Erlang, programmation distribuée et modèle acteur

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
237
Mois de parution
mai 2020
Domaines


Résumé

Quel est le point commun entre RabbitMQ, ejabberd, CouchDB, WhatsApp et Heroku ? Ces outils et services ont la particularité d’utiliser le même langage de programmation : Erlang. Ce dernier, encore trop peu connu du grand public, a pourtant réussi à maintes reprises à faire parler de lui. Il offre une approche nouvelle dans le monde du développement, où le paradigme orienté objet domine largement le marché, en offrant une implémentation très haut niveau du modèle acteur, facilitant ainsi la mise en place ainsi que l’utilisation de systèmes complexes et distribués.


Erlang est probablement plus qu’un langage, du moins pour sa communauté, qui le voit comme une philosophie, un chemin à suivre pour produire des programmes résilients et évolutifs. La syntaxe, certes peu orthodoxe pour ceux qui viennent de langages classiques tels que C, Python ou Java, rappelle pour certains les heures de sommeil troublées par l’apprentissage de Prolog, durant leurs cours sur les systèmes experts ou sur l’intelligence artificielle. Malheureusement, trop de développeurs restent bloqués sur la forme que prend le langage, et par conséquent, ne voient pas le fond et surtout l’étendue de ses fonctionnalités.

Erlang a été conçu pour solutionner les problèmes rencontrés par l’industrie de pointe, des difficultés que nous rencontrons aujourd’hui telles que la haute disponibilité, les systèmes distribués, concurrents et évolutifs. Erlang fait partie de ces révolutions silencieuses, qui fonctionnent sans accroche, avec une maintenance...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Programmation avec le 6502 : les sprites de la NES, ou comment coder le jeu Pac-Man

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Dans le précédent article, nous avons commencé à nous familiariser avec la partie graphique de la console NES (Nintendo Entertainment System). Aujourd’hui, nous allons réaliser un véritable jeu, ou du moins nous allons suffisamment le débuter pour qu’il commence à être intéressant.

Analyse de code avec Cppcheck (et intégration sous Eclipse)

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
112
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Zut ! Encore un plantage !!! Combien de fois n’avez vous pas prononcé cette phrase, face au blocage d’une application de bureautique bien connue ou face à un crash système ? Sur un ordinateur de bureau, ce type de désagrément n’a d’autre effet que de faire monter votre niveau d’énervement, mais dans le cas d’un système embarqué, les effets sont bien plus graves. Heureusement, Cppcheck est là pour vous aider.

Réinvention de la roue... des temporisations

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
112
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Les temporisations sont essentielles au sein des systèmes d'exploitation et dans certaines applications, pour déclencher des actions à l'échéance d'un délai. Il existe différents algorithmes pour les gérer de manière efficace. Cet article présente la fusion de deux d'entre eux, pour en tirer le meilleur.

Mesure fine de déplacement par RADAR interférométrique à synthèse d’ouverture (InSAR) par radio logicielle

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
244
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Nous avons démontré dans le premier article de la série la capacité à mesurer la distance à une cible (range compression), puis dans un deuxième temps à détecter l’angle d’arrivée du signal (azimuth compression). Fort de cette capacité de cartographier des cibles, nous allons conclure cette série sur la conception de RADAR à base de radio logicielle, et le traitement des signaux associé, par la mesure fine de déplacement des cibles par analyse de la phase (interférométrie) du signal, lors de la répétition des mesures.