Kerberos, le SSO universel : 1- Présentation et déploiement

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
Mois de parution
novembre 2011


Résumé

Kerberos est un protocole d'authentification réseau, qui présente la particularité d'allier à la fois sécurité et confort d'utilisation, puisqu'il s'agit d'un système d'authentification unique (SSO, Single Sign On). À l'heure où fleurissent les articles vantant les mérites des systèmes de type CAS, assurant un service similaire, mais limité aux seules applications web, il paraît intéressant de présenter cette technologie quelque peu méconnue.


L’article commence par présenter le protocole et ses concepts. Ensuite, il explique le déploiement de l’infrastructure, puis l’intégration des applications à celle-ci. Enfin, il aborde certaines subtilités de configuration et quelques exemples d’utilisation plus avancée. 

1. Présentation 

1.1 Historique 

Kerberos a vu le jour dans les années 1980, au sein du projet Athena, un projet de recherche conjoint entre le MIT, DEC et IBM, d’où sortit également le système X Windows. Il s’agit d’un système conçu pour assurer une authentification fiable et réciproque entre différents noeuds d’un réseau non sécurisé, garantissant la confidentialité des échanges et l’impossibilité de les rejouer. Le tout à une époque où la norme était plutôt à l’utilisation des mots de passe en clair via Telnet, pour situer le contexte... 

Vers la fin des années 80, la première version publique est publiée, sous le nom de Kerberos 4. En plus d’être...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Kerberos, le SSO universel : 4- Relation de confiance entre royaumes

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
Mois de parution
novembre 2011
Résumé

Jusqu'ici, les exemples présentés concernaient l'accès à des ressources appartenant au même royaume Kerberos que l'utilisateur. Or, ceci n'est pas toujours le cas dans la réalité, lorsqu'il existe plusieurs royaumes Kerberos différents au sein d'une même entité. Cette situation peut être volontaire, les différents royaumes jouant une fonction de cloisonnement, ou non, typiquement lorsqu'un domaine Active Directory est mis en place pour gérer un parc de machines Windows et qu'il vient avec son propre royaume Kerberos.

Kerberos, le SSO universel : 2- Intégration des applications

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
Mois de parution
novembre 2011
Résumé

L'intégration des applications à une infrastructure Kerberos, ou kerberisation, peut se faire de deux manières différentes. La première, l'authentification Kerberos à proprement parler, consiste à utiliser le mécanisme décrit précédemment, à base de tickets, entre le client et le serveur (figure 1). Il faut bien évidemment un support explicite pour ce mécanisme au niveau du client et du serveur, mais également dans le protocole utilisé.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous