Reconstruire son FreeBSD pour une plateforme non supportée par la distribution binaire

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
122
Mois de parution
décembre 2022


Résumé

Recompiler et reconstruire tout un OS n'est généralement plus quelque chose qu'on fait très souvent de nos jours. Les cas sont généralement limités à quelques domaines ou obligations techniques, parmi lesquels l'embarqué, le maintien de solutions legacy, ou la simple perversité. FreeBSD, comme GNU/Linux, n'échappe pas à cette règle et bien des fois, les images binaires (USB, ISO, archives, etc.) sont suffisantes... Sauf quand ce n'est pas le cas.


Il existe nombre de documentations et tutoriels en ligne décrivant comment reconstruire un FreeBSD pour une cible ARM (comme une carte Raspberry Pi), nous n'allons donc pas partir dans cette direction, même si dans les grandes lignes, ce qui va suivre est tout à fait transposable. Mon cas est sensiblement différent puisqu'il concerne le fait de faire fonctionner un FreeBSD récent (13.1) sur une cible qui ne l'est pas du tout : un Pentium 233 MMX (P55) sur une carte mère Octek Rhino 15+ [1] équipée de 256 Mo de RAM. Pourquoi vouloir faire une telle chose ? Pour le fun bien sûr, mais aussi pour se frotter au système de build d'un OS avec une philosophie assez différente de GNU/Linux (ou de la majorité des distributions du moins), et donc pour découvrir et apprendre.

Avant de commencer, il est important de rappeler que, tout comme avec d'autres systèmes, le support d'architectures en fin de vie (voire en passe de devenir de véritables reliques) est limité. Dans le...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Open Watcom : et si on développait pour DOS ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
122
Mois de parution
décembre 2022
Résumé

Oui, oui. Vous avez bien lu, je parle de DOS là, le vieux ou le nouveau DOS (MS-DOS, FreeDOS, DR-DOS, etc.), ce système qui paraît aujourd'hui presque préhistorique, non multi-utilisateur et non multitâche (non, les TSR, ça ne compte pas). Il existe bien des solutions pour développer pour ce système, dont le très connu DJGPP, le portage de GCC par DJ Delorie, mais ce dont il est question aujourd'hui est le compilateur Watcom C/C++, et plus précisément Open Watcom, ainsi que son « DOS extender » DOS/4GW rendu célèbre en particulier par Doom.

Édito : 80486, le début de la fin.

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
122
Mois de parution
décembre 2022
Résumé

Dans un thread récent sur la LKML (Linux Kernel Mailing List), Linus soulevait la problématique du support d'anciens processeurs et le fait que le code noyau supportant ces matériels était un véritable nid à bugs, du fait du désintérêt total à la fois des développeurs et des utilisateurs. Linux n'est pas le seul noyau/système dans cette situation et FreeBSD, par exemple, a également réglé le type minimum de CPU sur architecture i386 de 486 à 686 avec la release 13.0 mi 2022 pour la distribution binaire (construire pour 486 ou Pentium reste possible, cf. article dans ce numéro).

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Stubby : protection de votre vie privée via le chiffrement des requêtes DNS

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Depuis les révélations d’Edward Snowden sur l’espionnage de masse des communications sur Internet par la NSA, un effort massif a été fait pour protéger la vie en ligne des internautes. Cet effort s’est principalement concentré sur les outils de communication avec la généralisation de l’usage du chiffrement sur le web (désormais, plus de 90 % des échanges se font en HTTPS) et l’adoption en masse des messageries utilisant des protocoles de chiffrement de bout en bout. Cependant, toutes ces communications, bien que chiffrées, utilisent un protocole qui, lui, n’est pas chiffré par défaut, loin de là : le DNS. Voyons ensemble quels sont les risques que cela induit pour les internautes et comment nous pouvons améliorer la situation.

Surveillez la consommation énergétique de votre code

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Être en mesure de surveiller la consommation énergétique de nos applications est une idée attrayante, qui n'est que trop souvent mise à la marge aujourd'hui. C'est d'ailleurs paradoxal, quand on pense que de plus en plus de voitures permettent de connaître la consommation instantanée et la consommation moyenne du véhicule, mais que nos chers ordinateurs, fleurons de la technologie, ne le permettent pas pour nos applications... Mais c'est aussi une tendance qui s'affirme petit à petit et à laquelle à terme, il devrait être difficile d'échapper. Car même si ce n'est qu'un effet de bord, elle nous amène à créer des programmes plus efficaces, qui sont également moins chers à exécuter.

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous