Pourquoi Docker est obsolète

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
229
Mois de parution
septembre 2019
Spécialité(s)


Résumé
Pourquoi est-ce que j'ai la nette impression, avant même d'avoir écrit le moindre mot ou d'avoir pu introduire mon sujet, que déjà la moitié d'entre vous me déteste, tandis que l'autre moitié se frotte les mains, en se disant qu'ils avaient raison de penser que toute cette histoire ne serait qu'un feu de paille ?


Ça fait déjà 6 ans que Docker est entré dans le cœur de bien des développeurs comme étant LE composant d'infrastructure qui les a libérés d'un énorme fardeau et de pas mal de problèmes ; mais les personnes en charge des opérations ne le voient pas toujours de cet œil, car Docker est tout, sauf facile à gérer. D'ailleurs ils ont raison, et c'est pourquoi Kubernetes a un tel succès : les conteneurs sont peut-être cool pour les développeurs, mais l'orchestration est plus que jamais nécessaire pour les opérations. Et au final, les choix stratégiques incombent-ils à Docker ou à Kubernetes ?

1. Un CRI dans la nuit

Vous connaissez maintenant tous l'histoire de Kubernetes, et peut-être celle de LMCTFY, ce projet de conteneurs que Google a préféré abandonner pour participer au développement de libcontainer (Docker), parce que ce dernier était plus populaire. Est-ce que c'était la vision de Google qui était fausse, ou est-ce que ça a été un choix stratégique,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Google Skaffold

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
237
Mois de parution
mai 2020
Spécialité(s)
Résumé

J'aime par-dessus tout les choses simples et, selon moi, si je dois faire la même chose deux fois, c'est qu'il est temps d'automatiser. Quand je développe une application, j'ai régulièrement besoin de la déployer et de la tester ; aussi, j'ai mes astuces. Mais depuis quelque temps, je dois aussi conteneuriser cette même application, et voilà maintenant que je dois également la kuberneteuriser. Et mxxxx !

Apprenez à utiliser kubeadm

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
236
Mois de parution
avril 2020
Spécialité(s)
Résumé

Combien de fois m'avez-vous entendu dire « nous allons utiliser kubeadm pour faire ceci ou faire cela », et puis boum, un kubeadm init plus tard, tout est prêt ? Souvent ? Très souvent ? Trop souvent ? Alors pour une fois, pourquoi ne pas consacrer un article entier à ce merveilleux projet ?

Pipelines en folie avec GitLab

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
107
Mois de parution
mars 2020
Spécialité(s)
Résumé

Il y a tout un tas d'expressions qui prêtent à réfléchir, comme : il n'y a rien de mieux que de ne rien faire, ou il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent pas. C'est plus ou moins ce qui est mis en application dans une chaîne de CI/CD : au moindre commit, une foule de petits robots se mettent en branle pour faire tout le nécessaire au déploiement de nos applications. Et si nous nous penchions sur toute cette machinerie ?

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous