Python et le C

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
132
|
Mois de parution
novembre 2010
|


Résumé

Python est un langage particulièrement riche. Il dispose notamment d'une importante bibliothèque standard couvrant de larges besoins. Toutefois, il n'est pas rare de recourir à un module externe. Par exemple, si votre application nécessite l'accès à une base de données PostgreSQL, vous pouvez recourir au module tierce psycopg2. Qu'ils soient ou non inclus dans la bibliothèque standard, il existe deux grandes familles de modules : les modules natifs, écrits entièrement en Python et les extensions, qui sont des modules écrits dans un autre langage, typiquement le C. Nous allons nous intéresser dans cet article aux différentes façons d'écrire une extension Python.


Body

1. Une extension ou un module natif ?

Tout d'abord, pourquoi choisir d'écrire une extension plutôt qu'un module natif ? Il y a des avantages et des inconvénients aux deux approches.

Un module natif ne nécessite pas de compilation et aucun outil supplémentaire pour être fonctionnel. Il est alors généralement immédiatement portable et fonctionnera de façon identique quel que soit l'OS : cela fonctionnera aussi bien sous Microsoft Windows que sous une distribution GNU/Linux. Enfin, il est inutile d'apprendre un autre langage ! En écrivant votre module directement en Python, vous disposez immédiatement de ses qualités : richesse, dynamisme et les nombreux modules et extensions existants sur lesquels s'appuyer.

Toutefois, il n'est pas toujours possible ou souhaitable d'écrire un module natif. Le cas le plus courant et que nous allons exploiter par la suite est l'utilisation d'une bibliothèque écrite dans un autre langage, comme le C. Il va falloir faire le lien entre cette bibliothèque et Python. Une autre raison est la vitesse. L'interpréteur Python le plus couramment utilisé (CPython) n'est pas encore terriblement rapide. Si la vitesse est un point important, vous pouvez avoir à réécrire certaines parties de votre application dans un langage plus statique mais plus rapide, comme le C. Enfin, vous pouvez avoir besoin d'accéder à certaines fonctions de bas niveau, inaccessibles ou difficilement accessibles en Python, pour par exemple piloter un appareil électronique sur une interface peu commune. Notez que ce dernier exemple est de moins en moins valable, car Python se dote d'extensions pour combler ce besoin, comme le pilotage des périphériques USB.

2. La tortue

Pour illustrer cet exemple, imaginons que vous venez de recevoir une tortue robot [TORTUE]. Il s'agit d'un petit robot destiné à reproduire le comportement de la tortue du langage LOGO. Le robot est capable d'interpréter un très grand nombre de commandes. On peut, par exemple, lui demander d'avancer, de tourner à gauche, de baisser le crayon, de changer de crayon, etc. Il s'interface avec un PC afin de pouvoir lui envoyer les commandes adéquates. L'interface se fait avec un bus de commande sur port série.

2.1 Bibliothèque en C

Cette tortue est fournie avec une bibliothèque en C permettant de la piloter avec quelques fonctions. Il s'agit d'une bibliothèque très simple. Nous allons donc exploiter cette bibliothèque plutôt que de tenter de la réimplanter.

2.1.1 L'interface en C

Voici l'interface fournie avec la bibliothèque :

/* tortue.h */

#ifndef _TORTUE_H

#define _TORTUE_H

/* Codes d'erreur */

#define TURTLE_ERROR_NO_ERROR      0

#define TURTLE_ERROR_COMMUNICATION 1

#define TURTLE_ERROR_INVALID_VALUE 2

#define TURTLE_ERROR_NOT_PRESENT   3

/* Object opaque représentant une tortue */

struct turtle;

/* Fonctions disponibles */

struct turtle* turtle_init(int port);

int            turtle_send(struct turtle *, const char *);

int            turtle_close(struct turtle *);

int        turtle_error(struct turtle *);

const char*    turtle_model(struct turtle *);

long int       turtle_status(struct turtle *);

#endif

La bibliothèque est capable de piloter simultanément plusieurs tortues. Celles-ci sont reliées sur un bus et identifiées par un numéro. La première tortue obtient le numéro 1, la suivante le numéro 2 et ainsi de suite.

La fonction turtle_init() permet d'initialiser une tortue. On obtient alors une structure opaque qui sera utilisée par les autres fonctions pour indiquer sur quelle tortue on désire travailler. Si la tortue demandée n'existe pas, cette fonction retourne NULL. L'interface proposée ne permet pas d'obtenir de plus amples renseignements au sujet de cette erreur à ce niveau.

Les fonctions suivantes renvoient -1 ou NULL en cas d'erreur. Il est alors possible d'obtenir davantage de renseignements sur l'erreur à l'aide de la fonction turtle_error(). Il y a 3 erreurs possibles seulement.

La fonction turtle_send() permet d'envoyer un ordre à la tortue. Elle renvoie   en cas de succès. On lui fournit une chaîne comme FORWARD 10 pour la faire avancer ou LEFT 50 pour la faire tourner. Le robot s'occupe d'interpréter lui-même l'ordre.

Pour éteindre la tortue et libérer toutes les ressources associées, on utilise la fonction turtle_close(). Elle renvoie   en cas de succès.

La fonction turtle_model() renvoie une chaîne indiquant le modèle de la tortue. Enfin, la fonction turtle_status() renvoie un entier encodant l'état de la tortue. Cet état dépend du modèle et la bibliothèque en C ne nous fournit aucune indication sur sa signification. Pour avoir plus de détails sur cette valeur, il faut lire les spécifications du modèle de tortue que l'on utilise.

2.1.2 L'implémentation

À moins de disposer d'un concessionnaire Tortue 3000 à proximité de chez vous, il n'est pas facile de trouver la tortue décrite ci-dessus. Pour faciliter l'expérimentation, nous allons proposer une implémentation minimaliste de cette bibliothèque afin de pouvoir l'utiliser tout au long de l'article.

L'implémentation proposée ici est capable de piloter seulement 3 tortues. Une erreur est renvoyée si on tente de piloter une autre tortue. La troisième tortue est de plus défectueuse. Il n'est pas possible de lui envoyer des ordres. Chaque tortue est d'un modèle différent.

/* tortue.c */

#include <stdio.h>

#include <stdlib.h>

#include "tortue.h"

FILE *output = NULL;

struct turtle {

  int index;   /* Index de la tortue */

  int error;   /* Dernière erreur de la tortue */

};

struct turtle*

turtle_init(int port)

{

  struct turtle *t;

  if ((port < 1) || (port > 3))

    return NULL;

  t = malloc(sizeof(struct turtle));

  if (!t) return NULL;

t->index = port;

  t->error = 0;

  fprintf(output, "Open turtle %d\n", t->index);

  fflush(output);

  return t;

}

int

turtle_send(struct turtle *t, const char *command)

{

  if (t->index == 3) {

    t->error = TURTLE_ERROR_COMMUNICATION;

    return -1;

  }

  fprintf(output, "Command for turtle %d: %s\n", t->index, command);

  fflush(output);

  return 0;

}

int

turtle_close(struct turtle *t)

{

  free(t);

  return 0;

}

int

turtle_error(struct turtle *t)

{

  return t->error;

}

const char*

turtle_model(struct turtle *t)

{

  switch (t->index) {

  case 1: return "T1988";

  case 2: return "T2000";

  default: return "T3000";

  }

}

long int

turtle_status(struct turtle *t)

{

  switch (t->index) {

  case 1: return 458751;

  case 2: return 812;

  default: return 0;

  }

}

void __attribute__ ((constructor))

my_init() {

  output = fdopen(3, "a");

  if (!output) output = stderr;

}

Nous pouvons compiler notre bibliothèque avec les commandes suivantes :

$ gcc -O2 -Wall -fPIC -shared -Wl,-soname,libtortue.so.1 \

-o libtortue.so.1.0.0

$ ln -s libtortue.so.1.0.0 libtortue.so.1

$ ln -s libtortue.so.1 libtortue.so

Cette bibliothèque a une petite bizarrerie qui va nous permettre de la tester plus facilement. Si le descripteur 3 existe, elle va l'utiliser pour imprimer les messages de diagnostic. Il est alors possible d'intercepter ces messages pour vérifier le bon fonctionnement de notre bibliothèque.

