Gestion des leds et GPIO facile sur plateformes embarquées

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
116
Mois de parution
mai 2009


Résumé
De nombreuses plateformes pour l'embarqué disposent de GPIO (General Purpose Input/Output), c'est-à-dire d’un ou plusieurs ports d'entrée/sortie destinés à un usage général. Qu'il s'agisse de kit de développement, de smartphone ou encore de routeur Wifi par exemple, ces ports sont généralement utilisés pour y connecter des leds et informer l'utilisateur de l'état du système.Le noyau Linux intègre depuis plusieurs versions un sous-système très pratique permettant de faciliter l'utilisation de ces GPIO. Ainsi, sur la plateforme Fonera du projet de Wifi communautaire FON, la dernière version d'OpenWrt permet d'utiliser ces facilités (tout comme les dernières versions des firmwares de FON).

Le matériel utilisé ici est la platine FON2100, c'est-à-dire la première Fonera toujours disponible sur le net pour moins de 20 euros. Bien entendu, le support qui va être décrit et utilisé ci-après est également applicable pour d'autres plateformes, comme les autres générations de Fonera (FON2200, FON2201/Fonera+, FON2202/Fonera2), les serveurs Cobalt Raq & Qube, le Freecom FSG-3, les Soekris net48xx, etc.

Côté système, nous utiliserons le tout nouveau OpenWrt Kamikaze 8.09 (stable) disponible depuis mi-février. Reportez-vous aux nombreux articles déjà parus sur le sujet dans les numéros précédents pour en savoir plus et faire vos premiers pas avec cette très sympathique distribution port l'embarqué.

1. Premiers pas

Après compilation et construction d'OpenWrt Kamikaze 8.09 pour la plateforme désignée sous le nom atheros, il nous suffit de flasher le firmware sur la Fonera via RedBoot, une connexion console série et une liaison Ethernet directe (avec TFTP)....

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Édito

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
38
Mois de parution
juillet 2021
Résumé

Le monde des jeux vidéos est sans pitié et on comprendra aisément la ferveur (voire la férocité) avec laquelle certaines sociétés défendent leur propriété intellectuelle. Comment ne pas estimer cela parfaitement justifié lorsqu'on voit fleurir de toute part des produits surfant sur la vague du rétrogaming, faisant fi de toutes considérations légales, allant jusqu'à intégrer des collections impressionnantes de « ROM », n'étant ni plus ni moins qu'un ensemble de copies pirates de jeux.

Développez pour la Nintendo Game & Watch

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
38
Mois de parution
juillet 2021
Spécialité(s)
Résumé

Dans un précédent article, nous avons fait connaissance avec la console Game & Watch, produite par Nintendo à l'occasion des 35 ans de Mario. Grâce au travail de brillants développeurs, nous avons pu procéder à une sauvegarde complète du firmware de la console afin de basculer, en toute sécurité, le microcontrôleur STM32H7B0 dans un mode nous permettant de développer sereinement. Il est temps maintenant de faire connaissance avec l'environnement de développement et les spécificités du matériel pour produire un code « maison », plus évolué que la simple démonstration de base.

Pico : Accéder aux informations binaires depuis votre code

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
38
Mois de parution
juillet 2021
Spécialité(s)
Résumé

Le SDK de la Raspberry Pi Pico embarque par défaut des informations dans les firmwares comme la date de construction, la version du SDK utilisée, le nom du projet, etc. Il est également possible de personnaliser certaines d'entre elles afin d'ajouter une description sommaire, une version ou une URL de référence, tout ceci étant consultable facilement dans le fichier binaire issue de la compilation, mais également directement depuis la carte avec l'utilitaire Picotool. Voyons comment accéder à ces mêmes informations depuis le code s'exécutant sur le microcontrôleur RP2010...

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous