Etat de l’art des hyperviseurs de sécurité

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
132
Mois de parution
novembre 2010


Résumé
Les attaques informatiques étant de plus en plus compliquées et robustes, les solutions actuelles de protection (antivirus) sont de moins en moins efficaces. La création de nouveaux jeux d’instructions de la part des fabricants de processeurs, pour l’amélioration des performances des solutions de virtualisation (VMware, XEN, etc.), a permis la création de nouvelles solutions de sécurité. L’article présente un état de l’art de diverses solutions proposées par la communauté scientifique, permettant la protection du système d’exploitation et/ou des applicatifs.

La virtualisation telle que nous l’utilisons permet d’exécuter différents systèmes d’exploitation (appelés systèmes invités) à l’intérieur d’un OS potentiellement différent. Le logiciel permettant de gérer les systèmes virtualisés est appelé moniteur virtuel (VMM) ou hyperviseur. Le VMM créé un nombre de machines virtuelles qui exécutent un système d’exploitation standard et non modifié tel que Linux, Windows ou Solaris.

Chaque machine virtuelle pense échanger directement avec le matériel et posséder toutes les ressources pour elle-même. Cependant, le moniteur virtuel surveille constamment les machines virtuelles et intercepte les demandes mémoire, les requêtes d’entrée/sortie et émule les interruptions matérielles.

La virtualisation a pris son envol dans les années 2000 et est devenue courante de nos jours, mais son existence n’est pas nouvelle.

Avec le calculateur IBM 360, la première forme de virtualisation apparut en 1966. IBM France...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

CLAMAV : un antivirus plus que crédible

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
119
Mois de parution
septembre 2009
Résumé

Cet article décrit l’analyse de sécurité du logiciel antivirus CLAMAV. Ce logiciel est à ce jour le seul logiciel antivirus à la fois gratuit, ouvert et multiplateforme. L’objectif d’un logiciel antivirus est de détecter, d’identifier un code malveillant connu ou utilisant des techniques virales connues et de prendre les mesures adéquates pour protéger le système contre son action et/ou sa prolifération, avec un niveau de protection et d’efficacité compatibles avec la politique de sécurité souhaitée.

Vulgarisation des aspects formels de la notion de furtivité

Magazine
Marque
MISC
Numéro
44
Mois de parution
juillet 2009
Spécialité(s)
Résumé

Le rootkit représente une des principales menaces que combattent les éditeurs de logiciel de sécurité. Il s’agit d’un programme qui a pour principal but de se cacher au sein d’un système en utilisant des mécanismes de furtivité. Nous essayons dans cet article de vulgariser dans la mesure du possible les aspects formels décrivant la furtivité. Les rares ébauches de formalisation de ces mécanismes ont été développées dans le cadre spécifique de la modélisation des virus, ces derniers étant toujours assimilés à tort à des fonctionnalités malveillantes. Regardons de plus près les modèles formels qui nous permettent de mieux comprendre ce concept d’actualité.

La sécurité des clés USB (partie 2)

Magazine
Marque
MISC
Numéro
42
Mois de parution
mars 2009
Spécialité(s)
Résumé

Cet article propose de montrer que les données présentes sur une clé USB sont exposées à plus de risques qu'on ne le pense.Dans la première partie [1], nous avons fait un bref rappel des grandes familles de vulnérabilités qui pèsent sur la clé USB, et nous avons décrit son mode de fonctionnement sous Linux. Nous avons également expliqué en détail un premier « Proof of Concept » sous Linux montrant que l'on peut copier les données présentes sur une clé à l'insu de son propriétaire, par exemple lorsque l'on prête sa clé USB à quelqu'un pour une présentation, pour donner un fichier ou pour se faire copier un fichier dessus.Dans cette deuxième et dernière partie, nous ferons évoluer notre « Proof of Concept » sous Linux et nous montrerons une « Cross-Platform » qui passe de Linux à Windows. Ayant montré la réalité des risques, nous conclurons cet article par quelques parades, solutions existantes, et conseils pratiques.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Les nouvelles menaces liées à l’intelligence artificielle

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Sommes-nous proches de la singularité technologique ? Peu probable. Même si l’intelligence artificielle a fait un bond ces dernières années (elle est étudiée depuis des dizaines d’années), nous sommes loin d’en perdre le contrôle. Et pourtant, une partie de l’utilisation de l’intelligence artificielle échappe aux analystes. Eh oui ! Comme tout système, elle est utilisée par des acteurs malveillants essayant d’en tirer profit pécuniairement. Cet article met en exergue quelques-unes des applications de l’intelligence artificielle par des acteurs malveillants et décrit succinctement comment parer à leurs attaques.

Migration d’une collection Ansible à l’aide de fqcn_migration

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Distribuer du contenu Ansible réutilisable (rôle, playbooks) par l’intermédiaire d’une collection est devenu le standard dans l’écosystème de l’outil d’automatisation. Pour éviter tout conflit de noms, ces collections sont caractérisées par un nom unique, formé d’une espace de nom, qui peut-être employé par plusieurs collections (tel qu'ansible ou community) et d’un nom plus spécifique à la fonction de la collection en elle-même. Cependant, il arrive parfois qu’il faille migrer une collection d’un espace de noms à un autre, par exemple une collection personnelle ou communautaire qui passe à un espace de noms plus connus ou certifiés. De même, le nom même de la collection peut être amené à changer, si elle dépasse son périmètre d’origine ou que le produit qu’elle concerne est lui-même renommé.

Mise en place d'Overleaf Community pour l’écriture collaborative au sein de votre équipe

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Si vous utilisez LaTeX pour vos documents, vous connaissez vraisemblablement Overleaf qui vous permet de rédiger de manière collaborative depuis n’importe quel poste informatique connecté à Internet. Cependant, la version gratuite en ligne souffre de quelques limitations et le stockage de vos projets est externalisé chez l’éditeur du logiciel. Si vous désirez maîtriser vos données et avoir une installation locale de ce bel outil, cet article est fait pour vous.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous