Quand NE PAS automatiser les tests logiciels ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
214
Mois de parution
avril 2018
Spécialité(s)


Résumé
L’automatisation n’est pas toujours souhaitable. Contrairement à la croyance populaire, on peut gagner du temps avec des tests manuels.


Dans un projet logiciel, l’équipe de test est plus ou moins séparée de l’équipe de développement. Dans une démarche de qualité, le logiciel doit passer des tests avant chaque release. Pour aller plus vite, l’automatisation est supposée être la panacée.

Je travaille depuis 10 ans dans le domaine du test, sur des systèmes très différents tels que : des sites web (gros webmails), sur du logiciel embarqué (pilotage automatique de métros, satellites) ou sur des simulateurs de matériels industriels. J’ai réalisé surtout des tests d'intégration, systèmes, et de recettes. D’un point de vue client, il s’agit de tests de haut niveau, en bout de chaîne, en haut à droite du cycle en V (voir figure 1).

Quand_ne_pas_automatiser_les_tests_logiciels_figure01

Fig. 1 : Le cycle en V.

La question de l'automatisation des tests système revient sans cesse. La plupart du temps, les chefs de projet ne connaissent ni les avantages, ni les inconvénients de l'automatisation : il fallait simplement automatiser et oublier les...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous