Le système de fichiers

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
39
Mois de parution
juillet 2017


Résumé

Dans cet article, nous allons nous attaquer à un aspect fondamental de tout système dit « Unix » : le système de fichiers. En effet, une bonne compréhension de ce dernier facilite grandement la prise en main de son système, et permet aussi de faciliter la conception de scripts « Shell ». Il est en effet essentiel de bien saisir la manière dont le système conçoit – ou plutôt abstrait – les différentes ressources à sa disposition, justement à l’aide de son système de fichiers. C’est crucial, car que ces ressources soient le disque dur, de la mémoire vive ou même encore des périphériques, sous un système « Unix », tout est au final la même chose : un fichier ! Démonstration par la pratique...


1. Quelques rappels fondamentaux

BSD, Solaris, Unix, Linux, Minix...

Si à l'origine il n'y avait qu'un seul et unique système dénommé « Unix », de nombreux systèmes dérivés – comme Linux, sont apparus depuis. Afin d'éviter une répétition douloureuse à la lecture, nous allons dans cet article parler de « Unix » tout court. Mais bien évidemment, le propos s'applique tout autant à l'ensemble des systèmes dérivés. Les éléments décrits dans cette section de l'article sont souvent suffisamment fondamentaux et de haut niveau pour s'appliquer à tous, et ce malgré la spécificité de chaque système.

En guise de préliminaire, rappelons tout d'abord qu'un ordinateur se compose, de manière macroscopique, de trois composants essentiels : le processeur (de nos jours, souvent plusieurs processeurs), la mémoire vive (souvent simplement appelée « RAM ») et la mémoire « morte » (le disque dur) [1].

La mémoire vive contient les données en cours...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Concevoir un outil Java en ligne de commande avec Quarkus

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
117
Mois de parution
novembre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Quarkus est un cadre d’exécution Java séduisant et dédié la réalisation de service ReST à la fois performant, léger et aisé à déployer. Grâce à une récente et audacieuse innovation, le framework permet désormais de créer des applications en ligne de commande. Démonstration par la pratique, dans cet article, de cette nouvelle et excitante fonctionnalité du projet.

Personnaliser Tomcat avec Ansible

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
128
Mois de parution
novembre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Lors d’un précédent article, nous avons entièrement automatisé la mise en place d’un serveur Apache Tomcat à l’aide d’Ansible [1]. Dans celui-ci, nous reprenons là où nous nous sommes arrêtés, afin d’aller un peu loin et d’évoquer, en détail, comment personnaliser son installation un peu plus et configurer, de manière plus spécifique, le serveur web Java, cette fois-ci dans sa version supportée par Red Hat, nommée JBoss Web Server.

Déployer Tomcat avec Ansible

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
127
Mois de parution
septembre 2021
Spécialité(s)
Résumé

Ansible est un fabuleux outil pour automatiser la mise en place de systèmes. De son côté, Apache Tomcat est un très populaire serveur « web » Java. Voyons aujourd’hui comment ces deux technologies peuvent collaborer afin de vous permettre de créer vos environnements de développement comme de production, de la manière la plus rapide et efficace possible.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous