Attaques des équipements mobiles GPRS à LTE

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
19
Mois de parution
février 2019
Domaines


Résumé

Les équipements de l’écosystème Internet of Things (IoT) utilisent diverses technologies telles que la radiocommunication mobile, perçue aujourd’hui comme un moyen éprouvé pour transporter de l’information partout dans le monde. Dans cet article, nous verrons en pratique comment attaquer ces équipements, ainsi que leurs infrastructures suivant différents scénarios en boîte noire.


1. Introduction

1.1 Contexte

La téléphonie mobile ou radiotéléphonie, fondée sur la radiocommunication, est apparue en France en 1986 avec le déploiement des premiers réseaux première génération (1G) France Télécom et des postes Radiocom 2000 utilisant ce réseau analogique. Cette technologie était une révolution, car elle lançait la téléphonie vers un nouvel air avec le principe de Réseau haute Densité (RHD, appelé en anglais handover) permettant de changer de cellule dynamiquement et de se déplacer. À l’époque, on pouvait déjà équiper sa voiture d’un téléphone Radiocom 2000 [5]. En décembre 1987, pour favoriser la croissance de la radio téléphonie, l’instance régulatrice des Postes de Télécommunications a accordé une autorisation d’exploitation pour d’autres opérateurs comme la Société française de radiotéléphonies (SFR) ayant développé par la suite sa propre « Ligne SFR » [1].

Par fréquence porteuse, cette...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Spectre, 3 ans après

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Spectre, et son pendant Meltdown, est une faille qui repose sur l’architecture moderne de nos processeurs. Dans cet article, nous verrons l’impact que cette vulnérabilité a eu sur le développement d’applications web.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.