À la découverte de RRDtool

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
Mois de parution
novembre 2011


Résumé
La supervision de serveurs et de services fait partie des fondamentaux du métier de sysadmin, que ce soit sous forme de remontée d'alertes ou de graphage de métriques. C'est précisément dans le cadre de cette dernière activité que nous allons nous intéresser à RRDtool, un classique dans le domaine des outils de graphage qui vous permet de stocker des valeurs numériques et de générer des graphiques. Bien que généralement embarqué dans des solutions clés en main telles que Cacti, Munin ou encore Centreon, je vous propose de découvrir dans cet article son fonctionnement propre et de l'utiliser « nature » afin de vous permettre de grapher des métriques correspondant à des besoins potentiellement spécifiques (tension électrique, température, etc.).

RRDtool [RRDTOOL] - pour Round-Robin Database tool - est un logiciel créé en 1999 par Tobias Oetiker, à qui l'on doit également les célèbres outils MRTG et SmokePing. Il s'agit d'un format de stockage de valeurs numériques sous forme de bases de données type « buffer circulaire », accompagné d'outils logiciels permettant d'alimenter ces bases et d'en exporter les valeurs sous forme de graphiques (PNG, SVG, ...) ou textuelle (ASCII, XML).

1. RRD, RRA, PDP, CDP, DS, CF... WTF ?

Les fichiers contenant les bases de données (RRD) disposent d'une capacité de stockage finie établie lors de leur création, et n'ont à proprement parler pas de début ni de fin ; les valeurs sont écrites de manière circulaire et les plus anciennes sont écrasées par des nouvelles : cela revient en quelque sorte à écrire périodiquement sur un disque sans notion de pistes ni de profondeur comme un CD ou un disque dur.

Les données contenues dans une RRD sont fondamentalement liées au temps :...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite