Réalisation d'une montre en VHDL : la gestion des boutons

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
137
Mois de parution
avril 2011


Résumé
Pour ceux qui débarqueraient, cet article va vous présenter une des unités de conception utilisées pour créer une montre ayant pour pièce centrale un FPGA. Il y a 5 autres unités, toutes présentées dans cette série d'articles dont celui-ci est le quatrième. Le code et les notions abordés au cours de ces articles sont aussi utiles dans bien d'autres contextes, le prétexte de la montre étant une sorte de « hello world » électronique.

À terme, notre montre sera réglée et contrôlée grâce à deux boutons poussoirs. Pour ce faire, il faudra traduire des appuis physiques, par nature totalement analogiques et brouillons, en valeurs numériques utilisables et claires. En plus, notre code, et en particulier celui du cœur de la montre (voir le premier article de cette série), nécessitera de pouvoir distinguer deux formes différentes d'appuis sur les boutons : des appuis courts et des appuis longs. Une unité dédiée à ce travail n'était donc pas de trop, mais rassurez-vous, le code qui la compose est court et simple (contrairement à cette introduction).

Le code de cette unité gérera un seul bouton poussoir mais sera instancié deux fois dans l'unité globale, ce qui permettra plus tard d'ajouter autant de boutons que voulu sans avoir à tout réécrire ou recopier. Eh oui, encore un composant, et toujours pour la bonne cause !

1. Les rebonds

Il n'y a théoriquement rien de plus simple qu'un contact...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite