Dans ce numéro...


Pour afficher notre jeu, nous allons avoir besoin d'un écran de leds ou d'un émulateur, ce qui implique quelques manipulations. Nous allons donc devoir installer quelques programmes et nous familiariser avec les outils que nous allons employer.
Nous avons maintenant les connaissances nous permettant de débuter notre projet. Aujourd'hui, nous allons afficher un serpent sur l'écran et faire en sorte qu'il se déplace tout seul.
Voir un serpent se déplacer sur l'écran était une étape sympathique... pouvoir le contrôler directement au clavier sera autrement plus intéressant !
Nous sommes capables de contrôler la trajectoire du serpent et il va falloir maintenant le guider vers sa nourriture. Cela va entraîner plusieurs petits problèmes à résoudre.
Maintenant que notre jeu fonctionne, pour l'améliorer, nous pouvons envisager de créer des niveaux. Il y a la solution consistant à créer ces niveaux aléatoirement ou celle consistant à les lire dans des fichiers.
Notre jeu est terminé. Réfléchissons donc aux différentes améliorations que nous pourrions encore lui apporter.

Magazines précédents

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Body