Quelques techniques de forensics sur les téléphones Android

Magazine
Marque
MISC
Numéro
63
Mois de parution
septembre 2012
Domaines


Résumé
Les techniques de forensics sur téléphone verrouillé reposent sur l’exécution de code avant qu’Android ne démarre, c'est-à-dire au niveau du bootloader (composant logiciel constructeur). Les téléphones Android étant réalisés par de multiples constructeurs, il existe autant de méthodes de forensics. Cet article présente quelques techniques adaptables à une majorité de téléphones. Les travaux ont été réalisés sur les versions d'Android 2.x et concernent encore la majorité des terminaux. Ceci est adaptable par le lecteur sur les dernières versions…

1. Contexte

1.1. Forensics ordinateurs vs téléphones

Le forensics sur ordinateur revient souvent à monter le disque dur en secondaire, effectuer une copie bit à bit (commande dd) et enfin analyser le système de fichiers (FS). Réaliser le même genre d’opérations sur un téléphone est plus complexe puisqu’il est nécessaire de dessouder entièrement la mémoire flash. Nous allons voir qu’il est souvent possible de ne pas en arriver là en prenant en compte les différents composants logiciels qui s’exécutent sur un téléphone.

1.2. Acteurs de l’environnement Android

Plusieurs entreprises ayant des métiers complémentaires collaborent pour sortir les jolis terminaux que nous mettons dans nos poches. Nous les détaillons ici dans le contexte d’Android :

- Android est le système d’exploitation open source, partagé sous le nom AOSP (Android Open Source Project) [AOSP] réalisé par Google.

- Les OEM (Original Equipment Manufacturer) sont les fabricants/constructeurs...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Attaques en environnement Docker : compromission et évasion

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Ces dernières années, on a pu observer une évolution croissante des environnements conteneurisés et notamment de l’usage de Docker. Les arguments mis en avant lors de son utilisation sont multiples : scalabilité, flexibilité, adaptabilité, gestion des ressources... En tant que consultants sécurité, nous sommes donc de plus en plus confrontés à cet outil. Au travers de cet article, nous souhaitons partager notre expérience et démystifier ce que nous entendons bien trop régulièrement chez les DevOps, à savoir que Docker est sécurisé par défaut.

Les taxonomies se cachent pour ne pas mourir

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

« Attention, nouveau virus ! » Nombreux sont les articles à nous alerter régulièrement, par cette métonymie, sur l’émergence d’un nouveau malware. Pourtant, le terme de virus a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Wannacry était-il un ver, ou un ransomware ? NotPetya, un wiper, ou bien un ver ? Et plus encore, au-delà de l’utilisation de termes et expressions se pose la question de la nécessaire catégorisation des incidents de cybersécurité ; pourquoi, comment, à quelles fins ? Essai (critique) de réponse.

Les difficultés du désassemblage sur ARM

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Cet article aborde les problèmes spécifiques à l’architecture ARM qui se posent lorsqu’on désassemble un exécutable, c’est-à-dire lorsqu’on l’analyse statiquement pour en produire une représentation en langage assembleur. En effet, les particularités de l’architecture ARM peuvent rendre le désassemblage – déjà habituellement compliqué – particulièrement ardu.