Reprenez le contrôle ! Ajoutez un environnement graphique à votre GNU/Linux sur smartphone

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
238
Mois de parution
juin 2020
Domaines


Résumé

Dans le précédent article [1], nous avons vu comment compiler un noyau, créer un initramfs, nous avons réussi à démarrer notre téléphone dessus et en plus, à nous y connecter et à obtenir un shell. C’est une belle prouesse, mais le must serait d’avoir un système GNU/Linux complet sur nos téléphones (et en natif). C’est justement le sujet de cette seconde partie : expliquer comment arriver au système final.


Comme expliqué précédemment, l’initramfs n’est pas le système final (il est toujours possible d’imaginer un système dans celui-ci, mais pas dans cet article). Le système final (rootfs), qui contient la distribution en elle-même, sera quant à lui sur sa propre partition et nous devons donc le monter et lui passer la main. Voyons comment faire.

1. Le rootfs

Pour pouvoir démarrer notre système final (Debian, Arch Linux, CentOS...) il va d’abord falloir l’installer sur un support que le téléphone est capable de lire (monter). Mais alors, où installer le système ? Globalement dans un téléphone ou une tablette (moderne), il est possible d’installer un rootfs sur trois emplacements : une carte SD, un périphérique USB et la mémoire interne du périphérique. Pour des raisons de simplicité dans cet article, nous allons l’installer sur un support externe, une carte SD ou une clé USB, mais sachez qu’il est tout aussi possible d’installer le...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Les utilitaires relatifs aux namespaces

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
240
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Après un premier article [1] sur la notion de namespace et de conteneur avec un passage en revue des appels système, ce second opus se concentre sur les commandes mises à disposition de l’utilisateur.

Supervision des architectures à microservices avec Prometheus

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
121
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Lorsqu’on supervise des services statiques, tel qu’un serveur apache ou un serveur de base de données, on se concentre sur le bon fonctionnement de ces derniers (réponse aux requêtes, état : démarré ou non...) et donc un outil de supervision est nécessaire pour évaluer le statut du service en question. Un outil comme Nagios est destiné à ce type de supervision. Mais si nos services sont susceptibles de disparaître à tout moment et sont remplacés par de nouvelles instances, comment pourra-t-on les superviser ? S’ils ne sont pas déployés sur leurs hôtes d’origine, comment peut-on les localiser dans ce cas ? Et si ces services sont sous forme de conteneurs, comment alors superviser les processus à l’intérieur de ces conteneurs ? Et enfin, si ces services sont déployés dans un orchestrateur à l’instar de Kubernetes, et donc sous forme de pod, comment superviser l’ensemble de ces pods repartis sur différents nœuds ? Dans cet article, nous répondons à toutes ces questions avec des cas pratiques. Mais voici déjà un indice concernant la réponse : Prometheus.

Premiers pas et prérequis

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
48
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Dans ce premier chapitre, nous allons aborder de nombreux sujets, allant du respect des conditions d’utilisation de « Red Hat Enterprise Linux » (RHEL), de l’installation du système, de sa connexion au réseau « Red Hat » jusqu’à la description de notre cas d’étude. Une fois ces prérequis évoqués et ces étapes préliminaires étudiées, nous passerons au vif du sujet en installant Ansible, que nous utiliserons dans le prochain chapitre afin de commencer à mettre en place notre serveur.

Tendance actuelle : la conteneurisation d'applications

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
110
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Actuellement, il est fréquent de voir des applications proposées sous la forme d'un conteneur. Chaque mise en conteneur – ou conteneurisation – d'une application est particulière et j'ai justement dû récemment me plier à l'exercice : je partage avec vous mon expérience dans cet article.