Avant de passer au Python, essayons d'utiliser notre bibliothèque avec un simple programme de test.

/* sample.c */

#include <assert.h>

#include <stdlib.h>

#include "tortue.h"

int main() {

  struct turtle *t;

  assert((t = turtle_init(1)) != NULL);

  assert(turtle_send(t, "GO 10") == 0);

  assert(turtle_send(t, "LEFT 50") == 0);

  assert(turtle_send(t, "GO 40") == 0);

  assert(turtle_close(t) == 0);

  return 0;

}

Compilons et exécutons.

$ gcc -Wall -O2 -o sample sample.c -L. -ltortue

$ LD_LIBRARY_PATH=. ./sample

Open turtle 1

Command for turtle 1: GO 10

Command for turtle 1: LEFT 50

Command for turtle 1: GO 40

Tout semble fonctionner comme on l'attend !

2.2 L'interface Python

Vous voilà donc en possession d'une superbe tortue et de quoi la programmer aisément en C. Toutefois, vous destinez cette tortue à un public désireux de la programmer en Python plutôt qu'en C. Il y a alors deux solutions possibles : réimplémenter la bibliothèque en un module natif Python (en regardant son code source ou en écoutant ce qui se passe sur le port série) ou en créant une extension Python. Nous nous orientons pour cet article vers la seconde solution.

Avant de se lancer dans le code de l'extension, il est préférable de définir quelle interface nous désirons obtenir. Dans les grandes lignes, nous voulons un objet Turtle avec une méthode send() et des attributs model et status. Les erreurs devront être converties en exceptions.

Afin de vérifier que l'interface que l'on va concevoir est adaptée à ce que nous voudrons faire par la suite, il est généralement utile d'écrire quelques lignes d'utilisation de l'extension plutôt que de foncer tête baissée dans le code. Généralement, c'est à ce niveau qu'on se rend compte si l'interface est complète et pratique à utiliser. Une autre approche est d'écrire dès le début des tests unitaires [TDD]. On pourra ainsi vérifier que le code répond bien à nos attentes. Nous pourrons aussi vérifier que les différentes implémentations que nous allons proposer par la suite sont bien équivalentes. Lançons nous sans plus attendre dans l'écriture de ces tests !

#!/usr/bin/python

# turtletest.py

import unittest

import os

r, w = os.pipe()

os.dup2(r, 200)

os.close(r)

os.dup2(w, 3)

os.close(w)

output = os.fdopen(200)

from tortue import Turtle

class TestTurtle(unittest.TestCase):

    def test_turtle(self):

        t1 = Turtle(1)

        self.assertEqual(output.readline().strip(), "Open turtle 1")

    def test_send(self):

        t1 = Turtle(1)

        output.readline()

        t1.send("GO 10")

        self.assertEqual(output.readline().strip(),

                         "Command for turtle 1: GO 10")

    def test_model(self):

        t1 = Turtle(1)

        output.readline()

        self.assertEqual(t1.model, "T1988")

        t2 = Turtle(2)

        output.readline()

        self.assertEqual(t2.model, "T2000")

    def test_status(self):

        t1 = Turtle(1)

        self.assertEqual(t1.status["ready"], True)

        self.assertEqual(t1.status["distance"], 458)

        self.assertEqual(t1.status["speed"], 75)

    def test_exception(self):

        from tortue import TurtleException

        t3 = Turtle(3)

        output.readline()

        self.assertRaises(TurtleException, t3.send, "GO 10")

if __name__ == "__main__":

unittest.main()

Nous commençons par effectuer une petite manipulation au niveau des descripteurs de fichiers pour pouvoir lire ce qui sort du descripteur 3. Cela va nous permettre de contrôler le bon fonctionnement de notre extension. Nous importons ensuite l'extension que nous souhaitons tester. Nous effectuons ensuite les 5 tests nécessaires pour valider notre interface.

2.3 L'implémentation en Python

Notre bibliothèque en C est très simple. Nous aurions pu l'écrire directement sous forme de module Python. Ce n'est pas le but de l'exercice, mais afin de bien montrer que les tests fonctionnent avant même d'écrire notre première version de l'extension, nous allons écrire la version en Python. Pour ce faire, nous créons un répertoire tortue dans lequel nous plaçons un fichier __init__.py contenant simplement from native import *. Le but de ce fichier est d'aiguiller notre module tortue sur la bonne version de l'extension. Dans ce répertoire, nous plaçons aussi le code du module natif dans le fichier native.py.

# native.py

import os

import sys

from status import TurtleStatus

try:

    output = os.fdopen(3, "a")

except OSError:

    output = sys.stdout

class Turtle:

    def __init__(self, nb):

        print >>output, "Open turtle %d" % nb

        output.flush()

        self.nb = nb

        if nb == 1:

            self.model = "T1988"

            self.status = TurtleStatus(self.model, 458751)

elif nb == 2:

            self.model = "T2000"

self.status = TurtleStatus(self.model, 812)

        else:

            self.model = "T3000"

            self.status = TurtleStatus(self.model, 0)

    def send(self, cmd):

        if self.nb == 3:

            raise TurtleException("communication error")

        print >>output, "Command for turtle 1: %s" % cmd

        output.flush()

        

class TurtleException(Exception):

pass

Ce module fait appel à un module additionnel dont le rôle est de déchiffrer l'état du robot en fonction de son modèle et de la valeur numérique de l'état. On désire en effet obtenir un état sous forme de dictionnaire, plus lisible qu'une valeur numérique. Comme le décodage de l'état du robot peut évoluer avec les nouveaux modèles, il nous apparaît plus simple de coder celui-ci en Python plutôt que de l'inclure dans l'extension. Bien sûr, par la suite, cela aura aussi une vertu pédagogique ! Le contenu du fichier status.py est le suivant :

# status.py

class TurtleStatus(dict):

    def __init__(self, model, status):

        if model == "T1988":

            dict.__init__(self, {"ready": (status % 10 == 1),

                                 "distance": status/1000,

                                 "speed": (status/10) % 100})

        else:

dict.__init__(self, {"ready": (status & 2) != 0,

                                 "distance": (status & 0xff0) >> 8})

code

Une fois tout ceci en place, nous pouvons lancer nos tests et tout devrait réussir !

$ python turtletest.py

----------------------------------------------------------------------

Ran 5 tests in 0.000s

OK

Nous n'avons cependant pas utilisé la bibliothèque en C. Si nous essayons de piloter de vraies tortues, il ne va pas se passer grand chose. Il est donc temps d'écrire l'extension en utilisant la bibliothèque C.

3. Écriture de l'extension Python

Il y a plusieurs méthodes pour écrire une extension Python. Nous allons en voir 4 : l'utilisation de ctypes [ctypes], l'utilisation de SWIG [SWIG], l'utilisation de Pyrex [Pyrex], et enfin, l'écriture de l'extension directement en C [Python/C API].

3.1 Utilisation de ctypes

Le module ctypes [ctypes] permet de s'interfacer avec une bibliothèque et d'en utiliser les fonctions. Son utilisation a déjà été détaillée dans un article de Victor Stinner dans un précédent hors-série. Le grand avantage de cette approche est de pouvoir manipuler directement la bibliothèque sous sa forme compilée. On obtient ainsi une extension qui ne nécessite aucune compilation pour être utilisable. L'inconvénient est qu'il n'y a pas de filet de sécurité : si on se trompe ou si l'interface binaire de la bibliothèque change, on aura généralement droit à un segfault de l'interpréteur Python.

L'utilisation du module ctypes est extrêmement simple. On charge la bibliothèque en mémoire avec CDLL() puis on peut appeler directement les fonctions contenues dans la bibliothèque en les considérant comme des méthodes de l'objet obtenu. Dans les coulisses, le module va se charger de trouver la signature de la fonction C à partir de la façon dont vous invoquez la méthode Python.

$ LD_LIBRARY_PATH=. python

Python 2.6.6 (r266:84292, Sep 14 2010, 08:45:25)

[GCC 4.4.5 20100909 (prerelease)] on linux2

Type "help", "copyright", "credits" or "license" for more information.

>>> from ctypes import *

>>> libtortue = CDLL("libtortue.so.1")

>>> t1 = libtortue.turtle_init(1)

Open turtle 1

>>> libtortue.turtle_model(t1)

-1600443770

Cependant, tout ne peut pas se dérouler par magie. Il faudra dans certains cas aider un peu le module. Par exemple, par défaut, il est attendu que les fonctions C retournent un int. C'est pour cette raison que nous obtenons -1600443770 dans l'exemple ci-dessus. Il s'agit de la conversion du pointeur sur une chaîne de caractères en un entier. Il va donc falloir aider un peu ctypes en lui indiquant les valeurs de retour.

>>> libtortue.turtle_init.restype = c_void_p

>>> libtortue.turtle_model.restype = c_char_p

>>> t1 = libtortue.turtle_init(1)

Open turtle 1

>>> libtortue.turtle_model(t1)

'T1988'

Bien entendu, il ne s'agit pas de se tromper. Dans le cas contraire, la sanction est immédiate. C'est pour cette raison que le développement d'une extension avec ctypes est fragile et ne devrait permettre que de monter un premier prototype.

>>> libtortue.turtle_model(1)

sh: segmentation fault LD_LIBRARY_PATH=. python

Le module ctypes permet de nombreuses autres manipulations sur les structures en C. Cependant, nous n'en avons pas besoin pour écrire notre extension.

from ctypes import *

from status import TurtleStatus

libtortue = CDLL("libtortue.so.1")

libtortue.turtle_init.restype = c_void_p

libtortue.turtle_model.restype = c_char_p

libtortue.turtle_status.restype = c_long

class Turtle(object):

    def __init__(self, nb):

t = libtortue.turtle_init(nb)

        if (t == 0):

            raise TurtleException("unable to create turtle %d" % nb)

self.t = c_void_p(t)

    def send(self, cmd):

        result = libtortue.turtle_send(self.t, cmd)

        if (result != 0):

            raise TurtleException("got error %d" % libtortue.turtle_error(self.t))

    def __getattribute__(self, attr):

        if attr == "model":

            return libtortue.turtle_model(self.t)

        if attr == "status":

            s = libtortue.turtle_status(self.t)

            if s == -1:

                raise TurtleException("got error %d" % libtortue.turtle_error(self.t))

            return TurtleStatus(self.model, s)

        return object.__getattribute__(self, attr)

    def __del__(self):

        libtortue.turtle_close(self.t)

        

class TurtleException(Exception):

pass

Nommez ce nouveau fichier mctypes.py, puis modifiez le fichier __init__.py pour importer ce fichier à la place de native.py. Les tests devraient passer sans problème !

Notez comment l'intégration est simple. La méthode send() appelle simplement la fonction C send() et transforme l'erreur éventuelle en exception. Nous avons également fait usage de la méthode __getattribute__, qui permet d'intercepter les accès aux attributs afin de fournir dynamiquement le bon modèle et surtout le bon état.

Le module ainsi construit est cependant très fragile. Si une erreur se glisse, le programme se terminera simplement sous forme d'un segfault, ce qui est assez inhabituel en Python. C'est le lot de l'interfaçage de Python et C, mais le problème est ici aggravé par l'absence de toute compilation qui permettrait de détecter certaines erreurs, y compris dans des parties du code non exécutées dans les tests.

3.2 Utilisation de SWIG

SWIG signifie Simplified Wrapper and Interface Generator [SWIG]. Son but est de construire très rapidement à partir d'un fichier d'interface (notre tortue.h) une extension Python (ou Perl, ou Ruby, ...).

Lançons-nous dans le vif du sujet. Pour utiliser SWIG, il faut écrire un fichier d'interface. SWIG va lire celui-ci pour générer une extension écrite en C que l'on pourra ensuite compiler. Voici le fichier d'interface le plus court que nous pouvons écrire :

// swig.i

%module swig

%{

#include "../tortue.h"

%}

%include "../tortue.h"

Un fichier d'interface est un fichier contenant des directives C ainsi que des directives spécifiques à SWIG commençant par le signe %. La directive %module indique le nom de l'extension que nous voulons construire. Le bloc qui suit, délimité par %{ et %}, permet d'inclure du code arbitraire dans l'extension en C généré par SWIG. Nous l'utilisons pour inclure l'en-tête de notre bibliothèque comme on l'a fait pour le programme d'exemple écrit en C. La directive %include permet d'inclure un fichier arbitraire dans notre fichier d'interface. Son format doit être compréhensible par SWIG. Notre fichier d'en-tête tortue.h est suffisamment simple pour être compris directement par SWIG, on peut donc l'inclure directement. S'il était trop complexe ou contenant des symboles que l'on ne veut pas rendre accessible dans l'extension Python, il aurait fallu écrire directement les déclarations de fonctions.

Nous allons maintenant compiler le fichier d'interface en un fichier C. Ce fichier C sera ensuite compilé en une extension Python que l'on pourra utiliser depuis l'interpréteur.

$ cd tortue

$ swig -python swig.i

$ gcc -Wall -O2 -c -fPIC swig_wrap.c $(python-config --cflags)

$ gcc -shared swig_wrap.o -L.. -ltortue -o _swig.so

$ cd ..

$ LD_LIBRARY_PATH=. python

>>> from tortue import swig

>>> [f for f in dir(swig) if f.startswith("turtle_")]

['turtle_close', 'turtle_error', 'turtle_init', 'turtle_model', 'turtle_send', 'turtle_status']

>>> a = swig.turtle_init(1)

>>> swig.turtle_send(a, "GO 10")

Command for turtle 1: GO 10

0

SWIG a converti chacune des déclarations en une fonction Python que l'on peut utiliser comme la fonction C correspondante. On obtient ainsi une interface identique de ce que l'on peut obtenir directement avec le module ctypes avec cependant une meilleure vérification des arguments. Il y a toujours possibilité d'obtenir un segfault, mais dans la plupart des cas, les erreurs sont détectées correctement :

>>> swig.turtle_model(1)

Traceback (most recent call last):

  File "", line 1, in >module<

TypeError: in method 'turtle_model', argument 1 of type 'struct turtle *'

Le travail n'est cependant pas fini. L'extension générée par SWIG ne respecte pas du tout notre interface. Cependant, l'interface obtenue étant quasiment identique à celle obtenue avec le module ctypes, on va reprendre le fichier mctypes.py et le copier en mswig.py. Seul le début change :

# mswig.py

import swig as libtortue

from status import TurtleStatus

class Turtle(object):

    def __init__(self, nb):

t = libtortue.turtle_init(nb)

        if (t == 0):

            raise TurtleException("unable to create turtle %d" % nb)

self.t = t

Le reste est strictement identique. On modifie __init__.py pour utiliser ce module et on relance les tests. Tout doit passer correctement.

SWIG dispose d'un certain nombre de fonctionnalités pour produire directement une extension utilisable sans wrapper supplémentaire comme on a dû faire ici. Il est par exemple capable de générer des exceptions selon le code de retour des fonctions. Il est également capable de transformer des structures en objet. Enfin, une dernière fonctionnalité permet de modifier les fonctions générées en leur ajoutant du code supplémentaire. Cette dernière fonctionnalité nous serait nécessaire si on voulait renvoyer une instance de TurtleStatus lors de l'accès à l'attribut status. Nous n'allons pas détailler ici l'ensemble de ces fonctionnalités car elles nécessitent un certain nombre de connaissances sur l'API Python et SWIG n'est généralement pas utilisé pour produire directement une interface de haut niveau à partir d'une bibliothèque en C de bas niveau. Regardons simplement comment obtenir un objet Turtle plutôt qu'une suite de fonctions :

// swig.i

%module swig

%{

#include "../tortue.h"

  typedef struct {

    struct turtle *t;

  } Turtle;

  Turtle *new_Turtle(int port) {

    Turtle *t;

    t = malloc(sizeof(Turtle));

t->t = turtle_init(port);

    return t;

  }

  

  void delete_Turtle(Turtle *t) {

turtle_close(t->t);

    free(t);

  }

  

  void Turtle_send(Turtle *t, char *cmd) {

    turtle_send(t->t, cmd);

  }

  const char *Turtle_model_get(Turtle *t) {

    return turtle_model(t->t);

  }

  const int Turtle_status_get(Turtle *t) {

    return turtle_status(t->t);

  }

%}

typedef struct {

  %extend {

    Turtle(int);

    ~Turtle();

    void send(char *cmd);

%immutable;

    const char *model;

    const int status;

  }

} Turtle;

Dans la partie C, nous déclarons une nouvelle structure Turtle contenant juste l'identifiant de la tortue. Dans la partie SWIG, nous utilisons la directive %extend afin de transformer cette structure en classe et d'ajouter des méthodes et des attributs respectant notre interface. Nous avons ainsi un constructeur (équivalent de __init__), un destructeur (équivalent de __del__), la fonction d'envoi et les deux attributs model et status. Ces derniers sont marqués comme %immutable pour indiquer que l'on ne va pas écrire de fonction permettant de les modifier. SWIG s'attend à disposer des fonctions correspondantes définies dans la partie C.

Cette nouvelle extension ne passe pas nos tests. La gestion des exceptions est absente. Il faudrait déclarer une nouvelle exception et l'utiliser dans chacune des méthodes. La déclaration et l'utilisation des exceptions font appel à des fonctions de l'API Python que nous verrons par la suite. L'attribut status est un entier alors que nous attendions une instance de TurtleStatus. Il nous faudrait importer le module contenant cet objet puis instancier cet objet. Il nous faudrait encore faire appel à des fonctions de l'API Python que nous verrons par la suite.

SWIG est très intéressant si on a une bibliothèque C avec beaucoup de fonctions à convertir, comme une bibliothèque OpenGL. Un autre avantage de SWIG est sa compatibilité avec un grand nombre de versions de Python, depuis la version 2.0 jusqu'aux versions 3.

Quand on essaie d'aller un peu plus loin, il est nécessaire de faire appel directement à certaines fonctions de l'API Python. L'utilisation avancée de SWIG peut donc devenir rapidement plus difficile. Pour ces raisons, les bibliothèques utilisant SWIG sont généralement de bas niveau : elles fournissent un équivalent Python des fonctions en C, avec éventuellement une gestion des exceptions. L'ajout d'une interface plus pythonique se fait en écrivant un module additionnel en Python utilisant l'extension produite par SWIG. Ainsi, aucune connaissance de l'API Python n'est réellement nécessaire pour utiliser SWIG.

3.3 Utilisation de Pyrex

Il est possible de combiner la grande liberté d'utilisation du module ctypes avec la sécurité d'un compilateur. Cette solution s'appelle Pyrex [Pyrex], qui est un compilateur de code Python en C qui dispose de fonctionnalités permettant d'utiliser directement des données C.

Pyrex prend en entrée du code Python et va le transformer en code C. Quelques limitations sont présentes, mais un code Python existant peut généralement être transformé en C par Pyrex. Pyrex sait également utiliser des données et des fonctions en C. Il devient alors possible de mélanger du code C et du code Python, un peu à la manière du module ctypes. L'extension que nous allons écrire est d'ailleurs très proche de ce que l'on peut faire avec le module ctypes :

# pyrex.pyx

cdef extern from "../tortue.h":

  struct turtle

  turtle* turtle_init(int port)

  int turtle_send(turtle *, char *)

  int turtle_close(turtle *)

  int turtle_error(turtle *)

  char* turtle_model(turtle *)

  long int turtle_status(turtle *)

from status import TurtleStatus

cdef class Turtle:

cdef turtle *t

    def __cinit__(self, port):

        cdef turtle* t

        t = turtle_init(port)

        if (t == NULL):

            raise TurtleException("unable to create turtle %d" % port)

        self.t = t

    def send(self, cmd):

        cdef int result

        result = turtle_send(self.t, cmd)

        if result != 0:

            raise TurtleException("got error %d" % turtle_error(self.t))

    def __getattr__(self, attr):

        cdef int s

        if attr == "model":

            return turtle_model(self.t)

        if attr == "status":

            s = turtle_status(self.t)

            if s == -1:

                raise TurtleException("got error %d" % turtle_error(self.t))

            return TurtleStatus(self.model, s)

        return object.__getattribute__(self, attr)

    def __dealloc__(self):

        turtle_close(self.t)

class TurtleException(Exception):

pass

En tête du fichier, on importe les fonctions qui nous intéressent. La syntaxe n'est ni du Python, ni du C. Il n'est pas possible d'importer tout un tas de fonctions sans les énumérer une à une. On déclare d'abord la structure struct turtle. Elle est référencée par la suite sous le nom turtle. On définit ensuite chaque fonction en suivant au mieux le prototype de la fonction C. Pyrex n'aime pas le mot-clé const ; on ne l'utilise donc pas. Une fois les fonctions C ainsi définies, on peut y faire appel n'importe où dans le code.

Sans précisions supplémentaires, toutes les variables sont réputées contenir des objets Python. Si besoin et si possible, Pyrex assurera la conversion automatique des données C en objets Python. Pour les données qui ne peuvent pas être converties en Python ou pour lesquelles on ne souhaite pas de conversion en Python (pour des raisons de performance, par exemple), il est nécessaire de les déclarer à l'aide du mot-clé cdef. Notons que la classe entière est déclarée avec le mot-clé cdef. En effet, on désire stocker dans la classe le pointeur vers notre tortue et il n'est pas possible de stocker une donnée C dans un objet Python. Les méthodes __init__ et __del__ deviennent __cinit__ et __dealloc__ (sachant qu'il faut éviter de faire trop de choses dans cette dernière). Si la bibliothèque en C utilisait un entier plutôt qu'une structure pour identifier les tortues, il aurait été possible d'utiliser une classe Python classique. Enfin, notons le mélange curieux de l'utilisation de __getattr__ et __getattribute__ pour une classe n'héritant pas de object. C'est une particularité de Pyrex.

Essayons de compiler ce code après avoir modifié __init__.py pour utiliser l'extension écrite avec l'aide de pyrex :

$ pyrexc pyrex.pyx

$ gcc -shared -fPIC -O2 -Wall $(python-config --cflags) pyrex.c \

      -L.. -ltortue -o pyrex.so

$ (cd .. ; LD_LIBRARY_PATH=. python turtletest.py)

.....

----------------------------------------------------------------------

Ran 5 tests in 0.000s

OK

Pyrex dispose donc des avantages de SWIG (compilation, vérification des paramètres des fonctions) et des avantages du module ctypes (mélange avec du code Python). Il n'y a toutefois pas de génération automatique de toutes les fonctions d'une bibliothèque et il est donc fastidieux de convertir ainsi une bibliothèque conséquente.

3.4 Utilisation de l'API Python/C

Une dernière option s'offre à nous pour écrire notre extension : l'utilisation de l'API Python/C qui permet d'écrire toute l'extension directement en C [Python/C API]. Outre le côté didactique d'écrire directement en C l'extension Python, il existe plusieurs côtés pratiques pour se pencher sur cette approche. Tout d'abord, des outils comme SWIG peuvent nécessiter d'écrire un peu plus de code C qu'on ne le souhaiterait, code qui va nécessiter de bien comprendre l'API Python. Ensuite, si vous rencontrez un segfault ou autre bug, que ce soit avec Pyrex ou SWIG, il faudra regarder et de préférence comprendre le code C généré. Enfin, vous pouvez préférer le code écrit à la main à celui généré automatiquement pour diverses raisons : concision, rapidité, flexibilité. Notez que l'intégration d'une extension Python dans la bibliothèque standard ne s'accommode pas de code généré automatiquement.

3.4.1 Gestion de la mémoire

En C, la gestion de la mémoire est généralement laissée à la discrétion du programmeur. On alloue un espace mémoire pour contenir des données à un endroit, il faut penser à libérer cet espace mémoire à un autre. Le programmeur est seul maître à bord et doit adopter sa propre méthodologie pour ne pas oublier de désallouer les espaces mémoires inutilisés. Il peut effectuer cette gestion manuellement ou faire appel à un mécanisme de gestion de la mémoire tel qu'un ramasse-miettes. En Python, la gestion de la mémoire est automatique. L'interpréteur tient à jour un compteur pour chaque objet. Ce compteur est incrémenté si l'objet est référencé par une variable, décrémenté quand ce n'est plus le cas. Arrivé à zéro, l'objet est libéré.

Lors de l'écriture d'une extension en C, les objets que l'on va créer et manipuler peuvent être communiqués au code Python. Il va donc falloir utiliser ce mécanisme de compteur pour chaque objet que l'on va manipuler. Il faudra incrémenter le compteur si on veut garder un objet et le décrémenter quand on n'en a plus besoin.

Toute la difficulté consiste à savoir s'il est nécessaire ou non de toucher au compteur d'un objet ou si une autre fonction s'en est chargée. Il existe heureusement quelques conventions de façon à ce que l'exercice paraisse naturel avec un peu d'habitude. Tout tourne autour de la notion de possession d'une référence à un objet. Quand on possède une référence à un objet, il est nécessaire, quand on n'a plus besoin de celle-ci, de la libérer en décrémentant le compteur de l'objet ou d'en transférer la propriété à une autre fonction. Inversement, quand on veut utiliser un objet, il est nécessaire de s'assurer que l'on possède bien la référence de l'objet qu'on manipule.

Quand on fait appel à une fonction et que celle-ci renvoie un objet, il y a deux possibilités. Soit la fonction nous renvoie une nouvelle référence à l'objet, c'est-à-dire nous délègue la propriété de la référence à l'objet, et dans ce cas, il ne faut pas incrémenter le compteur de l'objet si on souhaite le garder, mais le décrémenter quand on n'en a plus besoin. Soit la fonction nous prête une référence à l'objet. C'est le cas inverse. Il faut incrémenter le compteur si l'on souhaite garder cette référence (afin de posséder sa propre référence) et si ce n'est pas le cas, il est inutile de décrémenter le compteur.

Inversement, quand on donne une référence à un objet à une fonction, celle-ci peut adopter deux comportements. Soit elle vole la référence à cet objet, c'est-à-dire que l'appelant n'a plus la propriété de la référence à l'objet, soit elle ne la vole pas et l'appelant doit se débarrasser de cette référence s'il ne souhaite plus utiliser l'objet.

Commençons par les cas simples. Sauf indication contraire dans la documentation [Python/C API], une fonction appelée ne vole pas la référence à un objet. Si la fonction nécessite de garder une référence sur l'objet, elle incrémentera elle-même le compteur de l'objet. L'appelant doit donc se débarrasser lui-même de la référence sur l'objet dans la plupart des cas. Les deux fonctions connues pour voler la référence sont PyList_SetItem() et PyTuple_SetItem(), qui permettent de placer l'objet dans une liste ou dans un tuple.

En ce qui concerne le transfert ou l'emprunt de la référence, une règle générale est que la création d'un objet entraîne le transfert de la propriété de la référence correspondante vers l'appelant tandis que la consultation d'une propriété consiste simplement en un emprunt. Par exemple, si on crée une nouvelle liste avec PyList_New(), la propriété de la référence renvoyée est transférée à l'appelant. Celui-ci n'a pas besoin d'incrémenter le compteur de l'objet. On dit dans ce cas que l'appelant obtient une nouvelle référence. Par contre, quand on consulte un élément d'une liste avec PyList_GetItem(), l'appelant emprunte la référence renvoyée. S'il souhaite conserver cette référence, il doit incrémenter lui-même le compteur de l'objet. En cas de doute, la documentation indique à chaque fois qu'une fonction renvoie un objet Python si la responsabilité est transférée (nouvelle référence) ou empruntée [Python/C API]. Les fonctions C appelées depuis Python doivent retourner de nouvelles références.

Il n'est pas forcément utile d'incrémenter le compteur avant d'utiliser un objet. Par exemple, si cet objet est l'argument d'une fonction appelée depuis l'interpréteur Python, il est garanti que la référence sur celui-ci sera valide pendant toute la durée de vie de la fonction. Il n'est donc nécessaire d'incrémenter le compteur que lorsque l'on désire garder cette référence au-delà de la vie de la fonction. Quand la référence provient d'une fonction à laquelle on l'emprunte, il convient d'être plus prudent. Il est possible que cette référence devienne invalide avant la fin de la fonction. En effet, certaines fonctions peuvent déclencher du code qui va libérer la référence en question. Il est donc préférable, dans ce cas, d'incrémenter le compteur de l'objet.

Mais donc, comment manipule-t-on ce compteur ? Il existe plusieurs macros. Py_INCREF permet d'incrémenter le compteur, Py_DECREF permet de le décrémenter et Py_XDECREF fait de même, à condition que l'objet ne soit pas NULL (auquel cas, la macro ne fait rien).

3.4.2 Présentation de l'API

La gestion mémoire constitue un point central pour bien utiliser l'API Python. N'hésitez pas à relire la section précédente si cela vous semble flou. Le reste de l'API Python est beaucoup plus simple à comprendre.

Depuis le code de votre extension en C, vous allez recevoir des objets Python, les manipuler et les renvoyer. Tout ce qui provient de l'interpréteur Python ou qui lui est destiné est un objet Python, y compris les entiers ou les chaînes de caractères. Quand vous manipulez un objet Python en C, vous avez une référence sur cet objet sous la forme d'un pointeur PyObject *. Tous les objets que vous allez manipulez ne sont pas équivalents, mais ils sont toujours représentés sous la forme d'un pointeur PyObject *.

Les fonctions manipulant des objets sont préfixées selon le type d'objet qu'elles vont manipuler. Par exemple, les fonctions commençant par PyList_ manipulent des listes tandis que les fonctions commençant par PyInt_ manipulent des entiers. Pour chaque type, on dispose généralement de fonctions pour créer un objet, vérifier le type d'un objet (est-ce que la donnée qu'on me donne en argument est bien un entier ?), convertir un objet en un autre. Tout ce que vous pouvez faire avec les objets depuis l'interpréteur Python a une fonction équivalente dans l'API.

Il existe deux fonctions qui seront utilisées très régulièrement. La première est PyArg_ParseTuple(), qui permet de vérifier que les arguments d'une fonction sont bien du type attendu et de les stocker dans un ensemble de variables, en un seul appel. L'appelant a-t-il bien fourni un entier, puis une liste, puis optionnellement un autre entier ? Dans ce cas, stocker chaque valeur dans telle et telle variable. La seconde fonction est Py_BuildValue(), qui permet de construire facilement certains objets simples comme un entier, un couple contenant un entier et une chaîne de caractères.

3.4.3 La gestion des erreurs

Python dispose d'un mécanisme d'exceptions. Quand une erreur survient dans une extension, celle-ci doit remonter une exception. L'API Python permet de gérer les cas d'erreur de manière assez simple. La règle générale est que quand une fonction qui doit retourner à l'interpréteur une référence sur un objet retourne en réalité NULL, une exception sera générée. Notamment, si une fonction de l'API Python vous retourne NULL et que vous ne souhaitez pas gérer ce cas d'erreur, retournez également NULL et l'exception sera propagée avec le message d'erreur adéquat. Quand une fonction ne retourne pas un objet Python, il faut se référer à la documentation [Python/C API] pour voir comment sont gérés les cas d'erreur. Dans tous les cas, on peut faire appel à PyErr_Occurred() pour savoir si on est actuellement dans un cas d'erreur.

Quand vous voulez générer une exception, il vous faut non seulement retourner NULL (ou -1 dans le cas de la plupart des fonctions qui retournent un entier) à l'interpréteur, mais aussi indiquer quelle exception vous voulez faire remonter. Pour ce faire, vous pouvez utiliser les fonctions commençant par PyErr_, comme PyErr_NoMemory(), PyErr_SetString() ou PyErr_FormatString().

3.4.4 Écriture de l'extension

Nous allons nous lancer doucement dans l'écriture de notre extension. Voici une première version de celle-ci contenant son initialisation et la déclaration de l'exception TurtleException :

/* pythonc.c */

#include <Python.h>

static PyObject *TurtleException;

PyMODINIT_FUNC

initpythonc(void)

{

    PyObject *m;

    m = Py_InitModule("pythonc", NULL);

    if (!m)

        return;

    TurtleException = PyErr_NewException("pythonc.TurtleException", NULL, NULL);

    if (!TurtleException)

      return;

    Py_INCREF(TurtleException);

    PyModule_AddObject(m, "TurtleException", TurtleException);

}

L'en-tête Python.h contient les déclarations nécessaires pour utiliser l'API Python. On déclare ensuite l'objet TurtleException qui pourra être utilisé dans le reste de l'extension. La fonction marquée par PyMODINIT_FUNC représente la fonction chargée d'initialiser le module. Un module est aussi un objet Python. On l'initialise avec Py_InitModule(). Le premier paramètre est le nom du module et le second est l'ensemble des méthodes du module. Actuellement, on ne dispose d'aucune méthode. Notez ensuite la gestion des erreurs propre à l'API. Si Py_InitModule a retourné NULL, c'est qu'une erreur est survenue. Le cas de l'initialisation du module est un peu particulier, puisque la fonction ne retourne pas un objet. On se contente de sortir de la fonction. L'interpréteur Python détectera le cas d'erreur et remontera une exception.

Nous revenons à notre objet TurtleException. La fonction PyErr_NewException() va nous permettre de créer une nouvelle exception. Encore une fois, on vérifie si on ne nous a pas retourné NULL et dans ce cas, inutile d'aller plus loin. Suivant la logique décrite auparavant, PyErr_NewException() doit nous transférer une nouvelle référence sur l'objet créé. La documentation confirme que c'est le cas. Pourquoi donc incrémentons-nous le compteur de l'objet ? La fonction suivante, PyModule_AddObject(), dont le rôle est d'ajouter un objet au module (sous le nom de son choix), vole la référence à l'objet. Or nous voulons garder cette exception car nous allons l'utiliser dans le reste de l'extension. Si l'interpréteur décide de retirer l'exception du module (avec del pythonc.TurtleException, par exemple), nous pourrions perdre la seule référence sur l'exception et l'objet serait désalloué.

Compilons notre nouvelle extension :

$ gcc -shared -fPIC -O2 -Wall \

$(python-config --cflags) pythonc.c -L.. -ltortue \

-o pythonc.so

$ (cd .. ; LD_LIBRARY_PATH=. python )

>>> from tortue import pythonc

>>> dir(pythonc)

['TurtleException', '__doc__', '__file__', '__name__', '__package__']

>>> raise pythonc.TurtleException

Traceback (most recent call last):

  File "<stdin>", line 1, in

pythonc.TurtleException

Nous devons ensuite ajouter notre classe Turtle au module. Pour faire ceci, il faut d'abord déclarer une structure qui représentera une instance de la classe et donc l'objet Python correspondant. Elle contiendra notamment le compteur permettant de suivre le nombre de références actives sur l'objet, mais aussi tout ce que vous jugerez utile d'associer avec chaque instance. Dans notre cas, notre structure est déclarée comme ceci :

#include "../tortue.h"

typedef struct {

  PyObject_HEAD

  struct turtle *t;

} TurtleObject;

La macro PyObject_HEAD se charge d'inclure tout ce qui est nécessaire pour que cette structure puisse se comporter comme un objet Python, dont le compteur de références. Ainsi, une variable qui aura pour type cette structure pourra être transformée en une variable de type PyObject. Nous ajoutons ensuite les éléments nécessaires à chaque instance. Dans notre cas, il s'agit de la référence vers la tortue.

Nous devons ensuite définir toutes les opérations possibles sur notre objet ainsi que ses caractéristiques essentielles. Pour ce faire, on définit une variable de type PyTypeObject qui représentera la classe :

static PyTypeObject TurtleType = {

  PyObject_HEAD_INIT(NULL)

  0,                            /*ob_size*/

  "pythonc.Turtle",             /*tp_name*/

  sizeof(TurtleObject),         /*tp_basicsize*/

  0,                            /*tp_itemsize*/

  (destructor)Turtle_dealloc,   /*tp_dealloc*/

0, /*tp_getattr*/

  0,                            /*tp_setattr*/

0, /*tp_compare*/

  0,                            /*tp_repr*/

  0,                            /*tp_as_number*/

  0,                            /*tp_as_sequence*/

  0,                            /*tp_as_mapping*/

  0,                            /*tp_hash */

  0,                            /*tp_call*/

  0,                            /*tp_str*/

  0,                            /*tp_getattro*/

  0,                            /*tp_setattro*/

  0,                            /*tp_as_buffer*/

Py_TPFLAGS_DEFAULT, /*tp_flags*/

"Turtle objects", /*tp_doc*/

  0,                            /*tp_traverse*/

  0,                            /*tp_clear*/

  0,                            /*tp_richcompare*/

  0,                            /*tp_weaklistoffset*/

  0,                            /*tp_iter*/

  0,                            /*tp_iternext*/

  0,                            /*tp_methods*/

  0,                            /*tp_members*/

  0,                            /*tp_getset*/

  0,                            /*tp_base*/

  0,                            /*tp_dict*/

  0,                            /*tp_descr_get*/

  0,                            /*tp_descr_set*/

  0,                            /*tp_dictoffset*/

  (initproc)Turtle_init,        /*tp_init*/

  0,                            /*tp_alloc*/

  PyType_GenericNew,            /*tp_new*/

};

Pour le moment, notre type ne permet pas de faire grand chose. On lui donne un nom, la taille de l'objet qui lui correspond et une chaîne de documentation. Il n'a pour le moment ni méthode, ni attribut. On doit cependant expliquer comment créer une nouvelle instance de notre objet à l'aide de Turtle_init(). Cette fonction jouera le rôle de __init__(). Voyons son code :

static int

Turtle_init(TurtleObject *self, PyObject *args, PyObject *kwds)

{

  int port;

  if (!PyArg_ParseTuple(args, "i", &port))

    return -1;

self->t = turtle_init(port);

  if (!self->t) {

    PyErr_Format(TurtleException, "unable to create turtle %d", port);

return -1;

  }

  return 0;

}

Remarquons d'abord que cette fonction ne retourne pas un PyObject *, tout comme un constructeur d'une classe Python. En dehors de cela, la signature de la fonction est classique. Toutes les fonctions seront appelées avec trois arguments : un pointeur sur l'instance, un pointeur sur une liste d'arguments positionnels et un pointeur sur un dictionnaire d'arguments nommés. Généralement, les fonctions renvoient un objet Python. Ce n'est pas le cas ici.

On commence par regarder les arguments obtenus. On désire que notre constructeur soit appelé avec comme seul et unique argument un entier représentant le port de la tortue. Le rôle de PyArg_ParseTuple() est justement de vérifier que les arguments positionnels fournis sont bien au nombre de 1 et représentent un entier. Si on attendait un objet Python, il aurait fallu mettre O plutôt que i. Il aurait alors fallu également vérifier nous-même que l'objet fourni est bien du type attendu. Par exemple, si on attendait une liste, la fonction PyList_Check() nous aurait confirmé si nous avions bien une liste. Si l'utilisateur fournit plus d'un argument ou que celui-ci n'est pas un entier, PyArg_ParseTuple() va générer une exception et renvoyer NULL. Dans ce cas, on se contente de propager cette exception en renvoyant -1. Notons que si l'utilisateur fournit des arguments nommés, ceux-ci sont ignorés. On pourrait remplacer l'appel à PyArg_ParseTuple() par un appel à PyArg_ParseTupleAndKeywords() pour être plus strict.

Nous faisons ensuite appel à notre bibliothèque en C pour initialiser la tortue. Si l'initialisation échoue, on génère une exception à l'aide de PyErr_Format() et en retournant -1. Dans le cas contraire,   est retourné pour indiquer le succès de l'opération.

Nous devons aussi définir la fonction Turtle_dealloc() qui est appelée lorsque l'objet doit être désalloué. Dans cette fonction, nous faisons appel à turtle_close() :

static void

Turtle_dealloc(TurtleObject *self)

{

  if (self->t)

    turtle_close(self->t);

  self->ob_type->tp_free((PyObject*)self);

}

Si nous compilons et lançons nos tests à ce stade, le premier test passe. Nous sommes sur la bonne voie ! Nous allons pouvoir ajouter la méthode send() à notre objet. Nous devons d'abord écrire la fonction correspondante :

static PyObject *

Turtle_send(TurtleObject *self, PyObject *args, PyObject *kwds)

{

  const char *cmd = NULL;

  int result;

  if (!PyArg_ParseTuple(args, "s", &cmd))

    return NULL;

  result = turtle_send(self->t, cmd);

  if (result != 0) {

    PyErr_Format(TurtleException, "got error %d", turtle_error(self->t));

    return NULL;

  }

  Py_INCREF(Py_None);

  return Py_None;

}

Ici encore, nous commençons à vérifier nos arguments. Nous attendons exactement une chaîne de caractères. Si ce n'est pas le cas, nous transmettons l'exception. Nous faisons ensuite appel à la fonction turtle_send() de notre bibliothèque et vérifions le résultat. Si celui-ci n'est pas satisfaisant, nous générons une exception. Dans le cas contraire, il nous faut renvoyer None. Une fonction Python qui ne renvoie pas de résultat renvoie None. Il ne faut pas renvoyer NULL, car cela correspondrait à un cas d'erreur ! Notez également que nous incrémentons le compteur de l'objet Py_None, qui est un objet comme les autres (mais dont il n'existe qu'un exemplaire). Rappelez-vous, par convention, les méthodes doivent renvoyer à l'interpréteur une nouvelle référence à l'objet. Il nous faut donc incrémenter le compteur de tout objet Python renvoyé.

Nous devons ensuite référencer cette nouvelle méthode pour notre objet. Toutes les méthodes d'un objet sont référencées dans une même structure que nous déclarons ainsi :

static PyMethodDef Turtle_methods[] = {

    {"send", (PyCFunction)Turtle_send, METH_VARARGS,

     "Send a command to the turtle"

},

    {NULL} /* Sentinel */

};

Nous donnons le nom de la méthode, la méthode à appeler (dont la signature doit systématiquement correspondre à la signature d'une fonction C appelée depuis l'interpréteur Python), les arguments qu'elle attend (ici, un nombre variable d'arguments positionnels, mais pas d'arguments nommés), et enfin, une chaîne de documentation. Enfin, dans la définition du type TurtleType, nous remplaçons la valeur du membre tp_methods par cette structure (au lieu de  ).

Après compilation, il ne reste que les tests concernant les attributs model et status qui échouent. Nous allons donc écrire les fonctions qui permettent d'accéder à ces attributs. Commençons par l'attribut le plus simple :

static PyObject *

Turtle_getmodel(TurtleObject *self, void *closure)

{

  return PyString_FromString(turtle_model(self->t));

}

La fonction qui permet d'accéder à l'attribut model est très simple. Elle se contente de créer un nouvel objet Python de type chaîne construit à partir de la valeur renvoyée par la fonction C turtle_model(). La fonction PyString_FromString() nous obtient une nouvelle référence. Nous faisons simplement passer cette référence à l'appelant. Inutile donc de toucher au compteur de l'objet. À noter qu'à la place de PyString_FromString(), il aurait été aussi possible de faire appel à Py_BuildValue().

L'ensemble des fonctions permettant de manipuler les attributs sont regroupées au sein d'une même structure que nous définissons ainsi :

static PyGetSetDef Turtle_getseters[] = {

{"model",

         (getter)Turtle_getmodel, NULL,

         "model", NULL},

        {NULL}                  /* Sentinel */

};

Pour chaque attribut, nous donnons un nom, puis la fonction qui permet d'obtenir la valeur de cet attribut, la fonction qui permet de modifier cette valeur (NULL dans notre cas), la chaîne de documentation ainsi que des données supplémentaires qui seraient passées en dernier paramètre des fonctions. Dans la définition du type TurtleType, nous remplaçons la valeur du membre tp_getset par cette structure.

Après compilation, seul un dernier test échoue ! Il nous faut donc ajouter le support de l'attribut status. Rappelez-vous, cet attribut est obtenu en retournant une instance de TurtleStatus. Il va donc nous falloir importer le module correspondant et instancier la classe en question, ce qui revient à appeler du code Python depuis notre code C. Voici comment importer le module :

    StatusModule = PyImport_ImportModule("tortue.status");

    if (!StatusModule)

return;

Ce code est à ajouter à la fin de l'initialisation du module. La fonction PyImport_ImportModule() renvoie une nouvelle référence. On n'ajoute pas cette référence au module et on conserve donc la propriété de celle-ci. Il est donc inutile d'incrémenter le compteur. StatusModule est déclaré en variable globale de type static PyObject *. Nous allons désormais pouvoir appeler les fonctions de ce module dans la fonction qui permet d'accéder à l'attribut status :

static PyObject *

Turtle_getstatus(TurtleObject *self, void *closure)

{

  long int status = turtle_status(self->t);

  const char *model = turtle_model(self->t);

  PyObject *cstatus, *istatus;

  if (status == -1) {

    PyErr_Format(TurtleException, "got error %d", turtle_error(self->t));

    return NULL;

  }

  cstatus = PyObject_GetAttrString(StatusModule, "TurtleStatus");

  if (!cstatus)

    return NULL;

  istatus = PyObject_CallFunction(cstatus, "sl", model, status);

  Py_DECREF(cstatus);

  if (!status)

    return NULL;

return istatus;

}

On stocke tout d'abord le modèle et l'état courant dans deux variables. Si la fonction turtle_status() retourne une erreur, nous levons une exception. Ensuite, nous récupérons dans cstatus la classe TurtleStatus depuis le module que nous avons importé précédemment. Un module étant un objet classique, on utilise la fonction générique PyObject_GetAttrString() qui nous renvoie une nouvelle référence sur l'objet en question. Notons que par la suite, nous n'aurons plus besoin de cette référence et donc, sitôt utilisée, nous nous la libérons en décrémentant le compteur.

Nous possédons donc maintenant une référence sur la classe que nous désirons instancier. Une instanciation consiste en fait à considérer la classe comme une fonction et à l'exécuter. L'API Python dispose de la fonction PyObject_CallFunction() à cet effet. Nous lui fournissons la référence que nous avons sur la classe, le format des arguments (une chaîne et un entier long) ainsi que les arguments en eux-même. La fonction PyObject_CallFunction() s'occupe de tout pour nous : elle transforme nos variables en objets Python et instancie la classe. En cas d'échec, nous obtenons NULL et nous propageons donc l'exception. En cas de succès, nous obtenons une nouvelle référence sur l'instance qui nous intéresse et nous transférons celle-ci à l'appelant.

Pour terminer, il convient d'ajouter la référence à cette fonction dans la structure dans laquelle nous avions déclaré le précédent attribut. Celle-ci devient :

static PyGetSetDef Turtle_getseters[] = {

        {"model",

         (getter)Turtle_getmodel, NULL,

         "model", NULL},

        {"status",

         (getter)Turtle_getstatus, NULL,

         "status", NULL},

        {NULL}                  /* Sentinel */

};

Après compilation, tous les tests passent désormais. Notre module est donc fonctionnel ! L'API Python est très riche et nous n'en avons effleuré qu'une partie. Cela devrait vous donner les bases nécessaires pour aller plus loin [API Tutorial].

3.5 Automatiser la compilation

La plupart des solutions qui ont été présentées dans cet article nécessitent une phase de compilation. Nous avons lancé des commandes manuellement pour obtenir les différentes extensions Python. Sachez que le module distutils fournit le nécessaire pour automatiser cette compilation et l'intégrer correctement dans le système de construction et d'installation des modules Python.

Pour une extension écrite directement en C, vous pouvez ajouter l'argument ext_modules à l'appel de la fonction setup() afin de compiler votre extension. Dans notre cas :

from distutils.core import setup, Extension

setup(name="tortue", version="1.0",

      ext_modules=[Extension("tortue.pythonc",

                             libraries = ['tortue']

                             sources = ['tortue/pythonc.c'])])

SWIG et Pyrex proposent des extensions à distutils qui permettent d'arriver à un résultat similaire. Consultez leurs documentations.

Conclusion

Interfacer une bibliothèque en C avec du code Python n'est finalement pas si compliqué. Selon vos affinités, de nombreuses solutions s'offrent à vous. SWIG vous permet de générer facilement un équivalent Python de votre bibliothèque en C. Charge à vous de compléter le résultat avec un peu de Python pour rendre la bibliothèque obtenue un peu plus pythonique. Pyrex vous permet de mélanger du code Python avec des données et des fonctions C tout en gardant une certaine sécurité. La connaissance de l'API Python n'est pas nécessaire pour concevoir des extensions évoluées. Le module ctypes vous permet d'arriver à un résultat similaire sans disposer des sources de la bibliothèque. Il nécessite quelques précautions, mais permet d'obtenir très rapidement un résultat que l'on pourra ensuite consolider avec les autres outils. Enfin, pour les plus aventureux, la conception d'une extension en utilisant directement l'API Python/C reste accessible et vous autorise toutes les fantaisies.

Bibliographie

[TURTLE]Turtle robots, http://en.wikipedia.org/wiki/Turtle_%28robot%29

[TDD]Test Driven Development, http://fr.wikipedia.org/wiki/Test_Driven_Development

[ctypes]foreign function library for Python, http://docs.python.org/library/ctypes.html

[SWIG]Simplified Wrapper and Interface Generator, http://www.swig.org/

[Pyrex]a Language for Writing Python Extension Modules, http://www.cosc.canterbury.ac.nz/greg.ewing/python/Pyrex/

[Python/C API]Python/C API Reference Manual, http://docs.python.org/c-api/

[API Tutorial]Extending and Embedding the Python Interpreter, http://docs.python.org/extending/index.html

 

Par le même auteur

Python et le C

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
132
|
Mois de parution
novembre 2010
|
Résumé

Python est un langage particulièrement riche. Il dispose notamment d'une importante bibliothèque standard couvrant de larges besoins. Toutefois, il n'est pas rare de recourir à un module externe. Par exemple, si votre application nécessite l'accès à une base de données PostgreSQL, vous pouvez recourir au module tierce psycopg2. Qu'ils soient ou non inclus dans la bibliothèque standard, il existe deux grandes familles de modules : les modules natifs, écrits entièrement en Python et les extensions, qui sont des modules écrits dans un autre langage, typiquement le C. Nous allons nous intéresser dans cet article aux différentes façons d'écrire une extension Python.

La séparation de privilèges en C

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
119
|
Mois de parution
septembre 2009
|
Résumé
La séparation de privilèges [PROVOS] est une technique popularisée par OpenSSH et utilisée notamment dans le projet OpenBSD permettant de séparer un programme en deux parties communiquant entre elles. Une partie s'occupe des opérations nécessitant des privilèges particuliers (ouvrir une socket réseau, ouvrir un fichier). L'autre partie va tourner sans aucun privilège particulier dans un chroot et devra effectuer la plupart des opérations nécessaires à la bonne marche du programme.Cette technique doit permettre de minimiser le nombre de lignes de code requérant des privilèges et donc le nombre de lignes à auditer attentivement. Ajouter la séparation de privilèges à un programme n'est pas forcément très compliqué. Nous allons voir comment créer un petit sniffer l'exploitant.

Python et le réseau

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
40
|
Mois de parution
janvier 2009
|
Résumé
Comme de nombreux langages, Python propose tout l'arsenal nécessaire pour construire des applications réseau. La bibliothèque standard propose de quoi écrire aussi bien des serveurs que des clients. Nous allons voir dans cet article les différentes possibilités offertes par Python dans ce domaine.