OpenLDAP au quotidien : trucs et astuces

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
111
Mois de parution
décembre 2008


Résumé

OpenLDAP est l'implémentation d'annuaires LDAP la plus utilisée dans le monde du libre à l'heure actuelle. Malheureusement, la documentation disponible n'est pas vraiment à la hauteur. En particulier, les fonctionnalités offertes par les différents modules, qu'il s'agisse de greffons (overlays) ou de modules de stockage (backend), se réduisent le plus souvent à une page de manuel compréhensible par les seuls initiés, qui sont de plus les seuls à en connaître l'existence. Il s'ensuit un gouffre relativement important entre les bonnes pratiques qui se transmettent de bouche à oreille sur la liste de diffusion des utilisateurs, et l'utilisation classique que l'on voit partout ailleurs. Plusieurs années de pratique m'ont ainsi permis d'accumuler une certaine expérience sur ce logiciel, pour répondre à des problèmes variés liés à la gestion d'une base d´utilisateur dans un annuaire LDAP. Ces problèmes étant susceptibles de se poser pour tout administrateur système se trouvant dans le même cas. J'ai donc choisi de partager cette expérience sous la forme d'une liste de recettes thématiques.


Deux remarques au préalable. D´abord, ces astuces ne concernent pas OpenLDAP stricto sensu, mais plutot l´utilisation d´OpenLDAP pour gérer des comptes Unix, donc également pam_ldap et nss_ldap. Ensuite, OpenLDAP étant largement modulaire, la façon dont il est compilé influence largement la disponibilité de certaines fonctionnalités, qui peuvent être absentes, présentes dans l´exécutable principal ou sous forme de modules externes, qui doivent être chargés explicitement par la directive moduleload. Attention, l´option de compilation --enable-overlays ne concerne que les modules principaux, d´autres sont également disponibles dans le répertoire contrib/slapd-modules, et doivent être compilés manuellement.

1. Sécurité

La sécurité est le premier thème abordé ici. Les recettes présentées concernent différentes stratégies visant à limiter l´exposition des mots de passe, la limitation des privilèges, la protection contre les dénis de service, la...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Kerberos, le SSO universel : 1- Présentation et déploiement

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
Mois de parution
novembre 2011
Résumé

Kerberos est un protocole d'authentification réseau, qui présente la particularité d'allier à la fois sécurité et confort d'utilisation, puisqu'il s'agit d'un système d'authentification unique (SSO, Single Sign On). À l'heure où fleurissent les articles vantant les mérites des systèmes de type CAS, assurant un service similaire, mais limité aux seules applications web, il paraît intéressant de présenter cette technologie quelque peu méconnue.

Kerberos, le SSO universel : 4- Relation de confiance entre royaumes

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
Mois de parution
novembre 2011
Résumé

Jusqu'ici, les exemples présentés concernaient l'accès à des ressources appartenant au même royaume Kerberos que l'utilisateur. Or, ceci n'est pas toujours le cas dans la réalité, lorsqu'il existe plusieurs royaumes Kerberos différents au sein d'une même entité. Cette situation peut être volontaire, les différents royaumes jouant une fonction de cloisonnement, ou non, typiquement lorsqu'un domaine Active Directory est mis en place pour gérer un parc de machines Windows et qu'il vient avec son propre royaume Kerberos.

Kerberos, le SSO universel : 2- Intégration des applications

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
Mois de parution
novembre 2011
Résumé

L'intégration des applications à une infrastructure Kerberos, ou kerberisation, peut se faire de deux manières différentes. La première, l'authentification Kerberos à proprement parler, consiste à utiliser le mécanisme décrit précédemment, à base de tickets, entre le client et le serveur (figure 1). Il faut bien évidemment un support explicite pour ce mécanisme au niveau du client et du serveur, mais également dans le protocole utilisé.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Générez votre serveur JEE sur-mesure avec Wildfly Glow

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Et, si, en une ligne de commandes, on pouvait reconstruire son serveur JEE pour qu’il soit configuré, sur mesure, pour les besoins des applications qu’il embarque ? Et si on pouvait aller encore plus loin, en distribuant l’ensemble, assemblé sous la forme d’un jar exécutable ? Et si on pouvait même déployer le tout, automatiquement, sur OpenShift ? Grâce à Wildfly Glow [1], c’est possible ! Tout du moins, pour le serveur JEE open source Wildfly [2]. Démonstration dans cet article.

Bénéficiez de statistiques de fréquentations web légères et respectueuses avec Plausible Analytics

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Pour être visible sur le Web, un site est indispensable, cela va de soi. Mais il est impossible d’en évaluer le succès, ni celui de ses améliorations, sans établir de statistiques de fréquentation : combien de visiteurs ? Combien de pages consultées ? Quel temps passé ? Comment savoir si le nouveau design plaît réellement ? Autant de questions auxquelles Plausible se propose de répondre.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous