Pourquoi Docker est obsolète

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
229
Mois de parution
septembre 2019
Spécialité(s)


Résumé
Pourquoi est-ce que j'ai la nette impression, avant même d'avoir écrit le moindre mot ou d'avoir pu introduire mon sujet, que déjà la moitié d'entre vous me déteste, tandis que l'autre moitié se frotte les mains, en se disant qu'ils avaient raison de penser que toute cette histoire ne serait qu'un feu de paille ?


Ça fait déjà 6 ans que Docker est entré dans le cœur de bien des développeurs comme étant LE composant d'infrastructure qui les a libérés d'un énorme fardeau et de pas mal de problèmes ; mais les personnes en charge des opérations ne le voient pas toujours de cet œil, car Docker est tout, sauf facile à gérer. D'ailleurs ils ont raison, et c'est pourquoi Kubernetes a un tel succès : les conteneurs sont peut-être cool pour les développeurs, mais l'orchestration est plus que jamais nécessaire pour les opérations. Et au final, les choix stratégiques incombent-ils à Docker ou à Kubernetes ?

1. Un CRI dans la nuit

Vous connaissez maintenant tous l'histoire de Kubernetes, et peut-être celle de LMCTFY, ce projet de conteneurs que Google a préféré abandonner pour participer au développement de libcontainer (Docker), parce que ce dernier était plus populaire. Est-ce que c'était la vision de Google qui était fausse, ou est-ce que ça a été un choix stratégique,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

L'avenir incertain de Docker Compose

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
52
Mois de parution
octobre 2021
Spécialité(s)
Résumé

La vélocité, voici un concept phare qui a guidé l'innovation de ces dix dernières années. Mais qu'est-ce que la vélocité ? Certainement pas d'écrire son code plus vite, mais bien d'avoir la boucle de feedback la plus courte possible. Et pour obtenir ce résultat, il faut réduire le cycle de release à son strict minimum.

Pas de bras, mais quand même du chocolat : l'ère des assistants vocaux

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
249
Mois de parution
juin 2021
Spécialité(s)
Résumé

Nos interactions avec les ordinateurs (et autres smartphones) sont dignes du Moyen Âge. Qu'est-ce qui a réellement changé en la matière, ces 50 dernières années ? Rien : nous avons juste remplacé notre bon vieux clavier mécanique par un clavier virtuel, la belle affaire ! Pourtant, nous pouvons faire mieux, et nous devons faire mieux : bienvenue dans l'ère des assistants vocaux virtuels ! Nous allons découvrir ensemble ce qu'ils sont, et créer notre première application vocale.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous