Parapheur électronique et dématérialisation de procédures avec CuteFlow

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
70
Mois de parution
mars 2012
Spécialité(s)


Résumé
CuteFlow est une application destinée à gérer un circuit de validation de documents et/ou un processus dématérialisé. L'outil est à la fois souple, simple à mettre en œuvre et ergonomique. La conception de workflows peut être aisément réalisée par des utilisateurs sans compétences techniques.

1_CF_schema

Fig. 1 : CuteFlow est un logiciel de workflow simple qui permet de gérer la dématérialisation d'une procédure ou une circulation documentaire entre plusieurs utilisateurs.

1. CuteFlow, pour quoi faire ?

Toute organisation professionnelle repose sur un certain nombre de procédures et de routines qui permettent de structurer le partage des responsabilités et la communication entre plusieurs de ses composantes.

Par exemple, l'accueil d'une nouvelle recrue au service commercial nécessite l'ouverture d'un compte de messagerie et fait intervenir au minimum deux interlocuteurs : le service demandeur et la direction des systèmes d'information qui procédera à la création du compte. Afin de rendre cet exemple plus intéressant, imaginons que dans notre organisation fictive, il appartient à la direction des ressources humaines de faire la demande de compte de messagerie, que l'assistant du directeur commercial puis ce dernier puisse la valider et y ajouter un commentaire avant que la...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Organisez votre support client avec OTRS Help Desk et le déploiement de vos logiciels avec OTRS::ITSM (1ère partie)

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
72
Mois de parution
juillet 2012
Spécialité(s)
Résumé
L'effet structurant du déploiement d'applications peut être largement optimisé grâce à deux actions complémentaires : la mise en œuvre d'un support aux utilisateurs qui soit performant et le management du cycle de vie du logiciel. La solution OTRS [1] répond à ces deux problématiques grâce à une solution libre, open source, modulaire et intégrée. La première partie de cet article est consacrée à la gestion d'un « helpdesk » [2]. La seconde partie, publiée dans le prochain numéro, présentera l'outil de « IT service management »[3].

Professionnaliser le choix d'un logiciel libre avec QSOS

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
72
Mois de parution
juillet 2012
Spécialité(s)
Résumé
Le modèle collaboratif du développement des logiciels open source est à la fois l'une de ses forces, mais l'un des freins les plus puissants à une utilisation professionnelle aboutie. En effet, avant même le déploiement d'une solution logicielle (qu'elle soit libre ou propriétaire), il est nécessaire de faire le choix de la suite applicative à retenir. Or, il peut vite être coûteux de tester l'ensemble de l'offre, logiciel par logiciel afin d'en évaluer les points forts, l'adéquation des fonctionnalités aux besoins ou les contraintes techniques.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous