Utilisez un code source de qualité en respectant un standard

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
199
Mois de parution
décembre 2016
Spécialité(s)


Résumé
La plupart des tutoriels et livres de programmation disposent d’un chapitre lié aux conseils sur la manière de nommer les variables, les fonctions, les commentaires, etc. Mais pourquoi diantre se tuer à essayer de respecter ces fichues règles alors que je peux aller droit au but ? Cette question, je suis sûr que tous nous nous la somme posée à nos débuts en programmation. La plupart d’entre nous a, avec le temps, fini par se faire un ensemble de règles personnelles pour quand même s'y retrouver dans le code lorsqu’il y a problème. Certains sont obligés de respecter des règles de codage [1] parce qu’il faut bien que leurs collègues du projet comprennent facilement. Nous allons voir dans la suite comment améliorer la qualité de son code source grâce aux standards de codage existants.


Les standards de programmation étant nombreux, dans cet article nous allons vous présenter de façon rapide le standard GNU C utilisé par les programmeurs de la FSF (Free Software Fundation) et autres programmes open source écrits en C. La vérification du code relativement au standard requérant généralement un analyseur, nous allons prendre le cas du logiciel open source SonarQube et présenter un exemple d'analyse de code relativement aux règles prédéfinies pour un projet.

Tous les fabricants de logiciels informatiques vous diront que leur logiciel est de bonne qualité [2]. C’est à se demander s’il s’agit de la qualité de la conception du logiciel, de la qualité perçue par le client (ergonomie, etc.), de la facilité de maintenance, de la performance, la portabilité ou encore de la fiabilité. Une chose est sûre c’est qu’il n’y a pas de logiciel de bonne qualité sans que son code source ne le soit. Nous nous intéressons ici à la qualité du code...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Gérez vos gros volumes de données avec Elasticsearch

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Spécialité(s)
Résumé

Elasticsearch est un SGBD NoSQL qui gagne en popularité ces dernières années de par sa flexibilité et sa gestion facile. Il intègre la notion de cluster qui permet de décentraliser une base de données afin de rendre les requêtes à celle-ci plus rapides, tout en assurant une sécurité plus qu’acceptable. Dans cet article, nous allons gérer une base de données Elasticsearch en nous focalisant principalement sur la manipulation des données. Nous supposerons que vous disposez déjà d’un cluster installé disposant bien évidemment d’un nœud master, comme vu précédemment [1].

Créez vos clusters avec Elasticsearch

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Spécialité(s)
Résumé

Vous êtes-vous déjà demandé comment Facebook et Google gèrent leurs immenses masses de données tout en fournissant des services rapides ? Quelle serait votre solution pour gérer une base de données avec un trafic de données abondant ? Voici quelques éléments de réponse à ces questions.

Assurez l’intégrité de vos fichiers avec fs-verity

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
48
Mois de parution
septembre 2020
Spécialité(s)
Résumé

Vous êtes-vous déjà demandé comment faire pour protéger des fichiers importants ? Votre système d’exploitation vous a-t-il déjà informé que vos fichiers étaient corrompus ? Pensez-vous souvent à l’intégrité des informations contenues dans vos fichiers ? Vous êtes tombé au bon endroit, nous découvrirons ici comment protéger vos données avec fs-verity.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Programmation des PIO de la Raspberry Pi Pico

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

La carte Pico de Raspberry Pi est appréciable à bien des égards. Ses ressources, son prix, ses deux cœurs ARM... Mais ce morceau de silicium qu'est le RP2040 renferme une fonctionnalité unique : des blocs PIO permettant de créer librement des périphériques supplémentaires qu'il s'agisse d'éléments standardisés comme SPI, UART ou i2c, ou des choses totalement exotiques et très spécifiques à un projet ou un environnement donné. Voyons ensemble comment prendre en main cette ressource et explorer le monde fantastique des huit machines à états de la Pico !

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous