Hacker un dressing

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
111
Mois de parution
décembre 2008


Résumé

Monter une application réseau, c’est relativement simple et parfois horriblement complexe. Pour être sûr d’avoir une bonne vraie usine à gaz, il suffit de faire confiance à la première SSII venue qui va se dépêcher de mettre en place un W3K/SharePoint/Moss. Le tout dans un environnement C#/ASP.NET, dans un réseau évidemment IPv6 « compliant ». Cette solution est la réponse à la difficulté de mettre quatre documents Word sur un serveur de fichier.L’autre solution est de revenir aux fondamentaux du réseau en utilisant la bibliothèque GNet. Dans cet article, nous voulons présenter succinctement, mais de façon compréhensible, le « comment ça marche » du réseau et comment l’utiliser dans un programme C.


1. Hacker une banque, c’est sympa, mais monter le dressing, c’est mieux !

On vient de prendre un deuxième appartement avec ma copine pour des raisons professionnelles, et coup de chance celui-ci est très grand. J’avoue que la première vision que j’ai eue a été de pouvoir déployer vite fait bien fait un bon réseau et surtout de pouvoir ressortir ma SPARC de mon placard. Cette vision idyllique a été un poil changée par mon amie qui voulait réaliser son plus grand rêve à elle : « avoir un dressing ». Ça, c’est un truc de magazine féminin que j’ai pas encore bien compris, mais qui veut qu’une femme (la mienne en l’occurrence) achète beaucoup de fringues et ait besoin d’un « dressing » pour les ranger. Je ne savais pas exactement ce que c’était avant d’aller chez un marchand de meubles bien connu, mais il s’agit en fait de trois ou quatre grands placards où mettre les affaires de fille. Je n’entre pas dans les détails, mais cela...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Base de données embarquée dans un navigateur

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
164
Mois de parution
octobre 2013
Spécialité(s)
Résumé

Cela fait quelques années que je vends du logiciel et… soit je n’ai pas de chance, soit c’est le marché qui veut ça, mais pour une application client lourd (QT,Swing,GTK…) que j’écris, je vends 3 applications Web. Ces applications Web sont des applications style « desktop », mais vivantes, soit dans un navigateur Internet « standard », soit sur le navigateur d’un téléphone/tablette. Là où ça se complique, c’est qu’une application lourde interagit rapidement et « fonctionne » sans Internet… Deux trucs « difficiles » à mettre en place pour les applications Web.Il devient assez complexe de faire comprendre à son client qu’une application Web 2.0 ne peut fonctionner sans Internet alors qu’une vieille application client lourd (Pre-Web 1.0 ?) le peut.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous