Le CUDA sans peine 3

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
140
Mois de parution
juillet 2011


Résumé
Après deux articles dédiés à la découverte de CUDA et de ses arcanes, vous voici armé pour créer une application utilisant CUDA pour les parties massivement parallèles. Nous allons donc mettre en application ces connaissances pour créer un simulateur de tissus simple. Nous évaluerons son réalisme en simulant le drapé d'une nappe sur un table.

1. Modéliser un tissu

1.1 Propriétés mécaniques d'un tissu

Définissons d'abord rapidement ce qu'est un tissu du point de vue de ses propriétés de déformation, c'est à dire précisons le comportement que l'on souhaite simuler. Un tissu est un produit de l'industrie humaine, constitué de fibres qui sont interlacées selon un motif de tissage. Ce procédé de fabrication assure au tissu, malgré sa faible épaisseur, une bonne résistance tout en lui permettant de s'adapter à la forme des objets qu'il drape.

D'un point de vue mécanique, un tissu peut donc se fléchir facilement, se tordre, mais résiste par contre assez bien à la traction. Dit autrement, un morceau d'étoffe s'enroule facilement autour d'un bras (flexion), se tord facilement comme une serpillère (torsion), mais par contre s'allonge relativement peut si l'on dire dessus (traction). Il a de plus la particularité d'avoir une faible épaisseur suivant un dimension : c'est un objet 2D.

1.2 Système...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Exploiter des modèles préentraînés

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
117
Mois de parution
novembre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Il existe en ligne quelques réseaux de neurones profonds, préentraînés, qui ouvrent la voie de l’utilisation de ces réseaux complexes, sans avoir recours à d’énormes fermes de calcul ni à de gigantesques bases de données qualifiées. Comment y accéder, les utiliser, et surtout les plier à nos besoins ? Nous verrons deux approches : le paradigme réseau de neurones et XGBoost.

Découvrez la programmation différentiable

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
246
Mois de parution
mars 2021
Spécialité(s)
Résumé

La programmation différentiable est une nouvelle façon de penser la programmation. Le principe consiste à considérer tout un programme comme une fonction qu’on puisse différentier, et donc optimiser. Nous allons construire dans cet article les outils de base pour ce faire, et présenter la librairie JAX, qui facilite la tâche.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous