Dénis de service contre une plate-forme de voix sur IP

Magazine
Marque
MISC
Numéro
37
Mois de parution
mai 2008
Domaines


Résumé

Bien que l'attaque la plus intéressante contre une plate-forme de VoIP soit celle où l'on intercepte une communication, ce n'est généralement pas l'attaque la plus simple à réaliser (à moins bien sûr d'être sur le chemin ou de pouvoir facilement contrôler une des parties). Le risque qui engendre le plus de cheveux gris pour une équipe sécurité est de rendre la plate-forme résistante face aux dénis de service. Au cours de cet article, nous allons décrire quels sont les challenges pour sécuriser une telle plate-forme, et tout particulièrement comment l'optimisation de la disponibilité de la plate-forme la rend plus vulnérable. Les éléments-clés d'un déploiement qui sont les plus exposés sont bien évidemment le SoftSwitch (ou P-CSCF en terminologie IMS) qui va gérer les communications, le SBC (Session Border Controller) qui gère et régule l'accès au SoftSwitch depuis l'extérieur (les clients), ainsi que les MGW (Media Gateway) qui connectent le nuage VoIP avec le réseau téléphonique traditionnel (RTC). Nous allons étudier quelles attaques sont les plus courantes à l'encontre de ces équipements et quel est leur rôle côté protection.


1. Infrastructure VoIP : fournisseur de service vs entreprise

Dans cet article, nous allons nous intéresser tout particulièrement aux dénis de service contre une infrastructure de VoIP proposée par un fournisseur de service via Internet.

Une solution plus orientée entreprise, que ce soit un service de téléphonie interne via un IP-PBX local ou un IP-PBX hébergé par un opérateur (et donc généralement uniquement accessible via un réseau privé virtuel de type VPN MPLS) ne présente pas la même surface d'attaque et, surtout, il est généralement beaucoup plus simple de trouver la source du problème et d'y remédier.

Il existe également sur le marché de plus en plus d'offres où le service de VoIP transite via Internet, Internet au sens réseau IP public de l'opérateur (c'est-à-dire que la plate-forme est connectée à l'Internet, mais l'accès y est restreint aux IP publiques de cet opérateur). On commence également à voir de plus en plus d'offres où le...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

La téléportation, de la fiction au SDN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

L’art de se téléporter n’est plus réservé au cinéma ! Suite au développement de nouveaux paradigmes tels que le SDN, facilitant le déploiement de firewalls, la sécurité du plan de données a considérablement augmenté. Mais est-il possible d’éviter ces points de passage pour exfiltrer des données entre deux extrémités d’un réseau ? Au lieu de chercher un trou dans le mur, ne serait-il pas plus simple de trouver un moyen de le contourner ? C’est là l’ambition des techniques de téléportation. Nous explorerons les différentes techniques exploitant ce concept, puis nous reproduirons l’une de celles-ci sur un contrôleur SDN, ONOS.

Avec le Spanning Tree Protocol, suis-je en sécurité dans mon réseau ?

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans le cadre des hors-séries sur les retours aux fondamentaux, cet article aura comme sujet le protocole STP (Spanning Tree Protocol). Inventé en 1985 par Radia Perlman, il permet principalement d’assurer une liaison réseau redondante et sans boucle. Ce protocole étant primordial au sein d’un réseau de moyenne à grande envergure, s’il n’est pas correctement configuré, cela pourra alors permettre à des attaquants de compromettre le réseau.

Télétravail : une sécurité à repenser et une nouvelle organisation à encadrer

Magazine
Marque
MISC
Numéro
111
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Entre mode et nécessité, le télétravail nous oblige à repenser notre organisation du travail et les règles de sécurité associées. Comment mettre en place ces nouveaux modèles sans risque pour l’entreprise et ses salariés ?