Faire mieux que le langage C : la tentative « Lisaac »

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
148
Mois de parution
avril 2012
Spécialité(s)


Résumé

Aucun nouveau langage n'a les caractéristiques pour remplacer le vénérable C, voire le C++ : performance complexe à obtenir, machine virtuelle encombrante, complexité d'usage, absence d'accès bas niveau au matériel. Pour y arriver, les défis à relever sont nombreux : rapidité, productivité, capacité à trouver ses erreurs, facilité de prise en main et surtout, convaincre de nouveaux utilisateurs.


Un langage informatique n'est qu'un outil dans le cycle de vie d'un logiciel. C'est sans doute le plus important, car il nécessite un long apprentissage. Ainsi, il peut faire perdre ou gagner du temps aux différents moments de la conception.

Un développement logiciel se déroule en 4 étapes, qui se recouvrent la plupart du temps : la spécification/définition, le codage, le test, puis la maintenance.

La spécification est souvent écrite sous forme de papier. Il s'agit de se mettre d'accord avec les futurs utilisateurs du logiciel. Cela peut devenir complexe si les utilisateurs ont un besoin flou. Cela oblige souvent à des itérations dans le développement pour préciser les besoins. C'est le credo des méthodes dites agiles. Si l'utilisateur est le codeur, cette phase est simplifiée. C'est le cas habituel, dans l'open source, avec en corollaire, un manque de documentation et donc, un problème pour les tests. A moins que les tests ne deviennent eux-mêmes la...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez des listes de lecture et des contenus Premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Les actifs, au boulot !

Magazine
Marque
Open Silicium
Numéro
9
Mois de parution
décembre 2013
Spécialité(s)
Résumé

Dans un circuit numérique, il y a toujours une dose d’analogique à l'interface du monde extérieur. Les composants discrets, dit actifs, sont à base de transistor et dans le cadre d’un système numérique, permettent de manipuler la puissance (les signaux forts).

Toute résistance n’est pas futile !

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
64
Mois de parution
janvier 2013
Spécialité(s)
Résumé
Si on veut utiliser un microcontrôleur pour un projet de robotique, de domotique ou autre, on doit parfois créer sa propre carte numérique, ou encore créer une carte de périphérique, connectée à une carte numérique plus dense comme l’Arduino ou la Raspberry Pi. Le but de cet article est de montrer les pièges et embûches à éviter lorsque l’on essaye d’appliquer la théorie.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Donnez une autre dimension à vos logs avec Vector

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Avoir des informations précises et détaillées sur ce qu’il se passe dans une infrastructure, et sur les applications qu'elle héberge est un enjeu critique pour votre business. Cependant, ça demande du temps, temps qu'on préfère parfois se réserver pour d'autres tâches jugées plus prioritaires. Mais qu'un système plante, qu'une application perde les pédales ou qu'une faille de sécurité soit découverte et c'est la panique à bord ! Alors je vous le demande, qui voudrait rester aveugle quand l'observabilité a tout à vous offrir ?

Du graphisme dans un terminal ? Oui, avec sixel

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

On le voit de plus en plus, les outils en ligne de commandes s'étoffent peu à peu d'éléments graphiques sous la forme d'émojis UTF8. Plus qu'une simple décoration, cette pointe de « graphisme » dans un monde de texte apporte réellement un plus en termes d'expérience utilisateur et véhicule, de façon condensée, des informations utiles. Pour autant, cette façon de sortir du cadre purement textuel d'un terminal n'est en rien une nouveauté. Pour preuve, fin des années 80 DEC introduisait le VT340 supportant des graphismes en couleurs, et cette compatibilité existe toujours...

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Les listes de lecture

9 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
Vous désirez apprendre le langage Python, mais ne savez pas trop par où commencer ? Cette liste de lecture vous permettra de faire vos premiers pas en découvrant l'écosystème de Python et en écrivant de petits scripts.
11 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
La base de tout programme effectuant une tâche un tant soit peu complexe est un algorithme, une méthode permettant de manipuler des données pour obtenir un résultat attendu. Dans cette liste, vous pourrez découvrir quelques spécimens d'algorithmes.
10 article(s) - ajoutée le 01/07/2020
À quoi bon se targuer de posséder des pétaoctets de données si l'on est incapable d'analyser ces dernières ? Cette liste vous aidera à "faire parler" vos données.
Voir les 53 listes de lecture

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous