Wallet Parity : exploitation d'une vulnérabilité à 30 millions de dollars

Magazine
Marque
MISC
Numéro
96
Mois de parution
mars 2018
Domaines


Résumé
Une décennie après la publication du papier « Bitcoin : A Peer-to-Peer Electronic cash system » de Satoshi Nakamoto, la technologie « Blockchain » derrière la monnaie virtuelle Bitcoin continue d’attirer l’attention. De nouveaux projets qui s’annoncent disruptifs se basant sur la blockchain ne cessent de proliférer et de voir le jour. Avec l’intérêt croissant pour cette nouvelle technologie, les monnaies électroniques se multiplient et commencent à drainer des masses financières importantes, attisant de facto l’avidité des attaquants. Un nouveau terrain de jeu s’ouvre ainsi devant eux et donne naissance à de nouvelles attaques. L’une des plus marquantes est l’exploitation d’une vulnérabilité sur un smart-contract en juillet 2017 qui a notamment permis à un groupe d’attaquants de dérober presque instantanément l’équivalent de 26 millions d’euros. Cet article présente les blockchains Bitcoin et Ethereum et détaille l’exploitation de la vulnérabilité présente sur les wallets multisig v1.5 de Parity.

L’automne 2008 a été marqué par la crise bancaire et financière américaine, initiée début 2007 par la crise des « subprimes », qui s’est propagée telle une traînée de poudre à travers le monde dans sa globalité, ébranlant sur son passage les fondamentaux d’un système financier mondial que l’on croyait infaillible. Cela s’est manifesté par une crise de liquidité et de solvabilité touchant les banques et les États. La faillite de plusieurs établissements financiers a poussé les États et les banques centrales à voler au secours de ceux affaiblis, mais encore debout. Ce qui n’a pas été sans conséquences économiques et sociales. L’absence de transparence sur les risques pris par les banques a soulevé la question de la nécessité de l’existence de tout intermédiaire financier et a fait émerger une crise de confiance.

C’est dans ce contexte qu’en octobre 2008 apparaît une publication [1] écrite par un dénommé Satoshi Nakamoto qui...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Les taxonomies se cachent pour ne pas mourir

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

« Attention, nouveau virus ! » Nombreux sont les articles à nous alerter régulièrement, par cette métonymie, sur l’émergence d’un nouveau malware. Pourtant, le terme de virus a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Wannacry était-il un ver, ou un ransomware ? NotPetya, un wiper, ou bien un ver ? Et plus encore, au-delà de l’utilisation de termes et expressions se pose la question de la nécessaire catégorisation des incidents de cybersécurité ; pourquoi, comment, à quelles fins ? Essai (critique) de réponse.

Les difficultés du désassemblage sur ARM

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Cet article aborde les problèmes spécifiques à l’architecture ARM qui se posent lorsqu’on désassemble un exécutable, c’est-à-dire lorsqu’on l’analyse statiquement pour en produire une représentation en langage assembleur. En effet, les particularités de l’architecture ARM peuvent rendre le désassemblage – déjà habituellement compliqué – particulièrement ardu.

Sûreté mémoire : le temps des cerises

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

L’étude et la compréhension des buffer overflow datent de 1972, et leurs premiers usages documentés de 1988 [1]. Près de 50 ans plus tard, où en sommes-nous ? Il nous faut bien admettre que la situation est déprimante : Microsoft et Google reconnaissent chacun ([2], [3]) que près de 2/3 des attaques utilisent à un moment ou un autre une vulnérabilité mémoire. Le ver Morris, qui n’était au départ qu’une preuve de concept, avait quand même coûté la bagatelle de quelques millions de dollars à l’époque… Aujourd’hui, les coûts sont abyssaux : sur le plan financier bien sûr, mais aussi pour nos vies privées, voire nos vies tout court. Face à ce problème, de nombreuses approches sont possibles : analyse statique du code, instrumentation et vérification à l’exécution, langages « sûrs »… Je vous propose d’explorer dans cet article un vieux concept remis au goût du jour, les capabilities, et tout ce qu’elles pourraient nous permettre de faire.

Zerologon pour les (mots de passe) nuls

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

ZeroLogon est LA vulnérabilité de septembre 2020 qui expose de nombreux domaines Windows à une compromission totale via un scénario d’exploitation réaliste et fiable. Mais ce qui donne à Zerologon ses lettres de noblesse c’est qu’elle repose essentiellement sur la mauvaise utilisation d’un algorithme cryptographique permettant de réaliser une attaque à clair choisi particulièrement astucieuse. Zoom sur la vulnérabilité la plus passionnante de la rentrée 2020 !