Programmation de droïd (enfin presque), Saison 1, Episode 2

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
124
Mois de parution
février 2010


Résumé

Dans l’article précédent, nous avions laissé notre auteur/codeur dans une bien mauvaise posture. Celui-ci, en plein milieu d’un article sur l’intégration de couches informatiques, fut attaqué par un démon. Avec son seul courage et sa fidèle cuillère à café, il doit combattre Csharpator, le démon mangeur de codeurs. Si vous voulez savoir comment notre héros arrivera (peut-être) à s’en sortir, et voir comment le carnet d’adresses du numéro précédent est porté sur Android, lisez la suite.


1. Rappel de l’épisode précédent

Dans l’épisode précédent, notre auteur écrivait un article sur l’utilisation plus ou moins astucieuse de couches (Hibernate, XmlRPC) pour mettre en place une application de carnet d’adresses. Le but de la démarche était de fournir sur un même moteur distant à la fois une interface graphique pour client lourd (en swing ou QtJambi) et pour un client mobile tel qu’Android. Au moment d’écrire le chapitre sur Android, le démon Csharpator attaquait.

« BOOOM, Je suis Csharpator, le mangeur de codeurs, et je vais te dévorer ». Il n’y a pas à dire, lorsqu’un homme est face a la mort, il a de l’imagination voire un peu de culot. Le démon a l’air costaud, et cela risque d’être complexe pour le mettre KO. Comme diraient les gars du club de boxe, ce n’est pas utile d’essayer de lui en mettre un si c’est pour en prendre deux. Je vais donc changer d’approche, « Hey Csharpator, je veux bien me faire dévorer,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
S'abonner à Connect
  • Accédez à tous les contenus de Connect en illimité
  • Découvrez chaque semaine un nouvel article premium
  • Consultez les nouveaux articles en avant-première
Je m'abonne


Article rédigé par

Par le(s) même(s) auteur(s)

Base de données embarquée dans un navigateur

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
164
Mois de parution
octobre 2013
Spécialité(s)
Résumé

Cela fait quelques années que je vends du logiciel et… soit je n’ai pas de chance, soit c’est le marché qui veut ça, mais pour une application client lourd (QT,Swing,GTK…) que j’écris, je vends 3 applications Web. Ces applications Web sont des applications style « desktop », mais vivantes, soit dans un navigateur Internet « standard », soit sur le navigateur d’un téléphone/tablette. Là où ça se complique, c’est qu’une application lourde interagit rapidement et « fonctionne » sans Internet… Deux trucs « difficiles » à mettre en place pour les applications Web.Il devient assez complexe de faire comprendre à son client qu’une application Web 2.0 ne peut fonctionner sans Internet alors qu’une vieille application client lourd (Pre-Web 1.0 ?) le peut.

Les derniers articles Premiums

Les derniers articles Premium

Cryptographie : débuter par la pratique grâce à picoCTF

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

L’apprentissage de la cryptographie n’est pas toujours évident lorsqu’on souhaite le faire par la pratique. Lorsque l’on débute, il existe cependant des challenges accessibles qui permettent de découvrir ce monde passionnant sans avoir de connaissances mathématiques approfondies en la matière. C’est le cas de picoCTF, qui propose une série d’épreuves en cryptographie avec une difficulté progressive et à destination des débutants !

Game & Watch : utilisons judicieusement la mémoire

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Au terme de l'article précédent [1] concernant la transformation de la console Nintendo Game & Watch en plateforme de développement, nous nous sommes heurtés à un problème : les 128 Ko de flash intégrés au microcontrôleur STM32 sont une ressource précieuse, car en quantité réduite. Mais heureusement pour nous, le STM32H7B0 dispose d'une mémoire vive de taille conséquente (~ 1,2 Mo) et se trouve être connecté à une flash externe QSPI offrant autant d'espace. Pour pouvoir développer des codes plus étoffés, nous devons apprendre à utiliser ces deux ressources.

Raspberry Pi Pico : PIO, DMA et mémoire flash

Magazine
Marque
Contenu Premium
Spécialité(s)
Résumé

Le microcontrôleur RP2040 équipant la Pico est une petite merveille et malgré l'absence de connectivité wifi ou Bluetooth, l'étendue des fonctionnalités intégrées reste très impressionnante. Nous avons abordé le sujet du sous-système PIO dans un précédent article [1], mais celui-ci n'était qu'une découverte de la fonctionnalité. Il est temps à présent de pousser plus loin nos expérimentations en mêlant plusieurs ressources à notre disposition : PIO, DMA et accès à la flash QSPI.

Abonnez-vous maintenant

et profitez de tous les contenus en illimité

Je découvre les offres

Déjà abonné ? Connectez-vous