Introduction aux containers Linux

Magazine
Marque
MISC
Numéro
95
Mois de parution
janvier 2018
Domaines


Résumé
Les containers n’existent pas. Enfin, pas en tant que tel. Cet article présente les briques de base des containers Linux que sont les namespaces et les cgroups à travers des exemples concrets. Les lecteurs assidus repartiront avec un module PAM sur mesure pour sandboxer un utilisateur SSH.


Qui ne connaît pas Docker ? Vous avez de la chance : vous abordez cet article libre de tout a priori sur ce qu’est – ou pas – un container.

Dans le noyau Linux, les containers n’existent pas. Un « grep » dans le code source du noyau pourra vous en convaincre. Il y a bien eu une tentative en mai dernier d’ajouter une telle notion pour un besoin spécifique qui sort du cadre de cet article, mais elle n’a pas rencontré d’enthousiasme.

Si les containers en eux-mêmes n’existent pas dans le noyau Linux, celui-ci en fournit du moins les briques élémentaires, les plus significatives étant les cgroups et les namespaces qui feront l’objet de cet article. Il y en a d’autres, elles feront l’objet d’un autre article de ce dossier.

1. Que sont les containers ?

J’aime parler des cgroups et des namespaces comme des étiquettes que l’on attache à des processus. Comme toutes les « étiquettes » des processus, elles peuvent être consultées via le /proc. On aura...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Puces sécurisées - À la découverte de la sécurité matérielle

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Le grand public est familiarisé, ne serait-ce qu’inconsciemment, au concept de puce de sécurité de par l’usage quotidien et depuis de nombreuses années des cartes à puce dans le domaine bancaire ou des cartes SIM dans la téléphonie mobile. Des puces dédiées à la sécurité ont également fait leur apparition dans certains de nos équipements du quotidien (ordinateur portable, smartphone), qu’il s’agisse de microcontrôleur dédié disposant de fonctionnalités liées à la cryptographie (stockage de clef de chiffrement) tel un TPM, ou d’un mode d’exécution sécurisé intégré au processeur principal, à l’instar de SGX pour Intel, de TrustZone chez ARM et de PSP pour AMD.

Qu’est-ce que le chiffrement ?

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
50
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Les protocoles de chiffrement de données, tels que SSL et son successeur TLS, sont au cœur des problématiques de la sécurisation des échanges sur les réseaux informatiques (dont Internet est le plus vaste représentant). Pour un développeur, comme pour un administrateur système, il est donc essentiel de bien comprendre à quoi ils servent, ce qu’ils font, et aussi quand s’en servir. Dans cet article, nous nous proposons de revenir sur toutes ces notions afin de s’assurer de leur bonne compréhension.

Monter son lab virtuel avec Kali Linux et VulnHub sous VirtualBox

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
50
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous allons mettre en place un virtual lab, un environnement de travail virtuel. Cet environnement vous permettra de créer, exécuter et détruire à volonté des VM vulnérables. Tout ceci sera fait dans un réseau virtuel, que nous allons créer, afin que ces machines vulnérables ne soient pas exposées sur Internet ni même sur votre réseau LAN, et éviter qu’un pirate puisse les retourner contre vous. Votre machine d’attaque sera également une machine virtuelle, sous Kali Linux, afin de ne pas utiliser votre machine de tous les jours pour vous connecter aux machines vulnérables, pour les mêmes raisons de sécurité. Kali Linux sera dans le réseau virtuel protégé pour pouvoir communiquer avec les VM vulnérables, et aura une carte réseau supplémentaire pour pouvoir accéder à Internet, être mise à jour, etc.