Dart : la plateforme orientée Web par Google

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
169
Mois de parution
mars 2014
Spécialité(s)


Résumé

Acteur majeur du Web depuis plus d’une décennie, Google ne cesse de travailler à proposer des solutions visant à rendre le Web plus rapide et plus riche. Toujours prompt à faire bouger les lignes, le géant de Mountain View est à la pointe de l’innovation et nous le prouve une fois de plus avec sa plateforme Dart qui vient de fêter sa version 1.0. Indissociable de JavaScript dont elle assure la compatibilité tout en comblant ses lacunes, Dart offre un environnement moderne et efficace pour réaliser des applications web riches. Plongée au cœur d’une technologie prometteuse combinant performance et productivité.


Révélée au grand public en octobre 2011, la plateforme Dart se base sur le langage éponyme. Bien souvent d’ailleurs, beaucoup pensent que Dart se limite à un langage, mais il constitue en réalité un véritable écosystème applicatif ayant pour but de fournir une alternative aux limites de JavaScript. Plutôt que de chercher à faire évoluer le langage JavaScript pour combler ses lacunes, les ingénieurs de chez Google ont opté pour une solution nouvelle avec Dart, tout en assurant la pleine compatibilité avec JavaScript puisque la plateforme propose un compilateur de code vers ce dernier.

À l’origine de la création de Dart, un constat assez simple. Véritable assembleur du Web, le langage JavaScript pose un certain nombre de problèmes tant au niveau de sa syntaxe (typage dynamique, langage prototypé…) que de son implémentation différente au sein des navigateurs. En outre, les performances ne sont pas toujours au rendez-vous du fait d’une mauvaise...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Réaliser un Live Wallpaper sous Android

Magazine
Marque
Open Silicium
Numéro
10
Mois de parution
mars 2014
Spécialité(s)
Résumé

Fonctionnalité phare du monde Android, les Live Wallpapers, ou fonds d’écran animés pour les adeptes de la langue de Molière, sont des arrière-plans animés et interactifs affichés sur l’écran d’accueil des smartphones Android. Devenus très populaires au fil du temps sur le Google Play Store, ils bénéficient d’une API simple et élégante que nous allons mettre en œuvre au cours de cet article, afin de réaliser un Live Wallpaper affichant une horloge analogique.

Réutiliser du code C/C++ natif sous Android avec le Native Development Kit (NDK)

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
167
Mois de parution
janvier 2014
Spécialité(s)
Résumé
Apparu dès les débuts de la plateforme, le Native Development Kit (NDK) offre la possibilité aux développeurs d’embarquer au sein de leurs applications Android des bibliothèques C ou C++  ayant déjà fait leurs preuves. Bien entendu, l’utilisation du NDK reste réservée à des applications bien spécifiques pour lesquelles le recours au NDK apporte des avantages indéniables. Au cours de cet article, nous allons voir comment mettre en oeuvre le NDK en réalisant une application s’appuyant sur une bibliothèque C de traitement d’images.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Les listes de lecture

9 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Vous désirez apprendre le langage Python, mais ne savez pas trop par où commencer ? Cette liste de lecture vous permettra de faire vos premiers pas en découvrant l'écosystème de Python et en écrivant de petits scripts.
11 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
La base de tout programme effectuant une tâche un tant soit peu complexe est un algorithme, une méthode permettant de manipuler des données pour obtenir un résultat attendu. Dans cette liste, vous pourrez découvrir quelques spécimens d'algorithmes.
10 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
À quoi bon se targuer de posséder des pétaoctets de données si l'on est incapable d'analyser ces dernières ? Cette liste vous aidera à "faire parler" vos données.
Voir les 53 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous