroir, afin de découvrir la recette que j'ai employée pour cuisiner mon entrée gagnante de l'IOCCC 2015.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous