« Géotagger » vos photos

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
60
Mois de parution
juillet 2010
Spécialité(s)


Résumé

Certains appareils photo intègrent par défaut des métadonnées GPS au sein des données EXIF de vos clichés en fonction de votre localisation géographique au moment de votre prise de vue mais ces derniers sont plutôt onéreux. Il faut en effet compter en moyenne plus de 300 euros pour acquérir l'un d'entre eux. Il existe heureusement des programmes proposant de géotagger vos images. Pour que l'opération réussisse, il vous faudra au préalable effectuer une escapade, votre navigateur GPS à la main et votre appareil photo numérique autour du cou.


Vous l'aurez compris, avant même de penser à géotagger vos photos, il vous faut prendre une série de clichés tout en faisant fonctionner votre navigateur GPS afin que celui-ci puisse collecter des données. Pour faire plus simple, on pourra également utiliser un téléphone portable ou un smartphone. Ces derniers intègrent le plus souvent un appareil photo et proposent de plus en plus fréquemment une fonction GPS au nombre de leurs applications. Toutefois, même lorsque cette fonctionnalité n'est pas présente, il est facilement possible de télécharger un programme adéquat sur le Web.

1. Pourquoi « géotagger » vos clichés ?

Comme vous le savez sans doute, un certain nombre de données accompagnent chacun des clichés pris à l'aide de votre appareil photo numérique. On appelle ces dernières données EXIF (EXchangeable Image File Format). Celles-ci fournissent des informations variées sur votre prise de vue : la date, l'heure, des informations concernant...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Édito

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
142
Mois de parution
mars 2024
Résumé

Réduction des coûts, personnalisation des solutions en fonction de ses besoins, transparence du code, accès à une communauté de développeurs et d’utilisateurs… les solutions open source offrent de nombreux atouts aux entreprises et administrations. L’Open Source Monitor France*, étude initiée par le CNLL, le Numeum (Syndicat et organisation professionnelle de l’écosystème numérique en France) et le pôle Systematic Paris-Region, publiée fin 2023, s’est intéressée à leur usage au sein de ces organisations, de quoi mettre en avant les diverses problématiques auxquelles elles peuvent faire face, mais aussi mettre en lumière leurs bénéfices.

Édito

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
141
Mois de parution
janvier 2024
Résumé

Il y a quelque temps je suis tombée par hasard sur un article remettant en question la loi de Moore. Pour rappel rapide, nous devons cette dernière à un certain Gordon Moore, l’un des fondateurs d’Intel qui nous a d’ailleurs quittés en mars dernier. C’est en 1965 qu’il s’était pour la première fois exprimé sur le sujet en énonçant le principe selon lequel le nombre de transistors sur une puce électronique doublait environ tous les ans avec un coût constant*. Le concept s’est ensuite popularisé pour désigner plus généralement le développement incessant de technologies toujours plus puissantes.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Les nouvelles menaces liées à l’intelligence artificielle

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Sommes-nous proches de la singularité technologique ? Peu probable. Même si l’intelligence artificielle a fait un bond ces dernières années (elle est étudiée depuis des dizaines d’années), nous sommes loin d’en perdre le contrôle. Et pourtant, une partie de l’utilisation de l’intelligence artificielle échappe aux analystes. Eh oui ! Comme tout système, elle est utilisée par des acteurs malveillants essayant d’en tirer profit pécuniairement. Cet article met en exergue quelques-unes des applications de l’intelligence artificielle par des acteurs malveillants et décrit succinctement comment parer à leurs attaques.

Migration d’une collection Ansible à l’aide de fqcn_migration

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Distribuer du contenu Ansible réutilisable (rôle, playbooks) par l’intermédiaire d’une collection est devenu le standard dans l’écosystème de l’outil d’automatisation. Pour éviter tout conflit de noms, ces collections sont caractérisées par un nom unique, formé d’une espace de nom, qui peut-être employé par plusieurs collections (tel qu'ansible ou community) et d’un nom plus spécifique à la fonction de la collection en elle-même. Cependant, il arrive parfois qu’il faille migrer une collection d’un espace de noms à un autre, par exemple une collection personnelle ou communautaire qui passe à un espace de noms plus connus ou certifiés. De même, le nom même de la collection peut être amené à changer, si elle dépasse son périmètre d’origine ou que le produit qu’elle concerne est lui-même renommé.

Mise en place d'Overleaf Community pour l’écriture collaborative au sein de votre équipe

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Si vous utilisez LaTeX pour vos documents, vous connaissez vraisemblablement Overleaf qui vous permet de rédiger de manière collaborative depuis n’importe quel poste informatique connecté à Internet. Cependant, la version gratuite en ligne souffre de quelques limitations et le stockage de vos projets est externalisé chez l’éditeur du logiciel. Si vous désirez maîtriser vos données et avoir une installation locale de ce bel outil, cet article est fait pour vous.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous